16.10.08

06:15:00, Catégories: Test / Critique  

par Nicore

Buried alive

Réalisé par Robert Kurtzman, grand spécialsite des effets spéciaux (il fut avec deux compères le fondateurs de l'atelier KNB à qui nous devons par exemple les effets spéciaux de Une nuit en enfer, du Vampires de John Carpenter ou encore des deux Hostel), ce Buried alive ne versera hélas que dans le slasher surnaturel des plus basiques, tout en préférant s'axer sur des personnages heureusement plutôt attachants que sur une violence sanglante bien timide.
Le script envoie six jeunes gens dans la maison familiale retirée en plein désert de deux d'entre eux où ils comptent passer le week-end, sans se douter d'une entité issue du passé sordide de leur famille va chercher à les éliminer un par un.

Buried aliveAprès une séquence d'introduction assez réussie mettant en scène Renée, une demoiselle discutant dans sa baignoire avec son cousin Zane de leur relation fusionnelle jusqu'à ce que la situation dégénère aussi brutalement que bizarrement, le métrage va nous présenter ses personnages principaux et outre les deux protagonistes déjà vus, nous allons découvrir le boy-friend de Renée ainsi qu'un de leur acolyte timide et obnubilé par l'informatique, ce qui lui aura permis de découvrir sur la toile l'histoire douteuse de la famille de Zane et de Renée, puisqu'un de leurs aïeuls richissime grâce à la découverte d'une mine d'or aurait enterré vivant sa première femme d'origine indienne avant de se remarier pour finalement périr dans l'incendie de leur demeure, reconstruite depuis et destination de la petite bande.

Buried aliveMais afin de pimenter un peu l'intrigue, deux autres demoiselles vont être conviées au voyage puisqu'elles sont les bizuts de Renée, désireuses de rentrer dans son "club" typiquement américain et vont donc finir leur initiation en compagnie du groupe dans le désert.
Cette mise en situation des protagonistes ne s'éternisera heureusement que le strict nécessaire pour mettre en place le contexte familial qui servira de toile de fond à la malédiction qui va s'acharner sur la bande, tout en introduisant un autre personnage, Lester, un homme fouillant une cave pour y découvrir de l'or, que nous retrouverons plus tard comme étant le gardien déjanté et un peu fou de la propriété familiale qui préférera la compagnie de ses animaux sauvages empaillés à celle des humains.

Buried aliveL'installation dans la bâtisse qui aura de quoi décevoir pas son aspect moderne et fonctionnel (malgré de traditionnels petits soucis d'électricité…) sera guère palpitante et offrira surtout l'opportunité aux personnages de s'amuser, offrant ainsi au passage au métrage sa petite scène érotique bien timide, tout en multipliant les allers et venues scrutées par une caméra subjective annonçant clairement une présence malfaisante qui finira par se matérialiser lors d'une séquence joliment maîtrisée (la sortie de la baignoire remplie de sang) mais hélas avortée et sabordée. Et il faudra encore laisser passer plusieurs situations liées en partie à ce bizutage quelque peu stérile pour qu'un premier meurtre sanglante mais rapide ne vienne lancer véritablement l'intrigue.

Buried aliveMais hélas, même après ce premier assassinat, le métrage va s'occuper de ses personnages qui vont continuer à évoluer dans la demeure sans se préoccuper de l'absence de leur ami qu'ils penseront être au téléphone dans leur voiture, pour divers rebondissements mettant aussi en avant ce Lester, qui ferait un coupable idéal puisque la présence des jeunes retarde ses plans liés à la découverte de l'or, tout en continuant à placer des séquences un peu débiles mais amusantes forçant les bizuts à se livrer à des gages stupides mais permettant au métrage de se livrer à des instants porteurs d'un léger suspense au milieu de ces éléments plus farfelus (la course d'une des demoiselles uniquement vêtue de bottes pour aller chercher un objet chez ce fou de Lester). Ainsi, seul le dernier acte se montrera quelque peu violent et brutal, mais restera superficiel et évasif dans l'explication finale qui aura quand même l'ultime mérite de ne pas se limiter à un quelconque twist faisandé complètement improbable pour plutôt laisser le métrage se terminer sur une touche sinistre.

Buried aliveCe sera donc en privilégiant l'ambiance et surtout en créant un climat d'attente perpétuel que le métrage va dérouler ses situations, mais si ce concept fonctionnera régulièrement, il finira quand même par lasser, surtout que les fausses alertes, trop nombreuses, et les situations inachevées ponctuées d'invraisemblances notoires laisseront un goût amer qui sera encore accentué par quelques explosions sanglantes qui resteront timides malgré une volonté graphique avérée pour mettre en avant des effets spéciaux évidemment (trop ?) sophistiqués et originaux dans l'art de découper les victimes à la hache.

Buried aliveHeureusement, Robert Kurtzman ne tombera pas vraiment dans le piège facile de mettre en scène des personnages stéréotypés et malgré un "jeunisme" flagrant, ceux-ci auront un naturel plutôt sympathique qui les rendra presque attachants, et cette (bonne) idée de mettre au service de Renée deux "esclaves" au féminin alimentera de manière réjouissante l'intrigue, mais on pourra quand même regretter que la relation ambiguë qu'elle entretiendra avec son cousin, et clairement avancée lors de l'introduction, ne vienne pas se mêler au débat pour ne laisser percer qu'une pointe de jalousie lorsque Zane s'intéressera de très près à l'une des deux bizuts.

Buried aliveEnfin, l'élément surnaturel qui déclenchera la malédiction semblera bien superficiel, aussi bien dans sa conception vaguement basée sur les légendes indiennes que sur les éléments apportés, avec cette amulette transmise de génération en génération qui sera censée protéger des mauvais sort à peine évoquée de façon bien opportune (le tatouage), et tandis que l'exploration du passé familial sera lui aussi sous-exploité (avec à peine une lecture sans grand intérêt d'un morceau de journal intime de l'une des deux femmes de l'aïeul) alors que les possibilités offertes étaient immenses et auraient pu donner plus de consistances à l'ensemble, même si cela aurait ralenti le rythme vif et constant que le réalisateur aura réussi à insuffler au film.

Buried aliveL'interprétation est plutôt convaincante, avec de jeunes acteurs pas foncièrement expérimentés mais qui arriveront à rester crédibles et à donner la réplique à un Tobin Bell excellent échappé de la franchise des Saw. La mise en scène de Robert Kurtzman est plutôt dynamique, mais n'utilise que des effets faciles (la caméra subjective) de façon guère innovante. Les effets spéciaux sont bien entendu probants, aussi bien pour le maquillage du boogeyman très visuel que pour les quelques meurtres sanglants cherchant à se montrer originaux, surtout au niveau de l'élaboration de trucages étonnants.

Donc, ce Buried alive se suivra facilement grâce aux facéties amusantes de l'intrigue mais n'engendrera ni l'effroi ni même la tension désirée en demeurant le plus souvent prévisible et en peinant à renouveler son climat d'attente.

Buried aliveLe DVD de zone 1 édité par Dimension Extreme avancera une image claire et ne connaissant aucun défaut, tandis que la bande-son sera efficace, grâce notamment à une partition musicale discrète mais efficiente, le métrage n'étant proposé ici qu'en version anglaise, avec des sous-titres anglais destinés aux malentendants.
Par contre, cette édition ne proposera pas le moindre bonus, pas même une petite bande-annonce, alors que l'éditeur possède plusieurs autres titres horrifiques dans sa collection, dont le convaincant Storm warning.

Pour ceux qui voudraient affronter ce tueur surnaturel revanchard, le DVD de zone 1 est disponible ici ou !

Permalink 1338 mots par nicore, 1793 vues • 2 retours

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: The eye, le remake américain en DVDArticle suivant: Critique DVD Zone 1 : Live feed

Décembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 48

powered by
b2evolution