Archives pour: Février 2012, 14

14.02.12

06:00:00, Catégories: Test / Critique  

Titre du film : Trust

Réalisateur : David Schwimmer

Date de sortie au cinéma
: 18 janvier 2012

Origine
 : Etats-Unis

Durée du film : 1h46

Avec
 : Clive Owen (Will Cameron), Catherine Keener (Lynn Cameron), Liana Liberato (Annie), Tristan Peach (Charlie), etc.

Par Nicofeel

Acteur très célèbre grâce à la série Friends où il interprétait le rôle de Ross, David Schwimmer prend ses marques derrière la caméra. Force est de reconnaître que l'on n'attendait pas forcément grand chose d'un acteur habitué à jouer les comiques dans une série télé sympathique mais pas très fine.
D'autant que Schwimmer s'attaque à un sujet difficile, aux antipodes de l'humour de Friends. Le synopsis du film raconte qu'une jeune fille de 14 ans, Annie, passe comme beaucoup de jeunes de son âge sur Internet, principalement en s'amusant à tchatter. Elle va tomber un jour sur Internet avec un certain Charlie, un jeune homme qui paraît bien sous tous rapports.
Le mot paraît est essentiel car sur Internet les rapports sont très différents par rapport à la vie réelle et on ne sait pas finalement à qui on a affaire. Celui qui se cache derrière son ordinateur peut être n'importe qui. Mais surtout pas la personne à qui on s'attend. D'ailleurs, dans le film, le fameux Charlie déclare d'abord qu'il a 16 ans, puis qu'il a 20 ans et enfin 25 ans. Mais ces révélations ne sont que progressives. Charlie attend d'abord de gagner la confiance (d'où le titre du film, Trust) d'Annie.

Le film de David Schwimmer établit bien la pression psychologique qu'exerce Charlie sur Annie. On voit bien que Charlie a parfaitement préparé son coup. Il commence par mettre à l'aise cette jeune fille âgée de seulement 14 ans alors que lui en a a priori plus de 35. Il lui fait croire qu'elle est l'amour de sa vie, qu'ils sont fait l'un pour l'autre, et que ce sentiment réciproque doit leur permettre de passer outre leur différence d'âge. Évidemment, Charlie ne pense en fait qu'à coucher avec Annie, ce qu'il réussit. Cette manipulation exercée sur une jeune fille a tout d'un acte de pédophilie, qui s'apparente à un viol. Et puis on comprend aisément que son acte a été minutieusement réfléchi car Charlie a eu l'idée de placer l'adresse IP de son PC en République Tchèque et de payer la chambre d'hôtel en liquide. C'est un être pervers, malade mais malgré tout calculateur.
Le réalisateur David Schwimmer s'est très bien documenté pour mettre en scène son film. Il a d'ailleurs bénéficié de l'aide du FBI et de la Rape fondation, une association d'aide aux victimes de viol dont il est un membre engagé. Ce film qui traite d'un viol lui tenait donc particulièrement à cœur.
Le film s'intéresse certes aux dangers d'Internet mais il traite surtout des conséquences du viol. Il laisse entendre qu'il est difficile de se reconstruire quand on a été victime d'un viol (la tentative de suicide d'Annie le prouve clairement) et que la famille de la victime est également fortement touchée par un tel événement.
Les deux acteurs principaux du film, Clive Owen (vu entre autres dans Closer, Sin city et Les fils de l'homme) et Catherine Keener (vue notamment dans 40 ans, toujours puceau et dans The ballad of Jack and Rose) interprètent avec brio le rôle de Will et Lynn, les parents d'Annie. Ces derniers réagissent chacun de manière différente face à ce drame. Le père est effondré et sa vie est brutalement perturbée. Il recherche inlassablement des pistes le permettant de retrouver le violeur de sa fille. Il voit constamment en cauchemar sa fille avec le violeur et il est obnubilé par l'idée de retrouver ce pédophile. Il se considère comme responsable, n'ayant pas vu le problème arriver. Et c'est ce qui est certainement le plus malaisé : admettre que l'on ne peut pas protéger constamment les siens.
Quant à la mère d'Annie, elle essaie d'oublier mais il est évident qu'un tel événement laisse une marque quasi indélébile et que la blessure met forcément beaucoup de temps à se refermer.
Signalons aussi au niveau de la distribution l'épatante interprétation de Liana Liberato, qui interprète une Annie plus vraie que nature. Elle joue parfaitement le rôle de cette jeune fille qui sort à peine de l'enfance et qui se fait abuser par un homme à qui elle a trop fait confiance. Les différentes phases dans lesquelles se trouve Annie, à savoir celle d'une jeune fille sur un nuage (croyant avoir trouvé le grand amour), puis celle d'une personne se sentant trahie par ses parents et sa meilleure amie et enfin celle d'une jeune fille abusée tant moralement que sexuellement par Charlie, sont parfaitement traduites par le jeu tout en finesse de Liana Liberato.
Au niveau de la mise en scène, il n'y a pas grand chose à dire. Elle est avant tout fonctionnelle et se marie plutôt bien avec le thème du film. On appréciera surtout les fondus au noir qui se situent juste après certaines scènes fortes du film, et accroissent l'intensité émotionnelle du film.
En synthèse, avec Trust, il apparaît que David Schwimmer a réalisé un film sur un sujet de société avec beaucoup de subtilité et d'intelligence. C'est surtout l'histoire très bien documentée qui maintient l'attention, de même que la qualité de la distribution du film.
On notera aussi que ce long métrage comporte un véritable portée pédagogique. La fin du film montre au demeurant que le prédateur sexuel peut être n'importe qui, et pas forcément la personne type que l'on imagine.

Permalink 981 mots par nicofeel Email , 425 vues • Réagir

Février 2012
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29        

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 22

powered by
b2evolution