10.08.10

23:07:02, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

par Nicore

Madness

Nous venant de Suède, ce Madness va, malgré le manque d'originalité de son intrigue, pousser le bouchon assez loin dans la violence sanglante et même perverse, retrouvant ainsi la flamme dévastatrice et gore qui anime un certain type de productions indépendantes américaines.
Le script va laisser un petit groupe de quatre personnes être la cible d'un clan de dégénérés violents et meurtriers.

MadnessLe métrage commencera de la meilleure des façons en arrivant dans sa séquence introductive à choquer en nous laissant découvrir une jeune femme enceinte attachée dans une grange crasseuse où un homme (que nous ne verrons que brièvement mais qui sera tout de suite identifié comme étant un ravisseur) va bientôt la rejoindre mais la victime va réussir à s'enfuir, lançant une brève course-poursuite qui s'achèvera de manière terrible, graphique et sanglante, laissant au spectateur ensuite le temps de se remettre lors d'un générique qui se conclura lui aussi par une surprise graphique plutôt souriante.

MadnessEnsuite, l'intrigue ne va pas trop traîner pour nous présenter ses personnages principaux, Tara et Jenna, deux pom-pom girls en route pour un concours et qui vont lors d'un arrêt dans une station-service rencontrer deux jeunes hommes, Chad et Oliver, qui, étant en panne de voiture, vont embarquer avec les filles. Malgré un petit côté stéréotypé, cette présentation des protagonistes sera assez plaisante et surtout ne cherchera pas à mettre en place un quelconque humour stupide hélas souvent mis en avant dans le genre. La première alerte aura d'ailleurs lieu à la station-service puisqu'un pick-up noir va s'arrêter près des jeunes et laisser vrombir le moteur avant de repartir, tout en nous laissant apercevoir le conducteur, un homme crasseux dont le visage sera caché par un foulard.

MadnessL'attente ne sera pas longue pour que le pick-up revienne harceler le quatuor et lancer un animal mort sur le pare-brise de leur voiture, les poussant à l'accident puisque le véhicule va aller heurter le remblai sur le bas-côté de la route en s'immobilisant définitivement. Forcés de continuer leur chemin à pied, le petit groupe va se croire sauvé lorsqu'une autre voiture va surgir et les prendre à son bord, mais bien entendu, il ne s'agira que d'un complice de l'homme au pick-up à qui il va bientôt donner rendez-vous dans un petit chemin pour pouvoir emmener leurs victimes dans leur baraque isolée. Seule fausse note dans leur plan, Chad aura pris son courage à deux mains pour sauter de la voiture en marche et ainsi fausser compagnie à leurs ravisseurs.

MadnessLes trois autres personnages vont donc être conduits jusqu'à cette maison isolée où Oliver sera séparé des filles et mené dans un hangar pour y subir les derniers outrages de la part de l'un des ravisseurs lors d'une séquence quand même quelque peu dérangeante, tandis que les demoiselles seront attachées au sol. Pendant ce temps-là Chad aura eu affaire à un autre membre de ce clan de dégénérés pour un combat certes quelque peu mollasson mais déjà méchant, et donc, il va pouvoir espérer porter secours à ses amis retenus prisonniers, laissant alors l'intrigue accumuler des rebondissements sauvages et meurtriers qui ne vont épargner personne dans chaque camp, pour ainsi faire preuve d'une barbarie jouissive et gore du plus bel effet.

MadnessEn effet, les membres de cette famille vont faire preuve d'une belle brutalité lorsqu'il s'agira de calmer et de secouer leurs victimes, tout en avançant des armes multiples et parfois même originales pour combattre et tuer, mais ce sera aussi leur look très graphique qui retiendra l'attention, leur crasse et leur aspect nauséabond et purulent étant ici poussé à l'extrême, et tandis que le métrage va aussi mettre en avant le caractère répétitif et de masse de leurs exactions, avec par exemple cette séquence dérangeante et parfaitement mise en scène au cours de laquelle ils vont ramasser de nombreux corps pour aller les jeter dans un lac voisin.

MadnessAlors bien sûr l'intrigue globale ne présentera que peu de surprises sur le fond et laissera les victimes s'évader de manière récurrente pour lancer de fait des courses-poursuites toujours haletantes et se terminant de manière violente et barbare mais on pourra largement apprécier la manière dont les réalisateurs (puisqu'ils seront au nombre de trois à avoir peaufiné le métrage) vont donner de l'ampleur dramatique à chacune des mises à mort des personnages principaux, sans forcément verser dans une outrance gore ou une sauvagerie qui sera plutôt réservée aux affrontements, mais en arrivant à jouer sur la sensibilité pour presque bouleverser par ces décès ignobles.

MadnessEn plus le métrage va nous gratifier d'un dernier acte encore plus brutal lorsque les deux derniers survivants vont devoir affronter les survivants de cette famille dans une maison désaffectée en piteux état pour aller encore plus loin dans la violence jusqu'au-boutiste et faire passer un sal quart d'heure à certains personnages, avec en plus des détails gores qui ne seront pas dénaturés par quelques inserts numériques discrets. On pourra noter également une certaine volonté des auteurs de rendre hommage à une certaine époque en ne plaçant pas l'intrigue de nos jours mais dans les années quatre-vingt-dix, ce qui va donner un certain cachet à l'ensemble, même si cela se fera oublier par le suite pour laisser place au déferlement de violence hystérique à venir.

MadnessL'interprétation sera ici cohérente mais montrera sporadiquement quelques faiblesses heureusement guère préjudiciables notamment au niveau du jeu de certains acteurs pas forcément inspirés dans leurs mimiques, tandis que la mise en scène du trio de réalisateurs sera plutôt efficace, avec un rythme soutenu tout au long du film et en plaçant quelques effets dans les cadrages pour renforcer l'impact des temps forts. Les effets spéciaux sanglants du métrages ont foncièrement probants sans pour autant toujours verser dans la surenchère gore et ainsi laisser une violence plus sèche et brutale venir cueillir le spectateur.

Madness

Donc, ce Madness s'avérera être une bonne surprise, brutale et méchante venue du Nord qui parviendra à dépasser l'aspect classique de son intrigue par une volonté de choquer et de se montrer violent franchement jouissive et confirmant ainsi la bonne santé du cinéma de genre nordique en pleine effervescence !

Madness

Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur l'édition française du film proposée par Emylia, une présentation est disponible ici !

Permalink 1132 mots par nicore, 1431 vues • 1 réaction

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique cinéma : Millénium 3 : La reine dans le palais des courants d'airArticle suivant: Critique cinéma : Räuberinnen

Avril 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 11

powered by
b2evolution