28.05.12

05:00:00, Catégories: Interview  

Par Flo200


A l'occasion de la sortie de "Making oFF" chez Asilum (autre marque d'Emylia) le 2 mai, le réalisateur Cédric Dupuis et le producteur et acteur Olivier Bureau ont répondu à mes questions:

Olivier Bureau

- Comment est née l’idée de "Making oFF" ?

Cédric Dupuis : L’idée remonte à très loin, avec mes amis. Nous étions en cours et on s'est dit : Si on faisait un petit film?
J'étais fan (et encore maintenant) de "C'est arrivé près de chez vous". Le titre original de ce court métrage était "C'est encore arrivé près de chez vous".
Le résultat était amateur, mais on sentait un potentiel. J'ai retravaillé le scénario pour en faire un long, et comme nous nous étions bien amusés la première fois, on a décidé, avant la fin de la réécriture de refaire un tournage (ça servait de test géant). Cette fois-ci, le résultat était pas mal et ça m'a encouragé à finir le travail de réécriture afin de lancer la version finale de "Making oFF". Ces premières expériences étaient la continuité du projet actuel. La seconde version ressemble beaucoup dans la mise en scène à celle actuelle. Je dirai que cette seconde version était comme un story-board.


- Quels souvenirs gardez-vous du tournage ?


Cédric Dupuis
: La dernière journée. Ça fait plaisir de se dire que tout est fini, ça soulage, on se sent libre et cela fait plaisir de voir que tout c'est bien passé. Que tout le monde est satisfait et qu'on a pas demandé des efforts à tout le monde pour rien et en plus ils en redemandent!
Sinon, l’ensemble a été une très belle expérience, oui c’était jouissif de participer à une telle aventure.
Après il n’y a pas que des bons souvenirs, le stress de n'avoir que peu de temps, être toujours au maximum pour rentabiliser la moindre minute de tournage, être sûr que l'on a assez d'éléments pour le montage et les effets spéciaux.

Olivier Bureau : Une très bonne ambiance, le goût aux fruits rouges (je dirai même cerise) du faux sang comestible, et les yeux qui pleurent à cause du sang fait à base de café que j'ai pris dans les yeux. Et mon caleçon orange avec du sang épais dessus (je crois mes premières menstruations d'homme, et oui maintenant je suis un homme)!


- Malgré le fait que vous poussiez la provocation très loin, le film est avant tout une comédie horrifique. Pourquoi ce choix finalement assez original pour ce type de film ?


Cédric Dupuis
: Simplement car je ne voulais pas choquer. Les films d’horreurs tournent souvent autour des mêmes thèmes, je voulais donc pousser des portes rarement ouvertes, mais vu ce qu’elles cachent, j’ai préféré l'aborder au second degré. Le but est de faire frissonner le spectateur sans le brutaliser.
De plus "Making oFF" est un film qui m’a permis de me soulager, j’avais beaucoup de choses à dire et je ne voulais vraiment pas qu’un excès de violence vienne trop cacher (et gâcher) ce que j’avais sur le cœur. L’humour était donc la voix parfaite.

Olivier Bureau
: Personnellement je n'aurai pas fait ce film s'il ne m'avait pas fait rire à la lecture du scénario! Dès que j'ai rencontré Cédric, je lui ai dit, « on est d'accord que c'est pour faire rire? », il a dit oui, et j'ai dit d'accord je le fais. Sinon ce film ne serait pas crédible et n'aurait pas vraiment d’intérêt.

- Pourquoi n’avez-vous pas tenu votre propre rôle dans "Making oFF" ? Alors que vous étiez tout à fait convaincant dans "Making oFF 2"…

Cédric Dupuis
: Simplement car je ne suis pas acteur!
Un court métrage est une chose, faire des prouesses techniques seul dans sa cave est très différent du métier d’acteur. Avec Olivier on a pu étoffer le personnage, lui donner une évolution. Pour ma part, je ne sais jouer que le psychopathe froid et brut de décoffrage… pendant 1h20, ça aurait pu être long !… Heureusement qu’Olivier est là pour soutenir le film à la force des bras.


- Pouvez-vous nous parler de vos différents courts métrages, notamment de "Garfield" et "Making oFF 2" ?


Cédric Dupuis
: Pour "Making oFF 2", c’est en fait le point de départ. C’est avec ce film que j’ai pu tester tous les aspects saignants du long-métrage, ce que je voulais y voir ou non.
Techniquement, c’est l’un de mes meilleurs courts métrages.
L’histoire y est très réduite (et ne sert presque à rien !) mais il y a tous les ingrédients du long et surtout, son atmosphère.
"Gardfield" est un pur test. Je voulais une histoire simple, mais qui pouvait être lu sur 3 degrés de lecture différente. Avec une atmosphère, un format court, très court qui me permettait avec TRÈS peu de moyen, de pouvoir absolument tout contrôler.
Mes autres courts métrages non docu-fiction comportent pas mal de FX, et l’énergie perdue dans ces plans me faisait perdre le contrôle du reste (et oui, quand on est seul, on ne peut rien déléguer, ce qui inclut beaucoup d’erreurs).
Je suis plutôt fier du rendu de ce film… surtout quand on sait comment il a été fait, et en combien de temps!

- Avez-vous rencontré des difficultés pour sortir votre film ?

Cédric Dupuis
: Pour sortir le film… Je crois, en fait, j’ai eu quelques résumés de Guillaume et Olivier, car pour être franc, une fois que j’avais fini de vomir mes tripes sur le film (longue post prod incluse), je ne me suis occupé de rien.
Il faut donc les féliciter pour leur taf!

Olivier Bureau
: Merci Cédric. Non, nous n'avons pas eu du mal à le sortir sachant qu'il sortait en Direct To DVD, s'il était sorti en salle, ça aurait été plus compliqué. Notre éditeur Asilum, nous a signé rapidement, on s'est mis d'accord sur la date de sortie et voilà c'était fait. Il dispose d'un bon réseau de distribution et de communication avec la presse et les sites spécialisées. Nous avons fait pas mal de promotion de notre côté aussi et voilà. Maintenant il faut que le film rencontre son public, parce qu'une sortie en Direct To DVD, ça reste discret et ça communique peu là dessus. Donc fans du genre, courrez l'acheter...


- Pourquoi ne pas avoir inclus vos courts sur l’édition DVD de "Making oFF" ?


Cédric Dupuis
: Mes courts métrages sont pour moi un laboratoire. Quand vous passez un examen, les correcteurs ne notent pas vos brouillons ! Mais la prochaine fois, s’il y en a une, pourquoi pas !

- Avez-vous suivi des cours dans l’audiovisuel ou êtes-vous autodidacte ?

Cédric Dupuis
: Mon parcours est plutôt hors norme, pour quelqu’un voulant faire du cinéma.
Je n’ai suivi aucune formation, aucune école. J’ai arrêté mes études dès que j’ai eu le bac en poche et je me suis mis à travailler, 10 ans dans une usine et depuis plus d’un an comme électricien dans le BTP. Mon tout premier salaire m’a servi à investir dans un ordinateur, le second, dans une caméra et du matériel. Et depuis presque 12 ans maintenant, je fais mes propres films.


- Quelles ont été vos influences ? Quels sont vos films et vos réalisateurs préférés ?


Cédric Dupuis
: C’est la question qu’il ne faut surtout pas poser !
On va se concentrer sur un seul type de film, car sinon, ce serait trop long !
Il y a Sam Raimi ("Evil Dead" 1-2) Peter Jackson (tous ses films en général), D.Cronenberg ("La Mouche") Brian Yuzna ("Society"), "Re-Animator", les "Freddy" (grand fan de ce croque-mitaine ), "Le Dentiste", "La colline à des yeux", "La dernière maison sur la gauche" (l'original) "Massacre à la tronçonneuse" (juste le premier, original), "Human Centiped", "Shining", "Orange Mécanique", "C’est arrivé près de chez vous", "Irréversible", "Flic ou zombie" (et oui !)… en fait, même en s’arrêtant sur un seul genre, la réponse est beaucoup trop longue, donc je vais arrêter là !

Olivier Bureau
: Steven Spielberg, Robert Zemeckis et Franck Darabont (et oui je sais c'est moins gore, et trash et fun). Et mes films préférés sont "Titanic" (oui je sais...), "Matrix", "Saw" (ah quand même il y en a un de genre), "Forrest Gump" (fan absolu de Tom Hanks), "Shakespeare In Love" (je viens du théâtre, désolé) et enfin "Les Evadés".


- Avez-vous des projets en cours ?


Cédric Dupuis
: Effectivement… j’ai bien DES projets en cours… Un film de zombie pour commencer, un film qui traîne dans ma tête depuis longtemps. Mais comme l’avenir est incertain, peut être que je n’aurais pas le financement, donc pourquoi ne pas faire Making oFF 2 (scénario écrit depuis longtemps également).
Pour les autres projets, je ne préfère rien dire, car cela relève plus du fantasme pour le moment… autant attendre un peu!

Olivier Bureau
: Les futurs projets de Cédric et des projets plus personnels. Mais pour information Cédric, si tu veux faire un "Making oFF 2", il faut aussi un budget...
Et je suis aussi acteur à qui l'on peut proposer des projets, donc à bon entendeur...

- Êtes-vous de gros consommateurs de DVD et de Blu-ray ?

Cédric Dupuis : Si tout le monde était comme moi, l’industrie du cinéma ne pleurerait pas sur le téléchargement illégal ! Donc oui, très gros consommateur, je suis même boulimique, arrivé à ce stade !

Olivier Bureau : Pas boulimique mais gourmand, c'est sûr !

Merci d'avoir pris le temps de répondre à mes questions et bonne chance à "Making oFF"!

Making off (DVD + Copie digitale)

Making off (DVD + Copie digitale)
Voir la fiche
Permalink 1704 mots par flo001fg Email , 3307 vues • 1 réaction

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique DVD Zone 2 italien : Colpo in cannaArticle suivant: Critique DVD Zone 0 U.S. : Don't go near the park

Juillet 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 55

powered by
b2evolution