17.02.15

13:32:43, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo200

Synopsis :

Alors que se déclenche un violent orage, les Bower et leur fille Judy trouvent refuge dans le manoir isolé de Gabriel et Hilary Hartwicke, un vieux couple à première vue paisible et accueillant. Bientôt rejoints par deux adolescentes rebelles et un jeune homme, ils découvrent que, dans chaque pièce ou presque, leurs hôtes accumulent poupées, marionnettes, polichinelles et soldats de bois. Des jouets certes, mais pas vraiment inanimés. Ils sont même vivants et se montrent particulièrement cruels envers ceux qui n’ont pas su conserver leur âme d’enfant. Il semble que ce soit le cas de tous, ou presque.

Mon avis :

Sorti en DVD depuis belle lurette à l'étranger, notamment aux États-Unis dans une édition MGM proposant d’ailleurs des sous-titres français, "Dolls", ce petit classique de l'horreur des années 80 est enfin disponible chez nous grâce à Sidonis Calysta, qui quelques mois après avoir sorti "From beyond", nous permet une nouvelle fois de compléter un peu plus la filmographie du génial Stuart Gordon...

Initié à l'origine par le producteur Charles Band ("Ghoulies", "Troll", "Fou à tuer", "Puppet Master"), sur la simple idée d'une poupée tueuse représentée par une affiche teaser la montrant avec les orbites vides et tenant ses yeux dans les mains, "The Doll", devenu par la suite "Dolls", avec non plus une, mais toute une horde de poupées tueuses , fût ensuite confié à Ed Naha ("Troll", "Chérie, j'ai rétréci les gosses", "C.H.U.D. II - Bud the Chud"), qui en tira un scénario que Stuart Gordon ("Re-Animator", "Robot Jox", "Fortress", "Castle Freak", "Dagon", "Stuck") mettra ensuite en images.

Stuart Gordon fait parti des maîtres incontestés de l'horreur (Du moins pour ma part!) et ce long-métrage fait bien entendu parti de ses classiques... Malgré le poids des années, "Dolls" surprend encore par ses effets spéciaux réellement bluffants signés notamment par le réalisateur de "Puppet Master II", David Allen ("Hurlements", "Willow", "Chérie, j'ai rétréci les gosses") et cela en dépit d’un budget très restreint.

En fait, la seule scène où l'on peut reprocher que les effets spéciaux soient un peu cheap, c'est la première où un ourson géant se transforme en loup-garou, mais comme celle-ci est toute droit sortie de l'imagination d'une petite fille, cela n'est finalement pas vraiment gênant. Le réalisateur a réussi à imposer ici sa vision de l’histoire, signant un film à l'ambiance plus proche du conte macabre que du film d'horreur pur et dur, malgré quelques effets gores tout de même bien présents.

Le film comporte un casting très restreint, avec notamment dans le rôle de l'horrible belle-mère, Carolyn Purdy-Gordon ("Re-Animator", "From beyond", "Robot Jox", "Stuck"), la propre femme du réalisateur au physique idéal pour jouer les mégères. Autrement, le rôle de la jeune héroïne est tenu par Carrie Lorraine ("Poltergeist II") ; la jeune actrice s'en sort ici très bien, mais curieusement cela sera sa dernière apparition au cinéma.

Dans le rôle de son père, on trouve Ian Patrick Williams ("Re-Animator", "TerrorVision", "Untold"), acteur qui apparaîtra au cours de sa carrière dans pas mal de petits rôles de nombreuses séries télé, mais qui jouera également dans plusieurs autres films de Gordon.

Impossible de passer à côté du vieux couple formé par Guy Rolfe ("Ivanhoé", "Le roi des rois", "Puppet master III : La revanche de Toulon"), acteur qui interprétera le rôle Toulon dans plusieurs épisodes de la saga "Puppet master" et Hilary Mason ("Ne vous retournez pas", "Robot Jox", "Haunted"). Ces derniers sont véritablement fabuleux dans le film, tantôt attendrissants, tantôt, il faut l’avouer, assez inquiétants.

Les deux actrices interprétant les deux punks sont en revanche plus dispensables, voir quelque peu agaçantes et finalement on ne sera pas si déçu que ça de les voir disparaître, dans des scènes assez mémorables qui plus est, même si elles apportaient un peu de sex-appeal au film!

Par contre, Stephen Lee ("WarGames", "Les jours et les nuits de China Blue", "La Bamba", "Le puits et le pendule", "Burlesque") y campe un personnage touchant, un homme un peu nounours ayant gardé son âme d'enfant, le pigeon idéal donc pour les deux punkettes (Eh oui, ce ne sont pas de gentilles punks!).

Voilà donc le casting complet du film, car autrement celui-ci est peuplé de jouets, une multitude jouets même, pas toujours très commodes! Les visiteurs de l'étrange demeure habitée par le vieux couple Hartwicke vont d'ailleurs l'apprendre à leurs dépens!

Le réalisateur va une nouvelle fois signer avec ce long-métrage d'assez courte durée, un film très personnel (même s’il n’en est pas à l’origine!) à la mise en scène particulièrement inspirée, nous offrant quelques scènes assez mémorables, comme celle filmée au ralenti où le personnage d’Enid est exécuté par de petits soldats.

Après "Re-Animator" et "From beyond", Gordon collabore ici pour la troisième fois avec le réalisateur Brian Yuzna ("Society", "Le retour des morts-vivants 3", "Le dentiste"), ici producteur, une collaboration qui malheureusement ne perdura plus très longtemps ensuite...

A l'origine, "Dolls" devait avoir une suite, mais celle-ci ne se fera jamais, ce qui n'empêchera pas Charles Band de lancer par la suite des projets similaires comme les "Puppet Master" et les "Demonic Toys"...

D'autres titres de la filmographie de Stuart Gordon comme "Robot Jox" ou "Le puits et le pendule", restent toujours inédits chez nous, alors croisons les doigts maintenant pour les voir enfin édités dans notre beau pays! En attendant, précipitez-vous sur ce petit classique de l'horreur qui vaut largement le détour!

Sorti en avant-première avec le numéro de novembre 2014 du magazine Mad Movies, "Dolls" est enfin ressorti officiellement dans le commerce le 3 février 2015 chez Sidonis Calysta en DVD et en Blu-ray. L'édition DVD nous offre le film au format 1.85:1 16/9ème compatible 4/3 avec pistes audio anglaise et française Dolby Digital 2.0 mono. L'édition Blu-ray nous propose quant à elle le film au format 1.85:1 16/9ème avec une résolution de 1080p AVC et des pistes audio anglaise et française dts-HD master audio 2.0 mono. Les bonus communs aux deux formats se composent d'une présentation du film intitulée "La maison des poupées", d'une galerie d'images et de la bande annonce. Attention, la version DVD sortie avec Mad Movies, au code barre identique à l'édition DVD commerce, ne contenait que la bande annonce...

Dolls

Dolls
Fnac à 18.79€
Voir la fiche



Fnac à 19.09€
Voir la fiche

Permalink 1138 mots par flo001fg Email , 1639 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Belles d'un soir : La critiqueArticle suivant: American Mary : La critique

Octobre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 21

powered by
b2evolution