13.08.13

08:11:28, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo200

Synopsis :

1939 – André Toulon a réussi à insuffler la vie à ses marionnettes : les Puppet Master. Découvert par les Nazis, il se suicide afin d’emporter son secret avec lui. 1989 – Un groupe de jeunes hommes aux pouvoirs extralucides se rend dans l’hôtel particulier de Toulon afin d’y retrouver l’un de leurs proches. Les médiums se rendent vite bien compte que les Puppet Master n’ont pas disparu avec leur maître...

Mon avis :

Et oui, en matière de jouets maléfiques, il n'y a pas que "Chucky"! Après "Dolls", le producteur Charles Band ("Ghoulies", "Troll", "Fou à tuer", "From Beyond") nous proposait le premier volet d'une des plus importantes franchises du cinéma d'horreur, du moins en terme de nombre de films... A ce jour, on dénombre en effet déjà 11, preuve que la franchise a son public!

Ce premier film est l’œuvre de David Schmoeller ("Tourist Trap", "The seduction", "The arrival", "La main des ténèbres") à qui on doit de très sympathiques films d'horreur comme "Fou à tuer" avec Klaus Kinski, qu'il serait urgent d’ailleurs de sortir enfin en France en DVD. "Puppet master", sorti directement en vidéo après avoir été pressenti pour une sortie en salles, a été un très gros succès lors de sa sortie en 1989, grâce probablement à cet univers étrange et si particulier qui le caractérise.

Bon, il faut bien avouer que la première demi-heure est peu palpitante, les différents protagonistes guère attachants et il va donc falloir patienter l'arrivée des premiers meurtres et de quelques scènes érotisantes pour enfin rentrer dedans... Pourtant on ne peut pas dire que les actrices soient à priori des bombes, mais lorsque Kathryn O'Reilly ("Jack's Back") se dénude, il faut bien reconnaître que cela ne peut pas laisser indifférent! Moi, en tous cas, cela a éveillé directement mon attention...

Le casting n'est pas extraordinaire mais comporte tout de même quelques acteurs relativement connus, du moins que l'on reconnaît comme Paul Le Mat ("American Graffiti", "La Vallée de la Mort", "Les envahisseurs sont parmi nous"), William Hickey ("L'étrangleur de Boston", "L'honneur des Prizzi", "Le nom de la rose"), Irene Miracle ("La bête tue de sang-froid", "Midnight Express", "Inferno") et dans un tout petit rôle Barbara Crampton ("Body Double", "Re-Animator", "From beyond", "Castle Freak"), l'actrice fétiche de Stuart Gordon. Mais celui qui se démarquera principalement, par sa présence et son charisme, c'est Jimmie F. Skaggs ("Pink Cadillac", "L'île aux pirates") dans le rôle du méchant.

Quant aux marionnettes créées par David Allen ("Hurlements", "Dolls", "Willow"), elles sont beaucoup dans la réussite du film avec des personnalités bien spécifiques, un peu comme les héros des "4 fantastiques". Les plus marquantes étant Pinhead et ses points géants, Leech woman qui régurgite de grosses sangsues, Tunneler et son crâne en forme de foreuse et évidemment Blade, qui est probablement le plus flippant d'entre tous ; le moins marquant étant pour moi Jester, avec sa tête subdivisée en plusieurs parties pouvant tourner et pourtant il est pas mal mis en avant dans le film. Ces petites poupées vont nous concocter quelques meurtres bien sympathiques aux effets plutôt convaincants malgré leur côté rudimentaire.

La musique du film, très reconnaissable et plutôt réussie est signée par Richard Band ("Rayon laser", "Ghoulies", "Re-Animator", "Troll") le frère du producteur (Ils sont plutôt doués en musique dans la famille puisque Charles Band n’est autre que le père d’Alex Band, ancien leader du groupe The Calling). Quant au directeur de la photographie, ce n'est pas un inconnu non plus puisqu'il s'agit de Sergio Salvati ("La guerre des gangs", "Frayeurs", "L'au-delà", "Fou à tuer"), à qui on doit la photographie des plus belles œuvres de Lucio Fulci. Rien que ça! Malgré un humour et un second degré bien présent, le film ne se prend pas trop à la rigolade, peut-être en partie du fait de ces quelques scènes oniriques qui lui profèrent une atmosphère assez étrange.

Au final, "Puppet Master" demeure, malgré le poids des années et son côté un peu désuet, une petite série B horrifique sympathique, mais pas indispensable... Les fans et les nostalgiques seront en tous cas ravis de cette sortie chez Artus films, d’autant plus que l’éditeur sort en même temps les deux films suivants!

"Puppet Master" sort officiellement dans le commerce en DVD le 20 août chez Artus films, toutefois vous pouvez vous le procurer déjà directement sur le site de l'éditeur au prix très light de 8.90 euros et 22 euros le pack des trois films. Le DVD propose le film au format original 1.66, 16/9ème avec pistes française et anglaise et sous-titres français en option. Les bonus se composent d'un entretien avec Francis Barbier, d'un diaporama d'affiches et de photos et des bandes-annonces des trois films.

Puppet master

Puppet master
Fnac à 13€
Voir la fiche
Permalink 848 mots par flo001fg Email , 2647 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Hammer of the Gods : La critiqueArticle suivant: Inédit : Battlestar galactica blood and chrome

Octobre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 20

powered by
b2evolution