22.09.15

04:10:00, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo200

Synopsis :

Carol Hammond, fille d'un célèbre avocat, est la victime d'hallucinations étranges où elle imagine des orgies sexuelles sous LSD organisées par sa voisine, la belle Julia Durer, une actrice à la vie sulfureuse et débridée. A la mort de cette dernière dans des conditions mystérieuses, Carol voit son monde s'écrouler et les mains de la police se refermer sur elle. Arrivera-t-elle à contenir sa folie et ses désirs sexuels insatisfaits ?

Mon avis :

Depuis ses débuts, Le Chat qui Fume nous a habitué à des éditions de qualité, mais depuis quelques temps l'éditeur soigne de plus en plus ses éditions notamment au niveau du packaging. Cette fois, avec "Le venin de la peur", l'éditeur frappe vraiment très fort en nous offrant une édition d'exception à la fois au niveau du contenu, comme au niveau du contenant, une édition magnifique comme on en a rarement eu pour le moment en France, surtout pour un film de genre...

Sorti en 1971, deux ans après "Beatrice Cenci", ce deuxième giallo signé Lucio Fulci ("Croc-blanc", "4 de l'apocalypse", "L'enfer des zombies", "La guerre des gangs", "Frayeurs", "L'au-delà"), après "Perversion Story", nous entraîne aux frontières du rêve et de la folie.

Ce côté onirique qui va donner une ambiance si particulière au film débute dès la première scène, une scène très sensuelle où l'on découvre le personnage de Carol, interprété par l'actrice Florinda Bolkan ("Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon", "La longue nuit de l'exorcisme", "La settima donna", "La piovra"), qui de toutes évidences fantasme quelque peu sur sa voisine, Julia Durer, incarnée par la très jolie Anita Strindberg ("La queue du scorpion", "Qui l'a vue mourir?", "Ton vice est une chambre close dont moi seul ai la clé", "L'homme sans mémoire"). Remarquez, qui ne rêverait pas de batifoler avec la belle? Seulement Carol étant probablement 100% hétéro, du coup ce rêve qui revient chaque nuit va quelque peu la perturber... Mettez-vous à sa place aussi!

Toujours est-il que du coup elle suit une psychanalyse afin d'arriver à comprendre ses rêves. Ses rêves qui vont d'ailleurs rapidement virer au cauchemar où elle se verra la tuer! Le problème, c'est justement qu'elle va découvrir que sa charmante voisine est réellement morte et exactement comme elle l'a vu en rêve... A partir de ce moment-là, cela va être naturellement le début de l'enquête, élément indispensable de tout bon giallo qui se respecte!

A travers les scènes de cauchemar et de meurtres, on reconnaîtra aisément le style graphique de Fulci, notamment à travers ses effets de maquillages si reconnaissables. Dans ce film, Fulci oppose deux milieux bien différents, la bourgeoisie londonienne d’une part représentée par la famille Hammond dont fait partie Carol et les hippies d’autre part, décrits comme des êtres débauchés, représentés par Julia Durer et ses amis.

Le réalisateur italien n’épargnera aucun de ces deux milieux et d’ailleurs au cours de l’enquête, des soupçons pèseront sur ces deux catégories sociales si différentes. D’un côté, on aura des suspicions sur l’entourage de Carol et tout particulièrement sur son mari, Frank Hammond, interprété par Jean Sorel ("L'Homme qui rit", "Belle de jour", "L'adorable corps de Deborah", "Perversion Story", "Je suis vivant!"), qui entretient une liaison adultérine et d’autre part, il y aura cet étrange couple de hippies qui apparaît dans le rêve de Carol... Mais comme dans la plupart des gialli, l’enquête prend souvent des chemins tortueux, menant le plus souvent à un coupable insoupçonné et nous envoyant naturellement au départ sur de fausses pistes!

Malgré cela, on sent que pour Fulci, cette enquête, menée avec une certaine légèreté par l’inspecteur Corvin, joué par un Stanley Baker ("Les chevaliers de la table ronde", "Hélène de Troie", "Train d'enfer", "Les canons de Navarone", "Zoulou") sifflotant en permanence, n’est finalement qu’accessoire. Ce qui compte ici pour lui, c’est plus la psychanalyse de ses personnages, les symboles dont il parsème son film (l’oie tout particulièrement, présente à la fois dans un rêve et sur un tableau) et le côté hyper sensoriel et érotique de celui-ci.

Fulci a ici tout particulièrement soigné l’esthétisme de son film comme le prouvent les scènes de rêves magnifiquement filmées, d’une sensualité et d’un érotisme remarquables où l’on ne peut qu’être admiratif devant le travail effectué par le chef opérateur Luigi Kuveiller ("Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon", "De la chair pour Frankenstein", "Du sang pour Dracula", "Les frissons de l'angoisse", "L'éventreur de New York"), qui nous offre des images absolument superbes. Comme le prouve également la fantastique scène de poursuite dans la cathédrale où le cinéaste jouera avec l’architecture grandiose du bâtiment et où là encore il y a un magnifique travail fait sur la photographie.

On retrouve également dans ce film le goût prononcé de Fulci pour le gore avec notamment une scène particulièrement surprenante, celle du laboratoire avec des chiens encore vivants dont les tripes sont à l’air. Une scène qui a bien failli d’ailleurs coûter deux ans de prison au réalisateur qui sera sauvé par Carlo Rambaldi ("Vierges pour le bourreau", "La baie sanglante", "Barbe-bleue", "Du sang pour Dracula", "Alien - Le 8ème passager", "E.T., l'extra-terrestre", "Dune") qui en avait effectué les trucages...

L’ambiance très onirique du film enfin est renforcée par la splendide musique composée par Ennio Morricone ("Les amants d'outre-tombe", "Le bon, la brute et le truand", "Il était une fois dans l'Ouest", Le clan des Siciliens", "4 mouches de velours gris", "Peur sur la ville"), dont la B.O. sera d’ailleurs incluse dans cette fabuleuse édition du Chat qui Fume.

Le Chat (noir, comme celui de Fulci!) qui Fume, qui a d’ailleurs eu l’excellente idée de mettre en avant le titre original du film, "Una lucertola con la pelle di donna", que l'on peut traduire par « Un lézard dans la peau d'une femme », un titre typiquement giallo et plus joli que "Le venin de la peur". Titre toutefois pas si mal que ça, rappelant quelque peu "Les Frissons de l'angoisse", le titre français de "Profondo Rosso", le chef d’œuvre de Dario Argento...

"Le venin de la peur" fait incontestablement parti des plus beaux films de son réalisateur. Une œuvre que tout amateur de giallo et plus largement de cinéma Bis et de films d’horreur, se doit de posséder!

"Le venin de la peur" est sorti chez Le Chat Qui Fume début août 2015 dans une splendide édition collector digipack 3 volets avec fourreau comprenant le Blu-ray, le DVD et cerise sur le gâteau un CD avec la magnifique B.O. du film signée Ennio Morricone. Cette édition est disponible sur leur site depuis cette date et en exclusivité Fnac pour les grandes enseignes depuis le 21 août 2015 et également dans quelques boutiques spécialisées. Il est à noter que les acheteurs qui sont passés par le site de l'éditeur auront en plus reçu un très beau livret de 26 pages consacré au film.

Le DVD contient le film au format 1.85:1 16/9ème compatible 4/3 avec au choix des pistes audio anglaise, italienne et française Dolby Digital 2.0 mono (indiquées par erreur sur le menu comme étant en dts-HD mono) avec sous-titres français et anglais optionnels. Au niveau des bonus, celui-ci contient les suppléments suivants : "Le venin de Fulci" par Anita Strindberg (13'07") et Jean Sorel (16'15"), "Le venin de la peur" par Lionel Grenier du site luciofulci.fr (21'30"), "Le venin des censeurs" toujours par Lionel Grenier (8'13"), "Les vies de Lucio Fulci" toujours par Mister Grenier (13'53"), "Les versions du venin" (3'28"), une scène supplémentaire (1'06") incluse à l'origine dans les montages français et italien mais non disponible en HD, les génériques alternatifs (4'56"), une galerie de photos (4'49") comprenant des affiches, des photos d'exploitations et du matériel promotionnel du film et les bandes-annonces américaine (2'14") et française (1'20").

Le Blu-ray, quant à lui, est au format 1.85:1 16/9ème avec une résolution de 1080p, avec des pistes audio anglaise, italienne et française dts-HD Master audio 2.0 mono et sous-titres français et anglais optionnels. Côté suppléments, celui-ci est encore plus fourni que le DVD et inclut les modules suivants : "Le venin de Fulci" par Anita Strindberg (13'08") et Jean Sorel (16'16"), "Le venin de la peur" par Lionel Grenier (21'31"), Jean-François Rauger (21'19") critique de cinéma, directeur de la programmation de la Cinémathèque française et auteur avec notamment Lionel Grenier du livre "Lucio Fulci - Le poète du macabre", Olivier Père (26'06") journaliste et critique de cinéma français et actuellement directeur du cinéma sur Arte, Christophe Gans (38'09") ancien rédacteur en chef de Starfix et réalisateur et Alain Schlockoff (23'16") rédacteur en chef de L’Écran Fantastique, "Les vies de Lucio Fulci" (13'54"), "Le venin des censeurs" (8'14"), "Les versions du venin" (3'29"), la scène supplémentaire (1'07"), les génériques alternatifs (4'57"), "Le venin en mode VHS" (95’45"), la galerie de photos (12'50") au défilement plus long que sur le DVD et les bandes-annonces américaine (2'13") et française (1'21").

Enfin, le CD de la Bande Originale d’une durée de 75 minutes, nous propose l’intégralité de celle-ci avec les 19 titres composés par Ennio Morricone.
Une bien belle édition donc avec des bonus très intéressants et pour la plus part exclusifs, parmi lesquels, on retiendra principalement les interventions très instructives de Lionel Grenier et celle passionnante de Christophe Gans.

Le venin de la peur (Blu-ray + DVD + CD de la BO)

Le venin de la peur (Blu-ray + DVD + CD de la BO)
Voir la fiche
Permalink 1700 mots par flo001fg Email , 1943 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: "Louise" en DVD depuis le 1er Septembre!Article suivant: Night Gallery - Saison 1 : La critique

Avril 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 20

powered by
b2evolution