01.11.14

18:41:09, Catégories: Test / Critique  

Par Flo001fg

Synopsis :

Ian Dunross est nommé chef suprême de la « Noble Maison » qui contrôle une partie des richesses de Hong Kong. De dangereux concurrents vont plonger Dunross dans des scandales financiers et d’espionnage...

Mon avis :

Parmi les mini-séries des années 80/90, beaucoup sont tombées dans l'oubli ou sont parfois passées totalement inaperçues lors de leurs diffusions, mais grâce à Koba Films notamment, on peut enfin en redécouvrir certaines comme par exemple "La Noble Maison", une série à grand spectacle avec en vedette un Pierce Brosnan alors connu essentiellement pour son rôle de Remington Steele...

"La Noble Maison" est une mini-série composée de 4 épisodes réalisés par Gary Nelson ("Max la menace", "Un vendredi dingue, dingue, dingue", "Le trou noir", "Allan Quatermain et la cité de l'or perdu", "Demain à la une"), où une importante compagnie basée à Hong-Kong va susciter bien des convoitises...

Il faut dire que cette compagnie dirigée par Ian Dunross, interprété par Pierce Brosnan ("Nomads", "Le quatrième protocole", "Madame Doubtfire", "GoldenEye", "Meurs un autre jour"), n'est pas aussi solide qu'elle n'y paraît, car elle est soumise à un code de l'honneur, impliquant l'obéissance aux règles fixées par le premier Taï-Pan obligeant les futurs dirigeants à donner tout ce qu'il souhaite à celui qui possède l'une des demi-pièces figurant dans le coffre-fort de la société.

Ces demi-pièces restantes, au départ possédées par des hommes d’honneur, partenaires de la compagnie, vont bien entendues être convoitées par des personnages sans scrupule et prêts à tout pour mettre main-basse sur la plus ancienne et la plus prestigieuse compagnie de Hong-Kong...

Par certains côtés, la série fait quelque peu penser à "Dallas" ou encore à "Dynastie" (les amateurs de ce genre de séries vont être ravis !), mais avec un petit côté exotique en plus et surtout des scènes catastrophes à grand-spectacle assez surprenantes. Ces scènes présentent dans deux des épisodes montrent que la série a bénéficié d'un budget assez solide pour l’époque.

D'ailleurs le casting de la série est composée de pas mal d'acteurs assez connus comme John Rhys-Davies ("Les aventuriers de l'arche perdue", "Allan Quatermain et les mines du roi Salomon", la saga "Le seigneur des anneaux", "Metal Hurlant Chronicles") en rival de Dunross, Gordon Jackson ("Les révoltés du Bounty", "La grande évasion", "Ipcress : Danger immédiat", "Les professionnels"), Denholm Elliott ("La rose et la flèche", "Un pont trop loin", "Le chien des Baskervilles", "Les aventuriers de l'arche perdue", "Un fauteuil pour deux"), Burt Kwouk ("Quand l'inspecteur s'emmêle", "Goldfinger", "Rollerball", "Le baiser mortel du dragon") ou encore Ric Young ("Indiana Jones et le temple maudit", "Le dernier empereur", "Le baiser mortel du dragon").

Impossible de tous les nommer, mais on a là un casting assez impressionnant et prestigieux auquel il faut ajouter quelques têtes bien connues, habituées aux petits rôles, mais qui marquent souvent par leur charisme ou leur gueule.

Et puis il y a le casting féminin, avec de bien jolies actrices comme Deborah Raffin ("Meurtres sous contrôle", "La sentinelle des maudits", "Le justicier de New York") auquel Pierce ne résistera évidemment pas, Julia Nickson ("Rambo II: La mission", "Sidekicks", "Double Dragon") et Tia Carrere ("Harley Davidson et l'homme aux santiags", "Dans les griffes du dragon rouge", "Wayne's World", "True Lies").

Le scénario, écrit par Eric Bercovici ("Hawaï, police d'état", "Shogun") et James Clavell ("La Vallée perdue", "La Grande Évasion") et inspiré par l'un des romans de la saga asiatique de ce dernier (Tous deux étant également producteurs de la série...), est ponctué de rebondissements fréquents et tient en haleine jusqu’au dénouement final, par contre l’humour très asiatique de certaines scènes est assez déstabilisant et surprend quelque peu...

Pierce Brosnan campe ici un personnage sûr de lui étonnamment convaincant malgré l’éducation asiatique qu’il est sensé avoir eu et avec une classe naturelle comme il a toujours eu... La série fait certes très datée années 80, mais elle reste assez plaisante.

Cette mini-série totalement méconnue mérite amplement qu’on s’y attarde même si elle ne laissera pas un souvenir impérissable. Et puis les fans de Pierce Brosnan seront évidemment ravis!

"La Noble Maison" est sorti en DVD le 11 juin 2014 chez Koba Films. La série est présentée au format 1.66 16/9ème compatible 4/3 dans sa version française stéréo uniquement (Pas de vo!). Côté bonus, seuls quelques bandes annonces de l’éditeur sont présentes...

La noble maison

La noble maison
Voir la fiche
Permalink 788 mots par flo001fg Email , 1651 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: From beyond : Aux portes de l'au-delà : La critiqueArticle suivant: We are what we are : La critique

Novembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 28

powered by
b2evolution