25.09.12

05:00:00, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo200

Synopsis :

Un film à sketches en hommage au légendaire "Art du Grand Guignol" réunissant sept cinéastes de l'horreur... The Mother of Toads : en France, un couple de vacanciers rencontre une sorcière qui prétend posséder une copie du Necronomicon. I Love You : une femme annonce à son mari qu'elle le quitte. The Accident : une mère et sa fille sont témoins d'un accident de la route. Wet Dreams : une femme blessée se venge de son mari infidèle. Vision Stains : une tueuse en série extrait les souvenirs de ses victimes à l'aide d'une seringue. Sweets : un couple obsédé par la bouffe consume son amour. Theatre Guignol : une salle de cinéma se transforme en véritable théâtre de pantins sous l'égide d'un automate.

Mon avis :

Après avoir fait sensation lors de différents festivals dont celui de Gérardmer, "The Theatre Bizarre" arrive enfin chez Wild Side Vidéo. Severin films s'est associé à Metaluna Productions pour nous offrir un film d'horreur à sketches comme on pouvait en voir dans les années 80 et cela pour notre plus grand plaisir!

Quel bonheur de retrouver enfin Richard Stanley ("Hardware", "Dust devil") dans une œuvre de fiction, lui qui ne signe plus que des documentaires depuis des années! Il réalise ici le premier segment du film, "The mother of toads", une histoire très ésotérique avec une sorcière incarnée par l'actrice fétiche de Lucio Fulci, Catriona MacColl ("Frayeurs", "L'Au-delà", "Saint Ange"), qui posséderait un exemplaire du Necronomicon et qui va piéger un couple de vacancier et plus spécialement le mari... Certes, ce segment n'est ni flippant, ni réellement dérangeant, mais Stanley démontre une nouvelle fois qu'il est un metteur en scène de talent. Ce petit conte mystérieux est esthétiquement très réussi, avec une ambiance envoûtante à souhait. Catriona MacColl est parfaite dans ce rôle.

On notera également la présence à l’écran de Victoria Maurette, que l'on avait découverte dans "Dying God" de Fabrice Lambot, ici producteur du film, mais aussi celle derrière la caméra de Karim Hussain à la photographie, de Romain Basset en 1er assistant réalisateur dont on attend son premier long-métrage, "Fièvre", avec impatience et du talentueux David Scherer ("Psychoprotoplasmes", "The Hunt", "Last Caress") aux maquillages. Les amateurs de sensations fortes seront donc peut-être déçus, mais en revanche, ceux qui aiment Lovecraft seront ravis, tant cette petite histoire est imprégnée par son univers. Richard Stanley a tourné son film à Montségur, un lieu qui fascine au plus haut point le réalisateur, d'ailleurs il a ensuite tourné un documentaire dans ces lieux, intitulé "L'Autre Monde", produit par Metaluna Productions et que nous pourrons découvrir prochainement...

Le deuxième segment est assuré par Buddy Giovinazzo ("Combat Shock", "No Way Home", "Life Is Hot in Cracktown"), qui signe une histoire très réussie où une femme annonce à son conjoint qu'elle le quitte et lui avoue tout ce qu'elle a pu faire durant les dernières années qu'ils ont passé ensemble. L'histoire de "I love you" est prenante, voir même stressante, car on devine forcément que cela va mal finir... Quant aux deux acteurs principaux, ils sont tout bonnement fabuleux. Suzan Anbeh ("French Kiss", "Va mourire") est d'une froideur et d'une cruauté incroyable, tout en étant fortement désirable. André Hennicke ("Pandorum", "La chute", "La comtesse", "Antibodies") est totalement habité par son rôle, incroyable de justesse. Giovinazzo vivant en Allemagne, il est tout à fait logique de retrouver un casting allemand, d'ailleurs ce segment a été tourné à Berlin. Si le court de Richard Stanley n'aura pas forcément convaincu tout le monde, celui-ci fera assurément rentrer la plus part des spectateurs dans le film.

La troisième histoire, "Wet dreams" est l’œuvre du cultissime Tom Savini ("La Nuit des morts vivants (1990)"), bien connu des amateurs d'hémoglobine pour ses maquillages et ses effets spéciaux dans des films comme "Zombie" ou "Creepshow", mais aussi pour ses apparitions en tant qu'acteur dans des films comme "Une nuit en enfer" où sa gueule de méchant ne passe jamais inaperçue! D'ailleurs il ne manquera pas l'occasion de jouer une fois de plus ici. "Wet dreams" est un segment très influencé années 80, totalement dans l'esprit des films à sketches comme "Creepshow" ou "Cat's Eye". Il y règne une ambiance onirique quasi permanente et un érotisme qui satisfera assurément le gente masculine, avec notamment la toujours très jolie Scream Queen, Debbie Rochon ("Tromeo et Juliet", "American Nightmare", "Colour from the Dark"). La gente masculine, justement, ne va pas être épargnée et va même souffrir sérieusement ici... Comme on peut s'en douter de la part de Savini, l'horreur sera bien au rendez-vous! On remarquera la présence au générique de Fred Vogel (les "August Underground") en tant qu’assistant réalisateur, bien connu des amateurs de cinéma underground extrême.

Le segment suivant, le plus court, est celui de Douglas Buck ("Family portraits - Une trilogie américaine", "Sisters") qui signe là une œuvre touchante où une mère parle de la mort à sa fille suite à un évènement tragique auquel elle a été témoin. Lena Kleine ("Territoires") et la jeune Mélodie Simard ("Blanche Neige") forment un duo émouvant et très crédible. "The Accident" est rythmé par une belle musique lancinante mettant en valeur les très belles images de ce joli court dont la photographie est une nouvelle fois assurée par Karim Hussain.


On arrive enfin à "Vision Stains", le fameux segment réalisé par Karim Hussain ("Subconscious cruelty", "Ascension", "La belle bête"), celui qui est à l'origine de plusieurs évanouissements lors de la tournée des festivals. Pas de quoi tomber dans les pommes à mon avis, mais il faut reconnaître que cette étrange histoire d'une jeune femme qui assassine des femmes pour voir leurs vies afin de remplacer les rêves qu’elle n’a pas, est la plus dérangeante et la plus choquante de "The Theatre Bizarre". Karim Hussain n'y va une nouvelle fois pas par le dos de la cuillère et frappe avec des images crues, mais toujours magnifiquement filmées. Il est à noter que le montage de ce court a été assuré par Douglas Buck!

Pour finir, le dernier segment, "Sweets", est l’œuvre de David Gregory ("Plague town"), fondateur de Severin films et initiateur du projet, qui nous invite ici dans son univers bien barré, avec une histoire bien dégueulasse, qu'il ne vaut mieux pas voir avant un repas... Certes, on pourra reprocher à ce court métrage une chute un peu trop prévisible, mais il faut bien avouer que malgré tout, elle fait son effet !

Toutes ces petites histoires sont liées par "Theatre Guignol", le fil rouge qui accompagne chaque segment. Sa mise en scène est assurée par Jeremy Kasten ("The Wizard of Gore", "The Thirst") et c'est Udo Kier ("Du sang pour Dracula", "Suspiria", "Halloween (2007)") qui en est le maître de cérémonie. Un joli lien qui rappelle les films à sketches des années 80 ou les séries comme "Les contes de la crypte"...


"The Theatre Bizarre" est une belle réussite, un mélange d'étrangeté et d'horreur et il me tarde déjà de le revoir. Le film devrait connaître une suite prochainement, intitulé "Grand Guignol" avec d'autres réalisateurs non moins talentueux! Jugez plutôt : Olivier Abbou ("Territoires"), Xavier Gens ("Frontière(s)", "The Divide"), Lucile Hadzihalilovic ("Innocence"), Pascal Laugier ("Martyrs", "The secret"), Julien Maury & Alexandre Bustillo ("A l'intérieur", "Livide"), Talal Selhami ("Mirages") et sous réserve Gaspar Noé ("Irréversible", "Enter the Void")! N'est-ce pas alléchant?

"The Theatre Bizarre" sort chez Wild Side Vidéo le 3 octobre 2012 en DVD et en Blu-ray. La version DVD sera présentée au format 2.40, 16/9ème compatible 4/3 avec des pistes anglaises DTS 5.1 et Dolby Digital 2.0 et française Dolby digital 5.1. Les bonus seront composés d'un commentaire audio de l'équipe du film, de 3 petits making-ofs pour les segments "Mother of toads", "The Accident" et "Vision Stains", de deux galeries photos pour "The Accident" et "Sweets" et de la bande annonce du film. Le Blu-ray sera quant à lui, présenté au format 2.40 avec une résolution de 1080 24p, avec des pistes anglaise et française DTS Master Audio 5.1. Il reprendra les même bonus que le DVD, plus un entretien avec Fabrice Lambot et Douglas Buck enregistré à Cannes 2011 et des entretiens avec David Gregory, Richard Stanley, Victoria Maurette, Buddy Giovinazzo, Douglas Buck et Fabrice Lambot. Les deux éditions contiendront une copie numérique du film.

The Theatre Bizarre (DVD + Copie digitale)

The Theatre Bizarre (DVD + Copie digitale)
Fnac à 10€
Voir la fiche
The Theatre Bizarre (Blu-ray + Copie digitale)

The Theatre Bizarre (Blu-ray + Copie digitale)
Voir la fiche

Permalink 1467 mots par flo001fg Email , 5875 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: The secret : La critiqueArticle suivant: Helldriver : La critique

Octobre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 19

powered by
b2evolution