01.07.14

07:27:11, Catégories: Interview  

Par Flo001fg

Il y a bientôt deux ans (Eh oui! Déjà!), le réalisateur Julien Richard-Thomson répondait à mes questions sur sa carrière et ses projets. Alors que son nouveau film, "Korruption" est actuellement en chantier, celui-ci fait depuis quelques jours polémique... Une polémique qui ne semble pas avoir lieu d'être, mais qui prend des proportions absolument hallucinantes! Afin, que Julien puisse s'exprimer et clarifier la situation, je lui ai posé quelques questions auxquelles il m'a répondu immédiatement :

Bonsoir Julien! Tu es actuellement en train de tourner ton nouveau long métrage, qui s'intitule "Korruption", dont certaines scènes ont déjà été tournées notamment dans l'Hôtel de Ville d'Asnières et qui malheureusement fait déjà pas mal polémique, alors qu'il est loin d'être terminé... Peux-tu nous expliquer ce qu'il se passe?

En effet deux scènes sont tournées dans cette mairie, qu'on a transformé en tribunal pour l'occasion. Nous avions obtenu toutes les autorisations nécessaires des services municipaux. Hélas, un nouveau maire (de droite très dure) est arrivé aux manettes en avril et a décidé de se servir de notre tournage pour tenter de discréditer son prédécesseur par une opération médiatique d'envergure. Il a donc inventé que nous avions tourné des scènes porno, et a lancé une campagne de presse diffamatoire qui, tu imagines bien, a totalement surpris l'équipe du film! Quand les actrices ont appris qu'on les accusait de faire du X, elles ont cru à une mauvaise blague...

Tu n'as jamais versé dans le porno dans aucun de tes films, pourtant certains journalistes n'hésitent pas à parler de porno soft en parlant de ton nouveau film... Penses-tu qu'il s'agisse de journalistes mal informés ou bien au contraire de journalistes complices de cette campagne diffamatoire?

Le premier qui a "dégainé " est en effet un journaliste complice de cette campagne, c'est difficile à prouver en justice mais il n'y a aucune doute. Ensuite, la rumeur s'est propagée comme une traînée de poudre car chacun sait bien que les médias ne prennent pas souvent le temps de vérifier les infos. Quand bien même ils vérifient, ils préfèrent toujours privilégier la version scandaleuse pour attirer l'attention. Ainsi, même des journalistes qui ont parfaitement compris de quoi il retournait ont joué sur des gros titres racoleurs et choquants. Mais c'est la loi des médias. Il y a quand même des journaux qui ont fait des articles sérieux comme Metronews, Ouest France, et même Le Figaro (alors que c'est un journal "de droite" donc qu'on aurait pu croire acquis à la cause du maire) et quelques autres. Mais la plupart ont titré sur mon "film porno" pour appâter le lecteur. Face à une rumeur on sait hélas qu'il y a peu de choses à faire, ça ne dure pas, l'ennui c'est qu'il reste ensuite des traces sur internet par exemple. Quiconque tapera "Korruption" dans un moteur de recherche tombera sur cette polémique dégoutante.


Peux-tu nous parler plus en détails de "Korruption" qu'on comprenne mieux d'où peut venir cette polémique?

C'est une comédie un peu loufoque, avec des personnes haut en couleurs, un peu dans le ton de Jean-Pierre Mocky ou Bertrand Blier avec aussi un brin de Tarantino pour le côté un peu "grindhouse" que je compte donner au film. Sur le fond, l'histoire narre les aventures de deux sœurs tombées aux mains d'une mafia, alors qu'en même temps une politicienne d'extrême-droite mène campagne électorale à la tête d'une milice armée de lance-flammes. Je suis très fier de ce scénario qui a souvent suscité l'enthousiasme de ceux qui l'ont lu. Sous forme d'une comédie grinçante je dénonce la corruption, l'argent-roi, l'exploitation des femmes par des mafias etc… Le maire d'Asnières a-t-il cru que je le visais personnellement, lui qui a déjà été condamné lourdement dans des affaires de marchés publics? Si c'est le cas il s'est trompé car mon film est une pure fiction qui n'a rien à voir avec des faits réels.

Il paraît évident que ces accusations ne reposent absolument sur rien. A ton avis quel intérêt peut avoir Monsieur Aeschlimann à attaquer ainsi ton film alors que finalement cela ne peut que te faire de la pub et qu'il risque de se ridiculiser publiquement?

En effet, chaque heure qui passe voit ce "hoax" se dégonfler comme une baudruche nauséabonde. Et les soutiens affluent pour me soutenir face à ce politicien qui se croit au dessus de lois. J'ai bien sûr porté plainte pour faire cesser la calomnie et protéger mon équipe, mes comédiens surtout. Derrière ce coup monté, il y a en réalité une vengeance personnelle de ce maire contre son prédécesseur dont je suis proche. Il prend en otage un film et des artistes qui n'y sont pour rien dans ses manœuvres. Mais toute l'équipe est déterminée à se battre pour trouver le financement qui manque encore pour finir le tournage et sortir le film dès que possible! J'espère fin 2014 ou début 2015.

Parlons un petit peu DVD! Tu dois sortir prochainement une compilation de courts-métrages. Peux-tu nous en parler?

J'édite une compilation de films de zombies qui sortira le 2 septembre en DVD, "Zombie Club Special Cocktail". Et fin 2014 je sortirai une autre compilation, une sorte de film à sketches comique, 100% "feel-good movies" avec quelques grands noms du rire!

Bon courage Julien! En espérant que la lumière soit faite rapidement et que cela ne porte , malgré tout, aucunement atteinte au film...

N'hésitez pas à suivre l'actualité du film sur sa page facebook! Et si vous avez envie de vous faire une idée sur les films du réalisateur et sur ses productions, voici les titres de sa filmographie disponibles en DVD :

Coffret Richard J. Thomson : Jurassic Trash + Time Demon + Time Demon II

Coffret Richard J. Thomson : Jurassic Trash + Time Demon + Time Demon II
PlusDeDVD à 27.59€
Amazon à 33€
Fnac à 33€
Voir la fiche
Votez Cindy ! : Elections présidentielles 2012

Votez Cindy ! : Elections présidentielles 2012
PlusDeDVD à 13.79€
Fnac à 17€
Voir la fiche
Jurassic trash

Jurassic trash
Amazon à 9.1€
Fnac à 9.1€
PlusDeDVD à 9.19€
Voir la fiche

Eject

Eject
Amazon à 9.1€
Fnac à 9.1€
PlusDeDVD à 9.19€
Voir la fiche
Permalink 1011 mots par flo001fg Email , 498 vues • Réagir

30.06.14

05:37:42, Catégories: Interview  

Par Flo200

Éric Falardeau, le réalisateur du film "Thanatomorphose", dont je vous avais parlé à l'automne dernier, a eu la gentillesse de répondre à mes questions. Une interview qui date de fin avril, mais que je ne pouvais pas mettre en ligne avant l'annonce officielle de sa sortie DVD en France chez Uncut Movies.

"Thanatomorphose" parle d'une jeune femme dont le corps est en train de pourrir... Comment t'es venue l'idée d'un tel scénario ?

L’idée m’est venue naturellement pendant mes études universitaires; ma thèse de maîtrise portait sur les fluides corporels et le rapport au corps. Par conséquent, j’ai beaucoup lu sur la mort, le corps, etc., autant du point de vue concret, matériel, que philosophique et anthropologique. Ces considérations théoriques se sont mélangées avec mes propres états d’âme à différents moments de ma vie.

Je suis quelqu’un de très pessimiste. Le personnage principal, qui était un homme au début de l’écriture du scénario, est une sorte de double non pas de ma vie, mais de ma vision générale de l’existence. De changer pour un personnage féminin m’a permis de prendre du recul. Sans oublier que le sujet du corps féminin est beaucoup plus évocateur que celui du corps masculin. De mon point de vue à tout le moins.

J’ai écrit le scénario à temps perdu entre le travail et la maîtrise entre 2007 et 2009. Je voulais tourner en 2010, mais j’ai obtenu du financement pour un autre film (mon court métrage d’animation "Crépuscule"). Nous avons donc tourné à l’été 2011.

Est-ce qu'avec "Thanatomorphose" tu as voulu aller au bout de ton sujet commencé au moment de ta thèse ?

"Thanatomorphose" est en effet la synthèse d’une partie de ma vie; c’est en quelque sorte un condensé de mes courts-métrages, de mes études universitaires et de ma vision des rapports humains. Ce film marque pour moi la fin d’une étape. Pas du point de vue des thématiques – qui sont indissociables de qui je suis – mais du côté de la représentation graphique de ces thématiques. Je suis allé au bout de cette idée et du concept. Mes prochains films seront sûrement aussi lourds et traiteront de sujets similaires, mais la représentation sera moins littérale. Je ne veux pas faire le même film deux fois!


Kayden Rose est absolument incroyable dans le film. As-tu rencontré beaucoup d'autres jeunes femmes avant de faire ton choix ?

Non. En fait, je l’avais vue dans quelques courts métrages et j’ai tout de suite compris qu’elle était faite pour le rôle. Je l’ai contactée, elle a lu le scénario et elle a immédiatement saisi le personnage et les enjeux du film. Ce ne fût donc pas très difficile de la convaincre!

Rémy Couture

Les effets spéciaux de maquillages, qui jouent un rôle primordial dans le film sont signés Rémy Couture et David Scherer. Qui s'est occupé de quoi dans le film ?

David et Rémy avaient des tâches très précises et complémentaires. Dans le cas de Rémy, son aide a été ponctuelle et touchait essentiellement les répliques de membres puisque David était en France avant le tournage et il ne pouvait donc pas mouler les comédiens. Rémy s’est aussi occupé des différents fluides corporels (sang, pus, urine, etc.). En 2011, il était en pleine promotion du documentaire "Art/Crime" de Frédérick Maheux ("Théorie de la religion", "Ana") qui porte sur son arrestation en plus de préparer son procès. Il a fait un excellent travail.

Du côté de David, je n’ai que d’excellents commentaires à faire sur son travail. C’est le Gianetto De Rossi français! Un maître! David était en charge des effets sur le plateau durant tout le tournage, travaillant pendant trois semaines entre 10 et 14 heures par jour. C’est tout simplement dément. Avant de venir nous rejoindre au Québec pour le tournage, il a préparé des prothèses, une fausse tête, un squelette, une carcasse... Énormément de travail. Ce fût un plaisir de récupérer le colis aux douanes canadiennes! Nous échangions ponctuellement par le biais de courriels, d’un FTP et de Skype. Cela me permettait de superviser à distance son travail quoique David a très vite saisi ce que je désirais en terme d’effets spéciaux : organiques, cronenbergiens et fulciesque. Je lui serai toujours redevable pour son professionnalisme, son enthousiasme et son talent. Il est extrêmement débrouillard et créatif. C’est un grand artiste.


Comment t'es venu l'idée de faire appel à David Scherer alors qu'il est français ?

Ce sont deux amis, Colin Vettier et Thierry Paya, qui m’ont conseillé de faire appel à David. Ils ont travaillé avec lui sur leur long "Ouvert 24/7" et ils n’avaient que des éloges à son sujet. Benoît Lemire (directeur photo) et moi avons rencontré David à Paris quelques mois avant le tournage. Nous revenions de la projection de "Coming Home" au Festival des Maudits Films (Grenoble). Ce fût une rencontre professionnelle déterminante, le genre qui n’arrive que rarement dans une vie. Il est conscient du rôle de l'éclairage et du montage dans la réussite d'une scène à effets. Nous nous sommes immédiatement entendus et nous avons scellé notre collaboration avec un peu d’alcool!

Es-tu surpris de l'accueil plutôt très positif reçu par le film?

Extrêmement. Je suis très content et surtout surpris de l'accueil généralement chaleureux réservé au film. En fait, je suis content car le film divise le public, mais les raisons évoquées des deux côtés sont les mêmes! Cela signifie pour moi que nous avons réussi quelque chose, nous touchons les gens et provoquons une réaction. Il n'y a rien de pire pour moi qu'un film consensuel. Il faut susciter la discussion, provoquer des points de vue divergents. C'est important pour moi à titre de spectateur, et donc de cinéaste. Ce n’est pas un film facile. Il est lent, contemplatif et lourd, mais c’était selon moi la seule façon de le faire pour respecter mon sujet et faire vivre une émotion pure au spectateur. Il ne pouvait pas plaire à tous. C’est très encourageant et ça me motive énormément pour le prochain film.

Quelles ont été tes influences ? On imagine aisément qu'il y a pu y avoir des cinéastes comme David Cronenberg et Jörg Buttgereit...

Oui, il y a des références directes à ces deux grands cinéastes que j’admire énormément, mais aussi au "Driller Killer" de Ferara et à Polanski. Du côté expérimental, il y a Brakhage, mais aussi "La vie nouvelle" de Philippe Grandrieux pour son désespoir écrasant. Pour ce qui est des effets spéciaux, David Scherer est un fan de Fulci et moi d' "Hellraiser" alors c'est un peu un mélange de ces deux univers.

"Thanatomorphose" sort enfin en France chez Uncut Movies... Peux-tu nous parler de cette édition ? Contiendra-t-elle des suppléments inédits par rapport aux autres éditions sortis un peu partout dans le monde ?

En ce moment, je ne sais pas encore quels sont les choix de Uncut pour les suppléments. Cela dit, le film comportera des sous-titres français (un énorme merci à Sabine Garcia du Festival des Maudits Films à Grenoble). Je suis très fier de sortir sous ce label. Ce sont de vrais passionnés, des guerriers du cinéma de genre, et c’est grâce à des gens comme eux que le cinéma underground indépendant peut atteindre le public. Leur travail est colossal et nécessaire. Ce sera un superbe DVD!

Pour les fans et collectionneurs, quelles autres éditions leur conseillerais-tu ?

Toutes! Sans blague, outre les boni communs (making of, etc.), chaque édition comporte des courts métrages différents dont certains sont plutôt rares, en particulier mon film d’animation "Crépuscule". La future sortie Allemande sera en quantité limitée dans un superbe boîtier. Ce sera un bel objet pour les collectionneurs.

Quels sont tes projets pour l'avenir ? Penses-tu continuer à faire le même style de films ?

En ce moment, je coécris/codirige avec Simon Laperrière un livre sur un programme télévisé québécois, "Bleu nuit", qui diffusait du cinéma érotique et qui a contribué à l’éducation sexuelle de beaucoup d’entre nous! Le livre sera publié à l’automne aux Éditions Somme Toute et Panorama Cinéma. Il y a même des articles de spécialistes français que vous connaissez bien!
Sinon, je monte la structure financière pour un court métrage expérimental tout en scénarisant mes prochains longs. J’ai quelques projets sur la table. Il ne reste plus qu’à voir lequel sera financé. Les genres sont différents (comédie, fantastique, érotisme), mais mon côté sombre demeurera.

Merci Éric!

Amateurs de cinéma extrême et underground, surtout ne manquez pas la sortie du DVD prévue normalement à l'automne prochain chez Uncut Movies, d'autant plus que cela sera la seule édition à proposer des sous-titres français sur un vrai DVD! Attention comme d'habitude chez l'éditeur, tirage limité à 1000 copies!

Permalink 1601 mots par flo001fg Email , 263 vues • Réagir

26.06.14

06:01:58, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo001fg

Synopsis :

A 17 ans seulement, Morgan Carter est une très grande star de cinéma qui se livre à tous les excès. Jusqu'au jour où elle perd connaissance à la sortie d'un club. Sa mère et son manager décident alors de l'envoyer au fin fond de l'Indiana, chez Trudy, une amie de la famille, afin de compléter sa cure de désintoxication et l'éloigner des tentations. Pour Morgan, qui se fait désormais appeler Claudia Miller, une nouvelle vie commence, mais elle est inadaptée à la vie ordinaire : elle fait du cinéma depuis l'âge de cinq ans et n'a même jamais mis les pieds dans une école. Son défi étant de rester sobre et mener la vie d'une adolescente ordinaire...

Mon avis :

Pas sûr que j'aurai un jour essayé de voir ce "Confessions d'une star" si je n'avais pas une ado de 14 ans à la maison... Récemment j'avais regardé avec elle "Une seconde chance", un film pour adolescentes sur l'univers de la gymnastique, sorti également chez Zylo et franchement, j'avais passé un agréable moment. D'ailleurs c'est toujours très plaisant de pouvoir passer des moments comme ça avec sa fille et cela, même si ça ne rentre pas trop dans nos goûts! Je me suis donc dit, retentons l'expérience avec ce film, on verra bien!

"Confessions d'une star", dont le titre original est "True Confessions of a Hollywood Starlet", est un téléfilm réalisé par l'acteur Tim Matheson ("Abus de pouvoir", "Enterré vivant 2", "Hart of Dixie") pour Lifetime TV. Eh bien, il faut reconnaître que ce téléfilm est plutôt pas mal avec notamment une petite critique assez cinglante du « star system » et de l'alcoolisme qui touche de plus en plus malheureusement nos adolescents.

L'intrigue est assez prévisible et sans réelles surprises, mais on se laisse malgré tout porter par les petites mésaventures de cette starlette grâce à son personnage assez attachant et à quelques touches d'humour assez plaisantes. L'actrice Joanna 'JoJo' Levesque ("Aquamarine", "Camping Car", "G.B.F."), qui est surtout connue d'ailleurs en tant que chanteuse, tient parfaitement son rôle et est tout à fait crédible, que cela soit en tant qu'adolescente (Ce qui n'est pas toujours le cas!) ou en tant que star de cinéma.

Parmi le casting, quelques têtes connues avec par exemple dans le rôle de son agent, l'acteur Louis Ferreira ("L'armée des morts", "Shooter, tireur d'élite", "Saw IV") connu aussi sous le pseudonyme de Justin Louis, Lynda Boyd ("Comportements troublants", "Destination finale 2", "Une vie inachevée", "Rampage") dans le rôle de sa mère et Valerie Bertinelli ("Les anges du bonheur", "Hot in Cleveland") dans le rôle de sa « tante ».

Par contre, on n'échappe évidemment pas à certains clichés qu'on a l'habitude d'en avoir sur les lycées américains avec bien entendu la garce de service, la nouvelle évidemment rejetée par tous sauf par quelques filles non populaires et un peu exclues et par le beau gosse un peu rebelle avec sa belle moto, qui est naturellement convoité par la petite garce etc...

En revanche, l’héroïne n'est pas la petite fille gentillette bien lisse qu'on voit habituellement dans ce type de comédie dramatique, ici, c'est une alcoolique qui sort tout juste de cure et en plus, c'est une jeune fille capricieuse qui a pris l'habitude d'avoir tout ce qu'elle veut. Donc autant dire qu'on n'a pas beaucoup d'empathie pour elle au départ! Mais comme on peut s'en douter, la jeune starlette va se prendre des claques et va sérieusement redescendre sur terre, pour enfin redevenir elle-même...

Le fait qu'elle passe incognito alors qu'elle est une star passe étonnamment plutôt bien et est assez crédible, malgré un simple changement de couleurs de cheveux et un look différent. Bon, par contre c'est plein de bonnes intentions avec une morale certes bien pensante, mais sincèrement cela se laisse regarder avec plaisir et avec ma fille, on n'en demandait pas plus!

Voici donc un petit téléfilm calibré pour adolescentes, très plaisant à voir en famille ou évidemment entre copines!

"Confessions d'une star" est sorti en DVD le 17 juin 2014 chez Zylo, dans une édition proposant le film au format 1.78 16/9ème, avec une unique piste française Dolby Digital 2.0. Bizarrement, l'éditeur ne nous propose pas la bande annonce en bonus...

Afin de suivre l'actualité de l'éditeur, rendez-vous sur ses pages facebook et Twitter...


Crédits photos : © 2008 Lifetime Entertainment Services, LLC, a subsidiary of A+E Networks. All rights reserved.

Confessions d'une star

Confessions d'une star
PlusDeDVD à 11.95€
Amazon à 12.99€
Fnac à 12.99€
Voir la fiche
Permalink 777 mots par flo001fg Email , 150 vues • Réagir

24.06.14

06:03:46, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo200

Synopsis :

Adam est réalisateur ; Jill, sa petite-amie essaie de vivre de sa peinture. Pour mettre un peu de piment dans leur relation, ils décident de filmer leurs ébats. Pour aller plus loin, Adam trouve un hôpital abandonné qui pourrait servir à la future exposition de Jill mais aussi de décor à leur nouvelle « sex-tape ». Lorsqu’il visionne les rushes, Adam s’aperçoit que Jill change peu à peu de comportement et qu’ils ne semblent pas seuls dans cet hôpital lugubre et désaffecté...

Mon avis :

Avec les succès phénoménaux de "Le projet Blair Witch", puis de "Paranormal Activity" quelques années plus tard, beaucoup se disent probablement encore que le filon est un bon plan pour se faire de la thune facile. Cela ne coûte rien ou presque et cela peut rapporter beaucoup! Par conséquent, qu'y a-t-il à perdre?

C'est peut-être ce que s'est dit le pourtant talentueux Bernard Rose ("Paperhouse", "Candyman", "Ludwig van B.", "Anna Karénine"), qui aimerait très certainement renouer avec le succès qu'il avait dans les années 90. Bon, vu que le film n'a pas dû coûter très cher, il est possible que lui et ses producteurs (dont Steven Schneider, à qui on doit "Paranormal Activity", "Insidious" ou encore "Lords of Salem") se fassent effectivement pas mal d'argent par rapport à l'investissement de départ, mais pour le succès, à mon avis, il devra très certainement repasser et surtout nous proposer autre chose de bien meilleure qualité.

Ce genre de films, ce n'est pas trop mon truc, il faut dire! Je n'ai rien contre le « found footage », la preuve, j'aime beaucoup les "[●REC]", j'ai vraiment apprécié "Cloverfield", mais par contre les films d'horreur genre "Paranormal activity", j'ai vraiment du mal! Dans le style, j'ai été atterré récemment par "House trap" où je m'étais mortellement ennuyé, mais ce "SX Tape" est tout de même facilement un cran au dessus! Heureusement...

L'histoire est relativement simple, Adam, photographe et réalisateur, décide de filmer sa copine artiste peintre, une vraie petite coquine très portée sur la chose, afin de faire une sex-tape, mais également pour pouvoir utiliser cette vidéo lors d'une future exposition. C'est d'ailleurs pour lui montrer un lieu d'exposition insolite qu'il l'emmène jusqu'à un vieil hôpital désaffecté... Un lieu sordide dans lequel ils auraient mieux fait de ne pas entrer évidemment! D'ailleurs il est assez curieux d'apprendre que cet hôpital de la communauté Linda Vista a réellement fait l'objet de plusieurs investigations paranormales...

L'actrice Caitlyn Folley ("Speak", "Happy Endings", "The FP"), qui interprète Jill, est plutôt mignonne, mais a surtout beaucoup de charme et c'est en grande partie grâce à elle qu'on suivra sans déplaisir les 35 premières minutes où finalement il ne se passe pas grand-chose. En plus elle n'hésitera pas à se mettre à poil, ce qui ne sera pas pour nous déplaire... Oui, je sais! On ne se refait pas!!! Ses toiles sont par contre très chouettes et ce qui est assez surprenant, c'est que ce sont véritablement ses propres œuvres et que celles-ci ont même été filmées dans son atelier...

Au niveau du casting, le film tourne essentiellement autour de quatre comédiens, les autres faisant plus de la figuration qu'autre chose. On notera surtout la présence de la très jolie actrice mexicaine Diana García ("Sin nombre", "Aquí Entre Nos"), qui joue le rôle d'Eddie, la meilleure amie de Jill. Le casting masculin étant soit très peu visible dans le cas Ian Duncan ("Creep", "Blood River"), qui incarne Adam, soit assez énervant dans le cas de Chris Coy ("Hostel: Part III", "Rogue River", "Délivre-nous du mal"), qui interprète Bobby, le petit ami de Ellie.

Le côté horrifique met un peu de temps à se mettre en place, mais on aura le droit tout de même à quelques petites sueurs froides au cours du film et c'est déjà ça! Mais pas de grosses frayeurs par contre! Pour un « found footage », le film reste tout de même assez bien filmé et donc pas désagréable à regarder. Par contre, la fin manque un peu de crédibilité... Dommage!

En résumé, si vous aimez les "Paranormal activity" & Co., vous devriez apprécier, autrement c'est nettement moins sûr...

"SX Tape" sort le 2 Juillet 2014 chez Wild Side Vidéo en DVD, Blu-ray et VOD. Le DVD est présenté au format 1.77, 16/9ème compatible 4/3 avec pistes anglaise Dolby Digital 5.1 et françaises DTS 5.1 & Dolby Digital 2.0. Le Blu-ray est quant à lui au format 1.77 avec une résolution du film 1080, 24p avec des pistes anglaise & française DTS-HD Master Audio 5.1. Les suppléments, communs aux deux éditions, se composent d'un making of (15’) et de la bande annonce.

SX Tape

SX Tape
Amazon à 13.99€
CDiscount à 13.99€
PlusDeDVD à 14.71€
Voir la fiche
SX Tape (Blu-ray)

SX Tape (Blu-ray)
Amazon à 17.99€
CDiscount à 17.99€
PlusDeDVD à 18.39€
Voir la fiche

Permalink 814 mots par flo001fg Email , 230 vues • Réagir

23.06.14

06:02:34, Catégories: Nouveautés  

Par Flo200

Synopsis :

Pour l’Olympique de Paris, aller disputer ce match amical à Capelongue aurait dû être une simple corvée de fin de saison. Personne n’aurait pu anticiper qu’une infection très semblable à la rage allait se propager, et transformer les habitants du petit village en créatures ultra-violentes et hautement contagieuses. Pour Samuel - l’ancienne gloire près de la retraite, Idriss - le prodige arrogant, Coubert - l’entraîneur dépressif, ou Solène - la journaliste ambitieuse, c’est l’heure de l’affrontement le plus important de leur vie.

Présentation :

Comment???? On est en pleine Coupe du Monde de la FIFA au Brésil et DVDpascher ne parle même pas du ballon rond... C'est une honte!!! Heureusement, Luminor nous offre l'occasion de nous rattraper avec la sortie en ce mois de juin du très sympathique et délirant "Goal of the Dead" dont je vous avais déjà parlé lors de sa sortie en salle!

C'est en effet le 11 juin de cette année 2014 que sont sorties en coffrets DVD et Blu-ray, les deux parties du diptyque comico-horrifique "Goal of the Dead" de Benjamin Rocher ("La Horde") et Thierry Poiraud ("Atomik Circus - Le retour de James Bataille"). Et il n'y a pas à dire, l'éditeur nous gâté pour cette sortie!

D'abord, car le prix de ces deux éditions est très abordable avec un prix unique pour les deux formats (Normalement 14.99 euros pour le coffret DVD comme pour le coffret Blu-ray! Mais certaines enseignes nous offrent des prix encore plus attractifs en les proposant à 12.99! Pourquoi se priver?) et d'autre part, car on a le droit à deux éditions techniquement très soignées et aux bonus peu nombreux, mais de qualités.

La version DVD se compose de deux DVDs placés dans deux boîtiers slim noirs, regroupés au sein d'un coffret cartonné. Les deux films, "Première Mi-temps" et "Seconde Mi-temps", y sont présentés au format 2.35 16/9 avec piste française Dolby Digital 5.1. Le premier DVD contient en bonus la bande annonce du film, ainsi que deux courts métrages grindhouse de Mathieu Berthon ("Le Réserviste"), "Feed to Kill" et "Tourist-A", deux courts qui étaient à l'origine présents en entracte lors des différentes projections de "Goal of the Dead". Le second DVD renferme quant à lui un making of de 20 minutes, intéressant et assez complet, un module sur les effets spéciaux de 8 minutes et des photos de tournage.

La version Blu-ray se compose quant à elle de deux Blu-rays placés dans deux boîtiers Blu-ray, l'un noir, l'autre bleu, également regroupés dans un coffret cartonné. La version Blu-ray nous offre une image au format 2.35 16/9 avec une résolution de 1080p et piste française dts-HD Master audio 5.1. Quant aux bonus, ce sont les mêmes que pour l'édition DVD.

Lors de ma critique, je n'avais pas pu vous présenter de screenshots exclusifs, alors je profite de cette présentation pour le faire... Alors enjoy! Et surtout ne manquez sous aucun prétexte l'arrivée inopinée de ces enragés sur la planète foot! Que vous aimiez ou non le football, "Goal of the Dead" vous promet en effet un divertissement bien barré et complètement réjouissant!

N'hésitez pas également à suivre la page facebook du film pour vous tenir au courant de l'actualité du film, des concours (Il y a pas mal de goodies actuellement à gagner!) etc...

Goal of the dead

Goal of the dead
Amazon à 12.44€
PlusDeDVD à 13.79€
M6Video à 14.99€
Voir la fiche
Goal of the dead (Blu-ray)

Goal of the dead (Blu-ray)
Amazon à 12.96€
PlusDeDVD à 13.79€
M6Video à 14.99€
Voir la fiche

Permalink 583 mots par flo001fg Email , 320 vues • Réagir

20.06.14

08:32:18, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo001fg


Synopsis :

Au lendemain de la chute du nazisme, la nation allemande a dû prendre conscience de l’incroyable machination qui a conduit ses élites à organiser la plus grande tragédie de l’Histoire de l’Humanité. En confrontant des lycéens à une mise en scène réaliste du quotidien d’Auschwitz, Dr Boll interroge la mémoire, la culpabilité et l’histoire que transmettront les futures générations. Dans ce pamphlet, le cinéaste et intellectuel allemand, Dr Uwe Boll sonde la jeunesse de son pays et établit un examen des consciences après 3 générations. Terreau fertile des négationnismes, le manque de conscience et d’empathie de cette nouvelle génération dresse l’effroyable constat de l’oubli nourri de tabou, de la rancœur et de l’ignorance.


Mon avis :

Winston Churchill a dit « Un peuple qui a oublié son passé se condamne à le revivre »... Cette phrase résume parfaitement en effet les motivations qu'a eu Uwe Boll ("King Rising", "Seed", "The Last Squad", "Blood Reich", "Max Schmeling") en faisant ce film sur la Shoah.


Avec "Auschwitz", le réalisateur allemand signe un film vraiment à part dans sa filmographie, car ce long-métrage est avant tout un documentaire. Une bonne partie du film est d'ailleurs composée d'entretiens avec des lycéens allemands et d' images d'archives sur le sujet. A travers ce film, Uwe Boll a voulu, d'une part, montrer de façon brute, ce qu'étaient les camps de la mort et d'autre part, montrer la relative ignorance des jeunes de notre époque sur des faits absolument ignobles et pourtant relativement récents, ayant pourtant été commis par leur propre nation...


Le film débute par une présentation du film par le réalisateur, suivi de quelques interventions de lycéens questionnés sur ce qu'était Auschwitz et l'on peut rapidement s'apercevoir du dramatique manque de connaissances de ceux-ci sur le sujet. Certains n'ont jamais entendu parler d'Auschwitz, d'autres ignorent qui étaient les SS etc...


Au bout d'environ 10 minutes, le film, pour sa partie fiction, commence alors. Le réalisateur a choisi volontairement une mise en scène assez sobre, collant au plus proche de la réalité, n'essayant pas notamment de trop soigner sa photographie ou encore, ne rendant pas la réalité plus dramatique qu'elle n'est par une ambiance musicale exagérée qui aurait pu jouer davantage encore sur nos sentiments. Non, il nous montre la réalité de façon froide, crue et sans aucune fioriture...


Il y a d'ailleurs un côté presque mécanique dans cette extermination. Les soldats allemands font ça comme un travail à la chaîne avec ses différentes étapes bien définies, récupérant vêtements, bijoux, cheveux et dents avant de brûler les corps. Le réalisateur nous montre des soldats faisant ça sans état d'âme, même s'il nous parle tout de même de certains ayant du mal à exécuter les bébés...


D'ailleurs, ce qui manque un peu au film ce sont quelques explications! Pourquoi les bébés étaient-ils exécutés à part et par une balle dans la tête? Pourquoi récupéraient-ils les cheveux et les dents? En fait, dans le cas des cheveux par exemple, ceux-ci étaient transformés en feutre industriel afin de fabriquer notamment des pantoufles ou des bas... Absolument ignoble! Les images sont évidemment très dures et difficilement supportables, car contrairement à des films de pure fiction, là on sait que cela a malheureusement eu lieu!


Uwe Boll n'hésite pas à s'attribuer le rôle d'un des bourreaux, comme pour assumer le rôle des siens durant la guerre. Il faut d'ailleurs reconnaître que le fait que le film soit l’œuvre d'un allemand décuple encore plus l'impact de celui-ci.


Après, cette recomposition de ce qu'il se passait dans les camps, le réalisateur reprend la partie reportage et documentaire, avec la suite des réponses des lycéens à ses questions, agrémentées d'images d'archives montrant la réalité. Là, encore on voit l'ignorance de certains jeunes (Pas de tous heureusement!), mais le cinéaste essaye tout de même de les amener à réfléchir sur tout cela et certains font même le parallèle avec d'autres génocides ou d'autres conflits plus récents...


Enfin, Uwe Boll conclut sur sa motivation à faire un tel film, une motivation, on ne peut plus louable, qu'on n'oublie jamais que cela ait eu lieu pour que cela ne se reproduise plus, mais également comme il le dit au début du film que certains arrêtent de mettre tous les allemands dans le même panier...


Les détracteurs de Uwe Boll ne changeront probablement pas d'avis sur les qualités de metteur en scène du réalisateur allemand, mais ne pourront en revanche que saluer, comme tout le monde d'ailleurs, l'initiative de la part du cinéaste de nous convier à ce devoir de mémoire fort malheureusement nécessaire.


"Auschwitz" est sorti en DVD et Blu-ray le 3 juin 2014 chez Elephant Films. Le film est présenté au format respecté 1.78 et 2.35 16/9ème avec pistes française et allemande Dolby Digital 5.1 et sous-titres français pour le DVD et au format 1.78 et 2.35 avec une résolution de 1080i et pistes française et allemande dts-HD Master Audio 5.1 et sous-titres français pour le Blu-ray. Côté bonus, on trouve un entretien de Uwe Boll filmé à Movies 2000 lors de sa venue le 2 juin 2012, une galerie d'images et des bandes annonces de l'éditeur dont celle du film.


Auschwitz

Auschwitz
PlusDeDVD à 15.63€
Fnac à 16.99€
Voir la fiche
Auschwitz (Blu-ray)

Auschwitz (Blu-ray)
PlusDeDVD à 18.39€
Amazon à 19.2€
Fnac à 19.99€
Voir la fiche

Permalink 939 mots par flo001fg Email , 204 vues • Réagir

19.06.14

06:10:34, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo200

Synopsis :

Le détective Jack Chandler se voit confier la tache de retrouver Samantha, une jeune femme disparue dans les rues de Los Angeles. Au cours de ses investigations, il va découvrir l’existence d’une curieuse secte dirigée par un gourou mystérieux, baptisé L’étranger, et dont les disciples sont des prostituées armées de... tronçonneuses !

Mon avis :

Parmi les lecteurs de Mad Movies, qui n'a pas fantasmé un jour sur les photos de "Hollywood Chainsaw Hookers" ou sur celles de "La plage sanglante"? Eh bien justement, le jeune éditeur Crocofilms débarque avec deux films de Fred Olen Ray totalement inédits chez nous, à savoir "Evil Toons" et justement "Hollywood Chainsaw Hookers"! Elle n'est pas belle la vie?

Fred Olen Ray ("Scalps", "L'emprise de la peur", "L'Attaque de la pin-up géante") est un réalisateur à part, bien connu des amateurs de nanars et de cinéma Bis, qui a à son actif déjà plus de 130 films en tant que réalisateur, mais le bonhomme est également producteur, scénariste, acteur et catcheur! Rien que ça! "Hollywood Chainsaw Hookers" est probablement son film le plus connu et le plus culte. Il faut dire que voir des jolies filles dénudées armées de tronçonneuses, cela a de quoi marquer les esprits! Non?

Mais que vaut le film me direz-vous? Eh bien, c'est évidemment du grand n'importe quoi, mais c'est un long-métrage très amusant et plaisant à voir! Par exemple, lorsque les demoiselles découpent leurs victimes à la tronçonneuse, on voit très nettement qu'on leur jette dessus de la tripaille et de la fausse hémoglobine... C'est un pur régal! Surtout qu'ici, tout est fait exprès et en connaissance de cause...

C'est avant tout une parodie de films noirs et de films d'horreur par la même occasion, avec son détective privé archi caricatural et ces dialogues particulièrement croustillants et complètement en décalage avec ce qui se passe à l'écran, ce qui donne lieu d'ailleurs à quelques scènes assez hilarantes. Le film fait d'ailleurs presque penser par moments à un film comme "Les cadavres ne portent pas de costard" tellement on est dans la parodie de films noirs...

Le réalisateur parsème son film de pas mal de nudité et a donc fait appel à quelques très jolies actrices, peu farouches, comme Michelle Bauer ("Puppet Master III: La revanche de Toulon", "L'Attaque de la pin-up géante", "Lust for Frankenstein") et Linnea Quigley ("Douce nuit, sanglante nuit", "Le Retour des morts-vivants", "Creepozoids", "Night of the Demons"), qui se retrouvent ici après avoir tourné dans le "Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama" de David DeCoteau. Les deux « Scream Queens » se dévoileront pour notre plus grand plaisir et d'ailleurs il faut bien l'avouer, c'est l'un des attraits majeurs du film...

Il est à noter au niveau du casting la présence de Gunnar Hansen ("Mosquito", "Chainsaw Sally", "Murder-Set-Pieces", "Harpoon"), acteur islandais devenu culte grâce à son rôle de Leatherface dans "Massacre à la tronçonneuse". Ce n'est bien entendu pas un hasard s'il joue dans le film puisque celui-ci se veut également être une parodie du classique de Tobe Hooper.

Dans le rôle du détective Jack Chandler (En référence à Raymond Chandler, célèbre écrivain de romans noirs...), on retrouve Jay Richardson ("Pour la mort d'un flic", "Beverly Hills Vamp", "Alienator", "Teenage Exorcist", "Lune de miel à Las Vegas"), l'un des acteurs fétiche de Fred Olen Ray, incarnant parfaitement ce privé forcément un peu looser... Enfin, on remarquera également la présence de Dawn Wildsmith ("Surf Nazis Must Die", "Evil Spawn", "L'invasion des cocons"), qui tournera également pas mal pour le réalisateur. Si tout le film est évidemment un grand n'importe quoi, la fin atteint tout de même des sommets!

Au final, "Hollywood Chainsaw Hookers" mérite bien son statut de film culte et cette sortie tardive chez Crocofilms devrait donc ravir tous les amateurs de cinéma Bis de l'hexagone, qui désespéraient depuis tellement longtemps de pouvoir enfin voir ce film...

"Hollywood Chainsaw Hookers" est sorti en DVD le 20 mai chez Crocofilms vendu en avant-première chez certains magasins spécialisés comme Metaluna Store et dans les boutiques de l'éditeur sur le net, mais sa sortie officielle dans le commerce sera normalement pour septembre. Cette édition propose le film au format respecté 4/3 (J'en vois qui vont crier au scandale, mais sachez que la seule édition au format 16/9 est celle de Retromedia Entertainment sortie pour les 20 ans du film et que celle-ci propose une image recadrée!), avec pistes anglaise Dolby Digital 2.0 mono. Côté bonus, rien concernant le film en lui même à part la bande annonce, mais l'éditeur nous proposera le court métrage "Lust murders" de David Marchand. Dommage, on aurait bien aimé avoir une présentation du film par exemple...

Hollywood Chainsaw Hookers

Hollywood Chainsaw Hookers
PlusDeDVD à 11.95€
Amazon à 14.7€
Fnac à 17€
Voir la fiche
Permalink 824 mots par flo001fg Email , 205 vues • Réagir

18.06.14

06:10:10, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo001fg

Synopsis :

Dans une ville aux mains des gangs, la police, à la suite d'un échec cuisant face aux caïds, décide de frapper un grand coup. Ils montent un commando d'élite chargé d'assaillir l'immeuble bunker de la mafia, et décident de filmer toute l'opération pour la retransmettre en direct à la TV.

Mon avis :

La jaquette de "Raiders" annonce en petit "Un scénario de Johnnie To"... Bon, ce n'est pas tout à fait exact et d'ailleurs il n'est crédité nulle part au générique! Et pour cause, il n'a absolument pas participé à ce film sorti initialement sous le titre international "Newsmakers". Alors pourquoi l'éditeur Condor Entertainment annonce-t-il ça? Eh bien tout simplement car cette co-production russo-suédoise s'inspire de "Breaking news", l'un des chefs d’œuvre justement de Johnnie To, en en faisant d'ailleurs un quasi remake!

Alors que "Breaking news" débutait par une fabuleuse fusillade en plan séquence d'environ 7 minutes, le réalisateur suédois Anders Banke, qui s'était fait connaître avec "Tale of Vampires", débute son film par une longue fusillade qui étonnamment fera plus penser à celle de la sortie de la banque dans "Heat" de Michael Mann qu'à celle du film de Johnnie To... La scène est assez spectaculaire, ça tire vraiment dans tous les sens, même sur d'innocents passants d'ailleurs, qui apparemment devaient être sourds pour continuer à marcher au lieu de se coucher.

Cet affrontement entre les policiers et des malfrats étant un véritable fiasco pour la police, la charmante Katya Verbiskaya (Un peu trop charmante d'ailleurs... Elle manque quand même un peu de crédibilité!), directrice des relations publiques des forces de l'ordre, met en place une opération de grande ampleur afin de redorer l'image de la police moscovite. Une opération coup de poing avec les forces spéciales équipées de caméras afin que le public puisse suivre l'intervention en direct lors d'un show télévisé...

Bon, comme on pouvait s'en douter, cela ne va pas se dérouler comme la petite dame l'avait imaginé... Malgré de bonnes scènes d'action, le film peine franchement à décoller, peut-être justement à cause de cette première scène un peu trop marquante... "Raiders" s'essouffle malheureusement trop rapidement, manquant cruellement de rythme après cette première demi-heure pétaradante.

Et puis il y a ces nombreuses touches d'humour, parfois un peu lourdingues, qui desservent pas mal le film! C'est dommage, car le film avait malgré tout quelques atouts pour lui. Les effets pyrotechniques par exemple qui sont très convaincants. On sent d'ailleurs que le film a bénéficié d'un bon petit budget. Mais bon, tout ça ne suffit pas à rendre le film palpitant...

Pour son prochain film, Anders Banke reviendrait apparemment à la comédie horrifique et ma foi, ce n'est pas plus mal, car cela lui convenait bien mieux... Vous l'aurez compris, ce sont essentiellement ses scènes d'action qui feront le plus-value de ce "Raiders" au résultat final très mitigé!

"Raiders" est sorti le 15 mai 2014 chez Condor Entertainment en DVD et Blu-ray. L'édition DVD propose le film au format 2.35 16/9 compatible 4/3 avec pistes française et russe Dolby Digital 5.1, alors que le Blu-ray est au format 2.35 16/9 avec un encodage VC1 et des pistes française et russe dts-HD Master Audio 5.1. Les deux éditions sont dépourvues par contre du moindre bonus.

Raiders

Raiders
CDiscount à 12.99€
PlusDeDVD à 13.79€
Amazon à 14.99€
Voir la fiche
Raiders (Blu-ray)

Raiders (Blu-ray)
CDiscount à 17.99€
PlusDeDVD à 18.39€
Amazon à 19.99€
Voir la fiche

Permalink 572 mots par flo001fg Email , 116 vues • Réagir

<< Page Précédente :: Page suivante >>

Juillet 2014
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 22

powered by
b2evolution