07.11.13

05:00:00, Catégories: Nouveautés, Test / Critique, Box office cinéma  

Par Flo200

Synopsis :

Dans les années 70, un jeune new-yorkais sans histoire se métamorphose en meurtrier lorsqu’il est exposé aux sonorités particulières d’une toute nouvelle musique: le disco. Incapable de contenir ses pulsions meurtrières, Duane Lewis deviendra malgré lui un dangereux tueur en série en exil à Montréal.

Mon avis :

J'avoue que je ne savais pas trop à quoi m'attendre de la part de ce "Discopathe", j’imaginais volontiers une série Z, bien barrée et fauchée, genre Troma (Ce qui n'a rien de péjoratif de ma part, car j'aime beaucoup les productions de Lloyd Kaufman!), mais il y avait tout de même cette affiche, ô combien troublante, qui m’intriguait fortement et qui me laissait penser que j’avais affaire à autre chose...

Dès les premières images, on se rend compte, par le soin apporté à la mise en scène et par sa très belle photographie, que c'est loin d'être le cas! Ce premier long-métrage du cinéaste canadien Renaud Gauthier a une approche beaucoup plus sérieuse que celle qu'on aurait pu imaginer de la part de l'un des réalisateurs de la mini-série "Inspector Bronco" qui parodie avec bonheur les polars des années 70.

Ici, le réalisateur signe un film assez proche de l'esprit des films d'horreur de la fin des années 70/début 80, un peu dans le style du "Maniac" de William Lustig. Il y règne en effet une atmosphère presque aussi glauque et malsaine, même si le film ne sera pas dénué d'humour, ce qui lui conférera d’ailleurs un ton assez décalé que pour ma part j'ai beaucoup aimé.

Jérémie Earp-Lavergne, qui interprète Duane Lewis, le tueur psychopathe est vraiment parfait pour ce rôle, à la fois pas vilain physiquement et surtout suffisamment inquiétant lorsqu'il se métamorphose en meurtrier. Le jeune homme est entouré d'un casting de très jolies jeunes femmes, ce qui donne au film un atout charme non négligeable.

On notera, parmi les victimes du « discopathe », la présence de la délicieuse Katherine Cleland ("Appartement 1303") et de la charmante Catherine Antaki, ainsi que celle de Sandrine Bisson ("1981", "Coteau Rouge", "La peur de l'eau", "La maison du pêcheur"), actrice non habituée à jouer dans des films de genre.

L’aspect comédie du film est par contre apporté par les rôles secondaires masculins avec notamment les deux policiers (Celui de New York et celui de Montréal), ainsi que le prêtre du pensionnat de jeunes filles, très attiré par les mini-jupes de celles-ci...

Les amateurs d’hémoglobine seront évidemment ravis, car les meurtres sont bien graphiques avec des effets spéciaux de maquillage convaincants, assurés entre autres par Rémy Couture ("Inner Depravity" 1 et 2, "Humains", "Art/Crime") et dont certains font vraiment froid dans le dos.

Le film se déroulant successivement à New York et à Montréal, il est à noter qu’il a la particularité d'être à la fois en anglais et en québécois, ce qui est quelque peu perturbant pour nous français, si on le voit sans sous-titres, car il y aura un moment d’adaptation pour s’habituer au changement de langue. D’ailleurs étonnamment j’ai eu plus de faciliter avec l’anglais qu’avec le québécois qui est ici très accentué !

La musique du film est vraiment excellente (Qui n’aime pas le disco ?) et joue un rôle forcément important dans le film, accentuant notamment l’immersion dans cette fin des années 70.

Ce "Discopathe" est donc une très belle surprise et nous laisse présager un bel avenir pour son réalisateur !

Si vous voulez découvrir "Discopathe" avant tout le monde, dépêchez-vous de prendre vos places pour l'avant-première française qui aura lieu le samedi 16 novembre 2013 à 22 heures (Précédée à 21 heures d’une soirée discothèque) au Nouveau Latina en présence du réalisateur Renaud Gauthier, du directeur de la photographie John Londono et du co-producteur Seb Bouloc. Et si vous n'avez pas la chance de pouvoir y assister, pensez à suivre l'actualité du film sur son site officiel ou sur sa page facebook afin d'être tenu au courant des futures projections...

Permalink 726 mots par flo001fg Email , 4211 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Des abeilles et des hommes : La critiqueArticle suivant: Catherine de Russie : La critique

Août 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 32

powered by
b2evolution