10.06.09

08:00:00, Catégories: Test / Critique  

par Nicore

Beyond the limits

Avec ce Beyond the limits le réalisateur allemand Olaf Ittenbach nous prouvera si besoin en était qu’il est bien le maître du gore teuton pour ce film à sketches énormément saignant, certes moins définitif que son terrible Premutos mais bien plus professionnel, aussi bien dans ses effets sanglants que dans la direction d’acteurs, tandis que la reconstitution médiévale de la seconde partie du film tiendra incroyablement bien la route.
Le script va laisser une journaliste aller interviewer le gardien d’un cimetière qui va lui conter deux histoires sordides ayant comme point commun un cœur malfaisant ayant le pouvoir de donner l’immortalité.

Beyond the limitsPour lancer le métrage, le réalisateur va commencer par nous concocter un générique plus que macabre et rudement bien mis en œuvre avec cette caméra se promenant entre les tombes d’un cimetière pour finalement s’arrêter sur cet homme scrutant une stèle funéraire splendide, bientôt rejoint par une demoiselle qui se présentera comme étant journaliste et désirant questionner ce gardien du plus grand et pittoresque cimetière de la région. Notre homme ne va pas se faire prier et après avoir entraîner la jeune femme dans une remise où ils vont s’installer, il va lui conter une première histoire liée à une série de décès suspects, permettant à l’intrigue de faire une transition toute trouvée pour lancer le premier sketch.

Beyond the limitsC’est ainsi que nous allons dans cette première partie du film suivre un règlement de comptes entre truands, sur fond de trafic de drogues, pour d’abord suivre Paul, un homme connaissant des soucis pour déposer une valise convoyée et surtout entendant par téléphone sa petite amie se faire malmener et finalement défenestrer par des inconnus, le poussant ensuite au suicide. L’intrigue va alors prendre place chez Jimmie Levinson, un homme d’affaires rentrant chez lui pour préparer la fête d’anniversaire de son épouse lorsqu’un inconnu désirant lui parler va venir l’importuner en lui demandant où se trouve Paul, bientôt interrompu par l’arrivée des invités qui seront tous, comme Jimmie, des truands qui vont réussir à maîtriser cet invité non désiré pour devoir faire appel à Mortimer et à son étrange compagnon Rick pour les débarrasser définitivement de cet importun . Mais Mortimer va rapidement leur révéler la vraie raison de sa venue, puisqu’il travaillera sur commande de leur chef à tous pour retrouver de la cocaïne disparue.

Beyond the limitsPour faire parler les différents personnages en présence, Mortimer et Rick vont bien entendu utiliser la violence, tuant un par un les invités de manière toujours sanglante et abusive, sans oublier au passage de mutiler Jimmie, pour nous gratifier de séquences tendues et méchantes dans l’art de massacrer son prochain, surtout que ce Mortimer tatoué aura un charisme certain à l’écran, bien à l’aise dans sa déviance aussi cynique et vicieuse que destructrice. Ce qui fera heureusement oublier la simplicité extrême du scénario qui demeurera basique jusque dans les rebondissements et retournements de situation du final de ce premier sketch qui ne vaudra finalement que pour ses exactions gores manifestes et jouissives, avec ces nombreuses blessures infligées, sans oublier des impacts de balles terribles qui iront jusqu’à faire littéralement exploser les têtes.

Beyond the limitsEn plus de la cocaïne, Mortimer semblant être particulièrement intéressé par une boîte renfermant un cœur, ce qui poussera notre journaliste à questionner le gardien du cimetière à ce sujet, prétexte idéal pour avancer une transition judicieuse vers le second sketch qui remontera le temps jusqu’au Moyen-Âge pour y suivre les méfaits de l’Inquisiteur David Deming et de son bras droit Brewster, que nous découvrirons prêts à se lancer à l’assaut d’une église dont le prêtre serait un hérétique, malgré ses apparences chrétiennes. Et c’est ainsi que malgré l’opposition de Dennis, un jeune sergent, le groupe de soldats de Deming va investir l’église, accuser le prêtre et massacrer les ouailles réunies dans un bain de sang toujours extrêmement volontaire pour faire voler mains, membres et têtes au cours de brefs plans sanglants terriblement réalistes.

Beyond the limitsMais Deming va bientôt avancer la véritable raison de l’attaque de l’église et de l’enlèvement du prêtre Flynn pour le soumettre à ses questions, puisqu’il sera en possession du cœur malfaisant, dont seul le vieux prêtre aura connaissance du lieu où se trouve les documents permettant de dénicher les parchemins nécessaires à l’utilisation du cœur pour obtenir la vie éternelle. Devant le refus de Flynn de l’aider malgré quelques tortures bien graphiques (pied arraché, œil percé), Deming va donc le faire brûler vif et chercher uniquement en compagnie de Brewster le moyen de découvrir les mystères du cœur satanique en lui offrant d’abord de nombreuses victimes suppliciées, prétexte à de nouveaux effets sanglants explosifs, avant que Brewster ne s’en prenne à Dennis et à sa bien-aimée Annabelle.

Beyond the limitsCe second sketch sera le plus convaincant des deux, en étant déjà largement plus sanglant et démonstratif pour mettre en avant des sévices graphiques nombreux mais justifiés par l’intrigue jusque dans ce final excellent se déroulant en enfer pour promouvoir une dernière explosion de gore rappelant celle du final de The burning moon avec ce corps littéralement massacré, au visage mutilé avant que les démons s’acharnent pour éventrer et démembrer leur victime ayant par ailleurs bien mérité ce calvaire se déroulant dans des décors magnifiques d’un enfer démentiel. Cette seconde partie bénéficiera également d’une intrigue plus travaillée, parfois cruelle mais aussi largement plus impliquante avec des protagonistes plus développés avec notamment ce couple formé par Dennis et Annabelle qui sera présenté sous un jour éminemment sympathique. Enfin, la reconstitution historique sera grandement réussie pour toujours tenir la route sans jamais paraître légère ou "cheap".

Beyond the limitsL'interprétation sera ici plus soignée qu'à l'accoutumée chez le réalisateur, pour paraître de la sorte largement moins amatrice, mais hélas quelques fausses notes à ce niveau-là seront quand même à déplorer à cause d'un surjouage sporadique quelque peu néfaste bien qu'heureusement peu voyant. La mise en scène d'Olaf Ittenbach s'est elle aussi largement améliorée en fil du temps pour devenir limpide, maîtrisée jusque dans des scènes d'action beaucoup moins mollassonne qu'avant et mettant toujours en avant les exactions gores. Et justement, les innombrables effets spéciaux du métrage resteront toujours probants, pour avancer ces multiples plans sanglants toujours expansifs, volontaires et efficaces dans un graphisme réaliste parfois étonnant mais jamais malsain pour devenir jouissif.

Donc, ce Beyond the limits aura largement de quoi combler l'amateur de gore avec ce véritable feu d'artifice d'effets sanglants réalistes, mais marquera également une nouvelle étape dans la carrière de son réalisateur devenant bien plus professionnel et technicien, avec juste ce petit bémol d'une intrigue pas toujours très recherchée !

Beyond the limitsLe DVD de zone 2 allemand édité par XT Video avancera une image juste parfois vaguement granuleuse, tandis que la bande-son sera plutôt efficace même si la partition musicale demeurera souvent en retrait et manquera quand même de dynamisme, le métrage étant ici proposé dans sa version allemande ou anglaise, sans la présence du moindre sous-titre..
Au niveau des bonus, on pourra suivre deux bandes-annonces du film, une galerie de photos du tournage du film, la bande-annonce de l'excellent Premutos ainsi qu'un conséquent making-of de ce film laissant intervenir les différents acteurs et bien entendu Olaf Ittenbach, dont la filmographie viendra clore ces bonus hélas non sous-titrés.

Pour ceux qui voudraient découvrir cette perle sanglante d'Olaf Ittenbach, le DVD de zone 2 allemand est par exemple disponible ici !

Permalink 1388 mots par nicore, 992 vues • 3 retours

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique DVD Zone 1 : AmusementArticle suivant: Saw 5 disponible en DVD et en Blu-ray

Décembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 20

powered by
b2evolution