09.09.13

06:30:00, Catégories: Test / Critique  

Titre du film : Pacific rim

Réalisateur : Guillermo Del Toro

Année : 2013

Origine : Etats-Unis

Durée : 2 heures 10

Avec : Charlie Hunman (Raleigh Becket), Idris Elba (Stacker Pentecost), Rinko Kikuchi (Mako Mori), Charlie Day (Dr Newton Geiszler), Ron Perlman (Hannibal Chau), etc.

Par Nicofeel

Guillermo Del Toro, responsible entre autres des sympathiques Mimic et Hellboy, mais surtout du chef d'oeuvre Le labyrinthe de Pan, est manifestement un grand fan de films de monstres.
En mettant en scène Pacific rim, il a pu assouvir un peu plus sa passion. Ce film de science-fiction se déroule à un moment où la Terre est assiégée par des monstres géants (des kaiju) qui rentrent par une faille située au niveau de l'écorce terrestre, au large du Pacifique. Ces monstres étant gigantesques, les forces militaires traditionnelles ne sont pas de taille pour lutter.
Les différents pays du monde décident alors de s'allier pour construire des robots géants qui seront à même de combattre ces monstres. La particularité de ces robots tient au fait qu'ils sont commandés conjointement par deux êtres humains situés au niveau de leur cerveau. On est véritablement à un haut degré intellectuel, avec une symbiose réalisée entre l'homme et la machine, qui demeure du domaine de la science-fiction à notre époque.
Pour autant, par les thématiques qu'il développe, Pacific rim n'est pas fondamentalement d'une folle originalité.
Les monstres géants qui envahissent la Terre ont fait l'objet de nombreux films au cinéma depuis la deuxième guerre mondiale. On est alors dans un contexte post Hiroshima avec le traumatisme lié à la deuxième guerre mondiale. Les monstres géants tirent leur existence des radiations nucléaires. Le premier est le Godzilla de Ishirô Honda en 1954 et le plus connu est son remake qui a été fait par Roland Emmerich en 1998.
Il y aussi d'autres monstres, venus également de chez nos amis japonais, comme Gamera ou Mothra. Le Japon est précisément la source d'inspiration de Guillermo Del Toro. Il est évident que les robots géants, les fameux, jaeger, font référence à Evangelion. Dans cette sublime série d'animation signée Hideaki Anno, dans un Japon futuriste, les humains résistent aux attaques de monstres venus de l'espace (les anges) en leur opposant des robots géants (les EVA) qui sont commandés par des enfants qui ne font qu'un avec la machine.

Dans Pacific rim, Guillermo Del Toro ne fait que remettre au goût du jour le film de monstres, en proposant quelques touches personnelles. A la différence d'Evangelion, les monstres viennent des abîmes de la Terre et non du ciel. De plus, il n'y a pas un mais deux pilotes pour commander les jaeger. Et puis le passé de certains protagonistes rend d'autant plus difficile la possibilité d'être en symbiose avec le jager (belle scène intimiste avec l'héroïne sino-américaine qui se souvient de son enfance).
Cela étant, même si Guillermo Del Toro n'apporte pas beaucoup de nouveautés dans le genre du film de monstres, il a le mérite de mettre en scène un film particulièrement efficace. Car notre cinéaste sud-américain en donne au spectateur pour son argent. Les combats entre les kaiju et les jaeger sont titanesques et d'une grande limpidité. Pour renouveler un peu l'action, on notera que les kaiju évoluent dans le cadre du récit : ils arrivent plus rapidement et sont de plus en plus forts.
Le film a beau être bourré d'effets spéciaux numériques, le résultat à l'écran est des plus convaincants. Lors de ces affrontements incroyables qui se déroulent dans l'océan pacifique, on a vraiment la sensation de gigantisme. Les gens, les villes et les bâtiments paraissent petits à côté de ces géants.
Dans ce blockbuster sorti judicieusement en été, on n'a pas le temps de s'ennuyer, malgré la durée importante du film.
Evidemment, le canevas du film reste très classique et la réflexion est réduite à peu de chagrin. En outre, si les personnages ne sont pas très développés, quelques-uns parviennent à émerger, à l'instar de Raleigh Becket, Mako Mori et Hannibal Chau (joué par Ron Perlman, acteur fétiche de Guillermo Del Toro).
Quelques mots sur la 3D : elle est plaisante à regarder et elle immerge bien le spectateur dans l'action, mais comme souvent elle est largement dispensable.
Dans tous les cas, mission réussie pour Pacific rim qui s'apparente pour Guillermo Del Toro plus à une récréation (comme pouvait l'être Hellboy) qu'à autre chose. On espère retrouver au plus tôt le réalisateur chilien vers un film plus ambitieux, dans le style du labyrinthe de Pan.

Permalink 798 mots par nicofeel Email , 1191 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Extracted : La critiqueArticle suivant: Critique cinéma : Man of steel

Novembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 19

powered by
b2evolution