19.03.08

08:00:00, Catégories: Test / Critique  

Titre du film : A bord du Darjeeling limited
Réalisateur : Wes Anderson
Durée du film : 1h47
Date de sortie en salles : 19 mars 2008

Par Nicofeel

A bord du Darjeeling limited

Auteur de plusieurs comédies personnelles tout à fait remarquables (Rushmore, La famille Tenenbaum entre autres), Wes Anderson réalise avec A bord du Darjeeling limited une nouveau film qui lui est propre. Le film a été présenté en 2007 au festival de Venise.
On retrouve dans A bord du Darjeeling limited plusieurs acteurs qui ont déjà joué pour ce réalisateur américain indépendant : Owen Wilson, l'un des fidèles de Wes Anderson (qui a joué dans tous ses films) ; Jason Schwartzman (vu dans Rushmore) ; Bill Murray (présent dans quasiment tous les films du réalisateur) et Anjelica Huston (vu dans La famille Tenenbaum). En fait le seul acteur principal qui fait son apparition dans le cinéma de Wes Anderson est Adrien Brody (connu pour sa prestation dans Le pianiste de Roman Polanski ou encore récemment dans le King Kong de Peter Jackson).
Le pitch de base est assez simple : 3 frères qui ne se sont pas vus depuis le décès de leur père décident de faire un séjour spirituel en Inde, à bord du fameux Darjeeling limited (il s'agit du train, qui peut évidemment être vu comme le train de la vie, du nouveau départ). On retrouve ainsi Francis (Owen Wilson), Peter (Adrien Brody) et Jack (Jason Schwartzman) qui ont choisi de voyager ensemble, et de tenter de voir leur mère qui est devenue une "soeur" en Inde.
Comme à son habitude, Wes Anderson traite dans ce film des relations familiales. On notera d'ailleurs que ce film comporte plusieurs points communs avec La famille Tenenbaum. Le plus évident est la figure du père qui permet à chaque fois aux membres d'une famille de se revoir. Seulement la subtile différence est que le père est déjà mort lorsque débute A bord du Darjeeling limited alors que dans La famille Tenenbaum le père feint une maladie. Les trois frères dans A bord du Darjeeling embarquent dans un train où au départ ils ne cessent de penser à leur père et aux objets qui ont appartenu à ce dernier (ces objets étant dans une valise). La rivalité entre ces trois frères, Francis, Peter et Jack est due non seulement à des caractères très différents mais également au fait que chacun tente de se réapproprier un amour paternel. Le personnage du père est certes absent mais on parle très souvent de lui, comme si sa présence était toujours là.
Un autre point commun de ce film avec les autres films de Wes Anderson est un humour décalé, lequel est parfaitement entretenu par des personnages haut en couleurs. Mention spéciale aux trois acteurs principaux qui interprètent parfaitement leurs personnages, lesquels sont tous très humains car leurs faiblesses sont apparentes : Francis (Owen Wilson), l'aîné, qui est très directif, s'est tout juste sorti d'un accident dont il en garde des séquelles ; Peter (Adrien Brody) a peur à l'idée de devenir père ; quant à Jack (formidable Jason Schwartzman), il pense bien souvent à son ex petite amie (interprétée par Natalie Portman, laquelle est introduite via un court métrage qui fait démarrer le film) et pour tenter de l'oublier il va avoir une aventure avec une employée du personnel du Darjeeling limited. L'humour si particulier de Wes Anderson, dont on ne sait jamais si l'on doit rire ou pleurer, reflète parfaitement la complexité des sentiments de ses personnages, que le réalisateur ne juge jamais. Cet humour apparaît également lors de multiples scènes à l'intérieur avec les agissements de Jack ou encore par la présence d'un serpent.

A bord du Darjeeling limited

Par contre, la grande différence de ce film par rapport à Rushmore ou encore La famille Tenenbaum est que l'on est ici dans une sorte de road movie. Il faut bien se rappeler que le film se déroule au départ autour de l'univers du train. D'ailleurs cela est propice à observer les paysages de l'Inde mais surtout à montrer l'évolution des personnages via de très beaux travellings latéraux.

SPOILER
Au départ les trois frères embarquent chacun de leur côté (via des ralentis qui ont tendance à inscrire l'action dans le temps) mais à la fin du film ils embarquent ensemble. Ils se sont donc retrouvés.
FIN DU SPOILER

A bord du Darjeeling limited

Cependant, le film n'a pas lieu que dans le train. A partir du moment où les protagonistes quittent celui-ci (et donc le programme qu'ils s'étaient fixés), une nouvelle aventure, pas seulement spirituelle comme ils le souhaitaient à l'origine, commence pour eux. Les trois frères vont vivre de multiples expériences, comme lors de la scène de la rivière qui semble signifier pour chacun des personnages un nouveau départ.

SPOILER
Les personnages finissent par arriver jusqu'à leur mère (interprétée par Anjelica Huston), qui vit dans un couvent. Une mère qui explique toute la signification du film et notamment l'évolution des relations entre les frères : on peut dire beaucoup de choses sans utiliser des mots (par le jeu des regards notamment).
FIN DU SPOILER

Pourtant, malgré l'excellente interprétation des acteurs, le film souffre à mon sens d'un manque de cohérence. C'est justement à partir du moment où les personnages quittent le fameux train que Wes Anderson part un peu dans toutes les directions. On a un peu du mal à voir où il veut en venir et surtout tout ceci manque de liens. Le film devient difficilement lisible et perd une partie de son intérêt. Le spectateur peut être destabilisé par le changement de cap que semble prendre le film. Manifestement, Wes Anderson a voulu dire tellement de choses dans son film qu'il a fini par égarer en partie son spectateur. En tout cas, cela a été mon cas.
Au final, A bord du Darjeeling limited demeure une comédie à l'humour décalé, caractéristique de son auteur, Wes Anderson. Les acteurs sont tous excellents et de nombreuses scènes sont vraiment très intéressantes. Mais comme dit précédemment, le film souffre à mon sens d'un manque de cohérence. En somme, A bord du Darjeeling limited est un Wes Anderson en mode mineur.

Permalink 1071 mots par nicofeel Email , 1544 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique cinéma : Bienvenue chez les Ch'tisArticle suivant: Critique DVD Zone 1 : Men behind the sun

Septembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 17

powered by
b2evolution