11.07.15

07:12:32, Catégories: Test / Critique  

Titre du film : Loin de la foule déchaînée

Réalisateur : Thomas Vinterberg

Année : 2015

Origine : Royaume-Uni

Durée : 1h59

Avec : Bathsheba Everdene (Carey Mulligan), Matthias Schoenaerts (Gabriel Oak), Michael Sheen (William Boldwood), Tom Sturridge (Sergent Troy), etc.

Par Nicofeel

Le danois Thomas Vinterberg est avant tout reconnu pour deux histoires contemporaines très fortes : Festen (1997), où une réunion de famille tourne rapidement au règlement de comptes et plus récemment La chasse (2012) où un homme respectable se retrouve accusé à tort de pédophilie par une enfant.
Difficile d'imaginer Vinterberg aux commandes d'un film romanesque. Et pourtant, c'est bel et bien le cas avec son adaptation du roman Loin de la foule déchaînée (Far from the madding crowd, 1876) du romancier et poète Thomas Hardy.
C'est par un très beau plan que débute ce long métrage : on voit une jeune femme à cheval qui flane dans la campagne anglaise. On comprend aisément que c'est le personnage principal du film : la jeune et farouche Bathsheba Everdene. S'en suit un plan sur un autre personnage du film : le berger Gabriel Oak. Les âmes romantiques ne tardent donc pas à être éblouies, tant par les superbes payages naturels que par les acteurs prinicpaux.
Pourtant, il serait dommage de limiter l'oeuvre de Thomas Hardy à une simple bluette sentimentale. Thomas Vinterberg a focalisé son attention sur le personnage de Miss Everdene.
Cette dernière n'est pas simplement une néo châtelaine ayant bénéficié de l'héritage d'un riche oncle. En cette fin de 19ème siècle, on se doute bien que l'importance des femmes était réduite à la portion congrue. Or, Bathsheba Everdene constitue le parfait contre-exemple. C'est une femme libre qui dirige elle-même sa vie. Elle a choisi son destin, et en particulier ses partenaires amoureux. Elle joue d'ailleurs de son pouvoir de séduction, ce qui l'amuse manifestement beaucoup (voir la lettre qu'elle envoie au ténébreux William Boldwood). Elle mène de front trois histoires d'amour, même si l'on devine aisément celui qui sera son véritable choix. Elle s'amuse un peu des déclarations d'amour ou des demandes de mariage qu'elle peut recevoir. Car elle est fière de sa personne et n'est pas prête à demeurer sous la coupe d'un mari.

Dans le même temps, cette jeune femme dirige son domaine fermier avec de la poigne. Elle n'hésite pas à donner ses ordres et à remettre en place les personnes avec qui elle travaille, à savoir des... hommes. Bathsheba Everdene constitue, à n'en pas douter, une femme moderne pour son époque. On pourrait même dire que c'est une femme d'aujourd'hui qui évolue au 19ème siècle.
L'intérêt du film ne se limite pas au portrait de cette femme. Il y a évidemment une ou plutôt des histoires d'amour, bien souvent contrariées. On songe ainsi au stakhanoviste du travail, le beau Gabriel Oak, qui perd du jour au lendemain son troupeau et doit alors être employé par … miss Everdene. On a également un riche propriétaire terrien, épris de la belle, alors que la réciproque n'est pas vraie. Dans cet univers romanesque, Thomas Vinterberg crée (heureusement) les conditions d'amour contrariées, avec le destin qui se joue de certains personnages avec des événements parfois difficiles.
Et puis les relations entre nos personnages ne sont pas aussi simples qu'on pourrait l'imaginer. Les protagonistes croulent sous les conventions de l'époque. On ne peut pas faire la cour à l'élu de son coeur s'il n'est pas du même milieu. Les différences sociales sont particulièrement marquées, et expliquent cette retenue que l'on retrouve chez plusieurs personnes. Au même titre que le corset qu'elle porte, miss Everdene, doit parler d'une certaine façon et ne peut pas fréquenter une personne d'un rang social inférieur au sien. Les relations sont corsetées, et prouvent bien que raison et sentiments ne font pas forcément bon ménage.
Loin de la foule déchaînée établit un portrait assez juste de l'Angleterre provinciale du 19ème siècle. Ce qui ne l'empêche pas de jouer à fond la carte du romantisme. Tout concourt à ce sentiment : entre des paysages naturels somptueux, des très belles demeures, un soin particulier apporté aux décors et aux costumes, le spectateur romantique est conquis.
Et la fin toute en délicatesse ne peut que raffermir ce sentiment de romantisme ambiant. Le film s'achève avec les deux personnages principaux qui ouvrent leur coeur, le tout sous un beau coucher de soleil. Voilà un final réussi qui n'est pas sans rappeler celui du magnifique Orgueil et préjugés de Joe Wright, film éminemment romantique adapté cette fois du roman de Jane Austen.
Quelques mots sur la distribution du film. Elle se révèle d'un très bon niveau, ce qui contribue sans conteste à la réussite de ce long métrage. Carey Mulligan interprète avec beaucoup d'aplomb le rôle principal. Les hommes qu'elle trouve sur sa route ne sont pas de simples pantins. Matthias Schoenaerts est toujours aussi charismatique. On sent que son personnage est toujours sur le qui-vive et qu'il a le feu sacré. Quant à Michael Sheen, il joue très bien le rôle de cet homme mûr, épris d'un amour sincère pour la belle miss Everdene. Seul léger bémol dans le casting : Tom Sturridge qui agace un peu dans son style du jeune premier de la classe. Mais il est vrai que son rôle ne lui donne pas une grande marge de manoeuvre.
En somme, Loin de la foule déchaînée est unbeau film romantique, que l'on peut déguster comme une sorte de saga où l'on voit le développement de la vie quotidienne de miss Everdene.
Voilà une adaptation littéraire tout à fait convaincante. Le pari est réussi pour Thomas Vinterberg dont on attend désormais avec impatience sa prochaine création.

Permalink 1007 mots par nicofeel Email , 828 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Airport 75 : 747 en péril : La critiqueArticle suivant: Monella : La critique

Novembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 19

powered by
b2evolution