27.01.15

06:59:35, Catégories: Test / Critique  

Par Flo001fg

Synopsis :

Le premier chef-d’œuvre du maître de l Érotisme fantastique français : FRÉDÉRIC LANSAC. Le film qui inventa le genre. Les révélations impudiques et tapageuses d'un sexe féminin placent les protagonistes dans les situations les plus incongrues et les obligent à évoluer dans les endroits les plus sordides. Ironie, obscénité et franche sauvagerie sexuelle sont les ingrédients de ce must absolu.

Mon avis :

Classique parmi les classiques du cinéma pornographique français, "Le sexe qui parle" nous ait présenté ici par Bach Films dans sa version soft dépourvue de toutes ses scènes à caractère pornographique ; une version destinée à l’origine à d’autres pays que le nôtre, mais toutefois à réserver à un public averti et adulte, car le film demeure tout de même très explicite...

Déjà sorti depuis belles lurettes chez Alpha France dans sa version hard, accompagné d’ailleurs de "La Femme objet", ce classique de Frédéric Lansac, alias Claude Mulot ("La Rose écorchée", "Belles d'un soir", "Les petites écolières", "L'Immorale", "La vénus noire", "Le Couteau sous la gorge") ressort donc dans sa version soft, sans les scènes pornographiques donc, mais incluant par contre une scène inédite pas inintéressante (qui figure d’ailleurs en bonus des deux éditions!), des scènes alternatives aux cadrages différents (souvent zoomés) et comportant par moments des plans différents totalement absents de l'autre version.

Ainsi, par exemple, lorsque Joëlle, interprétée par Pénélope Lamour (dont cela sera l'unique film!), ira s'envoyer en l'air avec deux messieurs dans les toilettes d'un cinéma, celle-ci sera observée par les autres hommes de la salle venus se regrouper autour du trio, alors que dans la version hard, ils seront seuls... Ce côté voyeur apportera un côté assez pervers, voir malsain, ayant à mon avis plus d'impact que les plans explicites de la version hard.

Le film date de 1975 et a donc été réalisé en plein "âge d'or" du cinéma porno avant que la censure fasse son apparition à la fin de cette même année, interdisant ainsi toute diffusion dans les salles obscures accessibles au plus grand nombre.

Dans sa version hard, le film comporte des scènes de sexe évidemment filmées en gros plan, incluant du classique comme des fellations, des pénétrations vaginales bien entendu, mais aussi une anale, mais il y a surtout quelques scènes plus originales où des objets assez insolites seront utilisés, comme par exemple un nez de Pinocchio qui servira ici à la jeune Joëlle, interprétée par Béatrice Harnois ("Lèvres de sang", "Les mille et une perversions de Felicia", "Suce moi vampire"), à se déflorer (la faute à un petit ami un peu trop précoce!) ou encore un pinceau ou le talon d'un escarpin utilisés par la tante Barbara, jouée par Sylvia Bourdon ("Lèvres de sang", "Prostitution clandestine", "Suce moi vampire"), pour se faire plaisir... Pourquoi pas! Tous les goûts sont dans la nature!

Dans la version soft, en revanche, ces actes seront filmés hors-champs, certains éléments seront carrément supprimés et parfois des dialogues seront en revanche rajoutés... Contrairement à la plus part des films porno actuels, celui-ci présente l'avantage d'être bien joué, bien filmé et d'avoir un vrai scénario. D'ailleurs il faut savoir que les acteurs et actrices étaient ici doublés pour les gros plans.

Parmi les acteurs et actrices, on remarquera essentiellement la présence de Jean-Loup Philippe ("Lèvres de sang", "Suce moi vampire", "La nuit des horloges"), dans le rôle d'Eric, le mari de Joëlle, l'un des acteurs fétiches de Jean Rollin et de Ellen Earl ("Silence... on tourne", "La fessée ou Les mémoires de monsieur Léon maître-fesseur") dans le rôle de la psychiatre.

Le film est autrement assez étonnant, souvent amusant et même par moments un peu flippant. D'ailleurs lorsque la foufoune de la jolie Joëlle se met à parler (idée complètement farfelue pourtant pas si nouvelle que ça, puisque Denis Diderot en avait déjà eu l'idée en 1748 dans son roman libertin "Les Bijoux indiscrets"!), on pense immédiatement à "L'exorciste" pour son côté possédé, ce qui, il faut bien l'avouer, à quelque peu tendance à calmer nos ardeurs...

Enfin, on notera également au générique les noms de Francis Leroi ("L'infirmière n'a pas de culotte", "Emmanuelle IV", "Rêves de cuir") en tant que producteur et de Gérard Kikoïne ("Adorable Lola", "Les délices du tossing", "Lady Libertine") au montage.

Le film remporta à l'époque de sa sortie un franc succès et le réalisateur en fera du coup une suite, "Le sexe qui parle 2" (sorti en DVD également chez Alpha France), sortie trois ans plus tard, partant du même principe, avec quelques acteurs bien connus comme Richard Allan et Alban Ceray et comportant quelques scènes assez originales et joliment filmées comme celles se passant dans un laboratoire scientifique...

Même dans sa version soft, "Le sexe qui parle" demeure un film très plaisant à voir, ayant plutôt bien vieilli et qui devrait plaire aussi bien à Madame qu'à Monsieur... Cela demeure même un incontournable du cinéma érotique et pornographique français!

"Le sexe qui parle" est sorti en DVD le 11 août 2014 chez Bach films dans une édition proposant le film au format 1.85 4/3 avec pistes audio française et anglaise Dolby digital 2.0 mono sans sous-titres et avec en guise de bonus, une présentation du film par Christophe Le maire, une scène inédite (qui figure pourtant dans le film dans sa version soft!) et les trois bandes annonces des films de la collection.

Comparatif image entre les éditions Alpha France et Bach Films :

Alpha France
Bach Films
Alpha France
Bach Films
Alpha France
Bach Films
Le sexe qui parle

Le sexe qui parle
Voir la fiche
Permalink 1004 mots par flo001fg Email , 4184 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Gangster Playboy : La critiqueArticle suivant: Zombeavers : La critique

Juillet 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 20

powered by
b2evolution