10.11.14

08:17:20, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo200

Synopsis :

Après le décès de leur père, trois adolescents doivent soudainement faire face aux dures réalités de la vie. Ils doivent apprendre à subvenir à leur besoin et à ceux de leur mère... Mais les membres de cette famille ne sont pas tout à fait ordinaires : un mal bien pernicieux les ronge. La faim... de chair humaine.

Mon avis :

Profitant de la sortie de "We are what we are", son remake américain, Wild Side Vidéo nous permet enfin de découvrir "Ne nous jugez pas", un film de cannibales mexicain qui dépoussière sérieusement le genre (si l’on se réfère aux films Bis italiens et même si Antonia Bird est passée bien avant avec son "Vorace"!) et qui a tout de même remporté le Prix du Jury au 18ème Festival International du Film Fantastique de Gérardmer en 2011...

"Ne nous jugez pas" est le premier long métrage réalisé par Jorge Michel Grau ("The ABCs of Death") et ma foi, pour un premier essai, c'est plutôt prometteur, même si son film ne semblera pas au final totalement abouti. L’histoire prend place dans un milieu urbain défavorisé, où une famille un brin spéciale, se retrouve du jour au lendemain à devoir subvenir à ses besoins, principalement alimentaires, suite au décès du père de famille... Seul soucis, ils se nourrissent de viande humaine!

Là où le film surprend immédiatement, c'est par son approche résolument tournée vers le drame et non vers l'horreur, du moins durant une bonne partie du film (Attention il y a tout de même quelques scènes bien corsées dans le film !). Les amateurs de films d'horreur reprocheront très certainement qu'il ne se passe pas grand-chose durant cette première partie du métrage et que le réalisateur hésite un peu trop entre les genres (films d’auteur, films d’horreur), mais même si le film tarde quelque peu à rentrer dans le vif du sujet, le portrait de cette famille fascine et l’ambiance est suffisamment glauque pour maintenir l’attention.

Cette famille se compose tout d’abord d’Alfredo, l'aîné joué par Francisco Barreiro ("Ahí va el diablo", "Loves Her Gun"), un jeune homme qui accepte mal son homosexualité, mais qui finit par s'en servir pour attirer ses proies dans la cave familiale, essayant surtout ainsi de s’imposer comme le nouveau chef de famille, rôle que sa mère ne semble pas prête à lui laisser.

Carmen Beato ("Entre la noche y el día", "Aquí Entre Nos"), qui joue le rôle de la mère, elle, incarne une femme physiquement fatiguée par la vie, mais surprenante par la violence dont elle peut faire preuve. Quant à la petite sœur, Sabrina, interprétée par Paulina Gaitan ("Voces inocentes", "Trade - Les trafiquants de l'ombre", "Sin nombre"), elle a un côté ténébreux à la fois inquiétant et intriguant, qui fait d’elle un personnage secondaire intéressant.

Le petit frère enfin, Julián, incarné par le regretté Alan Chávez ("Pièces détachées", "La Zona, propriété privée", "Desierto adentro") tué en 2009 par la police, avant même la sortie du film donc (Il n'avait que 18 ans!), finit de compléter ce portrait de famille de dégénérés.

Toute la première partie du film d’ailleurs décrit cette famille, le milieu dans laquelle elle est évolue, sans qu’à aucun moment le réalisateur ne nous révèle les motivations de ses personnages. Car cette famille cannibale ne se nourrit pas uniquement de chair humaine...

En fait ils obéissent à un rite, à une tradition familiale dont on ne saura rien des origines, contrairement à dans le remake américain, "We are what we are", où là, on aura des réponses. Dans la deuxième partie du film, la police fera son apparition et le cinéaste en profitera pour dénoncer une police corrompue, image qu’on a déjà malheureusement de la police mexicaine.

Le film bascule également à ce moment là dans l'horreur, mais Grau apporte à ses scènes d’horreur un côté assez humoristique dû notamment à la maladresse de nos apprentis tueurs. De plus, le film manque par moments de crédibilité, notamment à la fin où on se demande comment certains des protagonistes arrivent à retrouver l'habitation de la famille... Dommage car autrement la conclusion est plutôt pas mal! On restera tout de même au final quelque peu sur notre faim sans que l’on sache trop pourquoi d’ailleurs...

En tous cas, il y a comme un arrière-goût d’inachevé! La mise en scène autrement est plutôt soignée avec une belle photographie et une musique assez originale, mais le film dans sa construction fait par moments assez brouillon. Bon, c’est un premier film, alors on excusera volontiers Jorge Michel Grau en espérant qu’il nous livre la prochaine fois un long-métrage cette fois pleinement convaincant.

Si vous avez déjà découvert "We are what we are", je vous invite vivement à découvrir "Ne nous jugez pas" et vice versa, car ce sont deux films très différents et tous les deux valent le coup d’être découvert, ne serait-ce que pour leur approche assez originale de l’horreur...

"Ne nous jugez pas" est sorti en DVD et VOD le 3 septembre 2014 chez Wild Side Vidéo. Cette édition DVD nous propose le film au format 1.85 16/9ème compatible 4/3 avec pistes audio espagnol DTS 5.1 et Dolby Digital 2.0. Côté bonus, un making of de 28 minutes vient compléter cette édition, sur laquelle on trouvera également quelques bandes annonces avant le menu.

Ne nous jugez pas

Ne nous jugez pas
Amazon à 7.15€
Voir la fiche
Permalink 974 mots par flo001fg Email , 1082 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Les rois du soleil : La critiqueArticle suivant: Les 3 Crimes de West Memphis : La critique

Décembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 89

powered by
b2evolution