29.10.14

07:24:50, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo200

Synopsis :

Venant d’épouser un vieil aristocrate, Susan vient vivre dans le manoir familial. De nature très prude, elle est peu à peu la proie d’horribles cauchemars, mêlant violence et volupté. Ses peurs sont décuplées quand elle apprend l’histoire tragique de Carmilla, une ancêtre de la famille, ayant trucidé son mari à coups de poignard. Un jour, son mari découvre une jeune femme enterrée sur la plage. Cette dernière, qui se dit s’appeler Carmilla, étend son pouvoir et son emprise sur Susan...

Mon avis :

Après nous avoir fait découvrir quelques pépites horrifiques en provenance d'Italie, d'Angleterre et des États-Unis avec ses collections "Les chefs-d’œuvre du Gothique", "British Horror" et "Horreur US 70's", Artus Films nous propose une première série de trois films en provenance cette fois d'Espagne avec sa nouvelle collection "Ciné de Terror". Trois films de l’âge d’or du Fantastique espagnol : "Les vampires du Dr Dracula", "Le bossu de la morgue" et "La mariée sanglante"...

Suite au succès du film d’Enrique Lopez Eguiluz, "Les vampires du Dr Dracula", mettant en scène le mythique Paul Naschy, bon nombre de films d'horreur virent le jour en Espagne durant les années 60/70. "La mariée sanglante", réalisé en 1972 par Vicente Aranda ("Les cruelles", "Cambio de sexo", "La fille à la culotte d'or", "À coups de crosse", "Juana la Loca", "Carmen") met en scène un couple fraîchement marié, venant s'installer dans le manoir familial où jadis Mircalla Karstein, l'une des ancêtres du mari, avait poignardé son mari.

Rapidement Susan, la jeune et jolie mariée, interprétée par Maribel Martín ("La résidence", "La cloche de l'enfer", "El niño de la luna"), va voir apparaître la défunte tout d'abord dans ses rêves, puis dans la réalité, son mari l'ayant trouvée ensevelie sur la plage, il la ramènera au manoir pour leur plus grand malheur...

Vicente Aranda signe là un film généreusement sexy et gore pour l'époque avec pas mal de scènes de nudité assez osées et des déferlements de violence assez marquant par moments, comme lors de cette scène de rêve où Mircalla poussera Susan à tuer son mari à coups de couteau.

Le réalisateur va ici assez loin, avec quelques scènes assez dérangeantes comme la scène de viol, qui avait été censurée d’ailleurs à l'époque notamment en France, mais qui nous est proposée en intégralité dans cette édition d'Artus Films (la version alternative de cette scène est d'ailleurs présente dans les bonus).

Simón Andreu ("La mort caresse à minuit", "La chair et le sang", "Meurs un autre jour", "Beyond Re-Animator", "Le monde de Narnia: chapitre 2 - Le prince Caspian"), qui joue ici le mari, campe un personnage macho, pervers et violent n'attirant à aucun moment la sympathie, faisant de lui la victime idéale de ces assauts féministes.

Car il y a en effet, un côté très féministe, voir lesbien à ce film, incarné en grande partie par la très belle Alexandra Bastedo ("Casino Royale", "Les champions", "The Ghoul") dans le double rôle de Carmilla/Mircalla Karstein. L'homme est ici considéré avant tout comme un pervers, qu'il faut éliminer, voir castrer à l'image de ce chasseur à qui on explosera les parties intimes à l'aide d'un fusil de chasse alors même qu'il était déjà décédé.

Malgré quelques longueurs, le film bénéficie de très jolis décors, d'une photographie et d'une mise en scène particulièrement soignées et d'une musique par moments assez originales faisant de ce long-métrage une œuvre plutôt intéressante.

Quant au scénario, inspiré d'une nouvelle de Sheridan Le Fanu, datant de 1872 et qui inspira également Roger Vadim pour son "Et mourir de plaisir", ainsi que la Hammer pour sa trilogie consacrée à la comtesse Mircalla Karnstein ("The Vampire Lovers", "Lust for a Vampire" et "Les Sévices de Dracula"), il nous offre une relecture du mythe du vampirisme qui sort un peu des clichés habituels avec des codes assez différents.

Au final, même s’il ne s’agit pas d’un grand film, "La mariée sanglante" est un film d’horreur assez plaisant à voir et ayant plutôt bien vieilli. Une agréable surprise !

"La mariée sanglante" est sorti en DVD le 2 septembre 2014 chez Artus films dans une très jolie édition digipack slim proposant le film avec une qualité d’image dans l’ensemble très belle, surpassant même le Blu-ray américain de Blue Underground. Le DVD offre ici une image au format 1.85 16/9ème compatible 4/3, avec pistes audios française et espagnole Dolby Digital 2.0 mono et sous-titres français. Côté bonus, pas de présentation d'un spécialiste cette fois, mais tout de même une scène alternative, une galerie d'images et des bandes annonces de la collection dont celle du film. Il est à noter que le film est ici présenté dans sa version la plus complète ce qui explique pourquoi le film passe en version française à deux reprises lorsqu’on regarde la version originale.

Permalink 883 mots par flo001fg Email , 2517 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Beaucoup de bruit pour rien : La critiqueArticle suivant: From beyond : Aux portes de l'au-delà : La critique

Décembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 25

powered by
b2evolution