22.09.14

07:26:21, Catégories: Test / Critique  

Titre du film : New York melody

Réalisateur : John Carney

Année : 2014

Origine : Etats-Unis

Durée : 1h44

Avec : Keira Knightley (Gretta), Mark Ruffalo (Dan), Adam Levine (Dave), Catherine Keener (Miriam), James Corden (Steve), etc.

Par Nicofeel

Sept ans après Once, John Carney réalise un nouveau film qui tire sa source du milieu musical. Sauf que cette fois-ci le cinéaste irlandais n'a pas fait appel à des chanteurs professionnels (Glen Hansard et Marketa Irglova).

Il a choisi de faire confiance à l'actrice Keira Knightley. Elle incarne le personnage de Gretta, une jeune chanteuse qui partageait jusque-là sa passion avec son compagnon. Mais ce dernier ayant connu un brusque succès, il l'a abandonné et a décidé de partir avec une autre. Originaire d'Angleterre, Gretta est alors prête à repartir dans son pays quand elle rencontre par hasard Dan, un producteur de musique, qui croit immédiatement en elle.

Comme Gretta, Dan est dans une situation personnelle des plus inconfortables : il a quitté sa femme qui le trompait avec un autre homme, il a des rapports très distants avec sa fille et il vient tout juste de perdre son emploi. Pour reprendre une chanson qui va constituer un véritable leitmotiv dans New York melody, Gretta et Dan sont des “lost stars”, des étoiles perdues.

Pour autant, en dépit des vents contraires, comme dans Once, les deux personnages principaux vont réussir à remonter la pente grâce à la musique. Le titre original du film, Begin again, est à cet effet bien plus caractéristique que New York melody.

Le canevas de ce long métrage rappelle sur plusieurs points Once, avec notamment cet univers musical où les protagonistes vont aller jusqu'à créer un album pour se (re)lancer. New York melody diffère sensiblement par le mode de production de cet album. John Carney rend gloire à la ville de New York en tournant à l'extérieur les musiques qui composent l'album de Gretta. Cela apporte un côté authentique et insolite. Il faut voir Dan se débattre dans tous les sens pour que les chansons de Gretta puissent s'effectuer dans une ruelle étroite, dans un immeuble qui surplombe New York, dans le métro ou encore de nuit ! Il y a véritablement un sentiment de liberté et d'apaisement qui souffle dans ce long métrage, qui n'est pas sans rappeler les premiers films de Jim Jarmusch.

Et puis mine de rien, sans avoir l'air d'y toucher, John Carney égratigne le monde de l'industrie du disque. Il s'en prend clairement aux majors qui sont actuellement en crise et qui ne renouvellent pas leur système d'organisation. Ils en restent à leurs idées anciennes et refusent toute nouveauté. Par ailleurs, elles ont parfois du mal à vivre avec leur temps. On songe par exemple aux jeunes talents qui émergent un peu partout sur internet. Au lieu de couper un peu sur leurs profits, les majors souhaitent encore et toujours se faire un maximum d'argent. Au risque de tout perdre. Car désormais internet donne la possibilité aux musiciens de vendre directement leur musique par le biais du téléchargement. Le support physique (le CD) n'est plus le seul qui est vendeur. La conclusion du film – qui apparaît dans le générique de fin – est un véritable pied de nez aux majors et un symbole de liberté.

New York melody est un film optimiste qui trouve sa source dans la musique. Elle permet à ses protagonistes de remettre de l'ordre dans leur vie et de faire ce qu'ils souhaitent. Les chansons du film sont loin d'être anodines. Elles sont toujours au plus près de l'action et elles ont ce talent de mettre en musique les sentiments ressentis par les personnages. Au même titre que New York est un personnage à part entière dans ce film, les chansons sont un élément essentiel de ce “feel good movie”. Ces chansons permettent d'ailleurs aux personnages d’exprimer leurs émotions et de les faire comprendre à leur entourage. On notera au passage que Keira Knightley tient largement la distance et qu'elle n'a pas à rougir de sa performance vocale. Sa petite voix apporte un côté émotionnel à cette oeuvre. Plusieurs des autres chansons de la bande originale sont signées Adam Levine, qui tient là son premier rôle au cinéma.

Le chanteur culte des Maroon 5 joue le rôle d'un jeune chanteur qui laisse tomber sa compagne quand le succès est au rendez-vous. Comme John Carney demeure tout de même quelqu'un d'optimiste, il ne laisse pas le spectateur avec le sentiment qu'il y a un “méchant” dans cette histoire. Le personnage joué par Adam Levine devient progressivement plus humain dans le film. En tout cas, le chanteur des Maroon 5 s'en sort plutôt bien, dans son jeu d'acteur, en plus de sa performance musicale qui elle est évidemment une franche réussite.

Au sujet de la distribution, ce sont la mignonne Keira Knightley et Mark Ruffalo qui interprètent les deux rôles principaux. L'actrice, dont la carrière a décollé depuis son passage Orgueil et préjugés, joue bien le rôle de cette femme brisée sur le plan sentimental qui parvient à recoller les morceaux de sa vie grâce à la musique. Mark Ruffalo, dans un style beaucoup moins subtil mais également convaincant, joue avec brio le rôle de Dan, ce producteur de musique atypique, qui vit à fond son idée de faire un album en plein air dans les rues de New York. Il crève l'écran à chacune de ses apparitions, variant très bien son jeu – étant tantôt mélancolique, tantôt enjoué, tantôt désespéré, tantôt énergique. Il entretient un rapport très particulier avec Gretta (voir la très belle séquence de l'écoute de la musique avec les écouteurs). Malgré leur différence d'âge et de culture, on sent qu'ils sont sur la même longueur d'onde. Ils s'épaulent mutuellement pour créer une très belle émulation.

Se déroulant dans le milieu de la musique, New York melody vaut le détour pour son excellente bande son où Adam Levine et Keira Knigfhtley ont la part belle. C'est surtout un feel good movie réussi qui donne une sacrée pêche après l'avoir visionné. On attend avec intérêt le prochain film de John Carney.

Permalink 1073 mots par nicofeel Email , 887 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: The last days on Mars : La critiqueArticle suivant: The Crater Lake Monster : La critique

Décembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 38

powered by
b2evolution