11.08.14

06:46:36, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo200

Synopsis :

Un être mystérieux, au pouvoir de guérison phénoménal, multiplie les crimes atroces et déroute les forces de l'ordre.

Mon avis :

Depuis sa sortie mi-juillet chez Bach Films, "Horrible" a créé la polémique pour son image jugée indigne d'un support numérique. Bon certes l'image est par moments de qualité assez médiocre, mais c'est essentiellement sur les scènes qui avaient été coupées (Ce qui correspond à environ 5 minutes réparties dans tout le film !), car l'éditeur a fait le choix de nous offrir la version intégrale. Peut-on l'en blâmer? Franchement, non! Car en plus, à ce jour, il n'y a pas de meilleure copie à travers le monde et cela risque de demeurer ainsi...


Un an après son cultissime "Anthropophagous", Joe D'Amato ("Emanuelle chez les cannibales", "Blue Holocaust", "Porno Holocaust", "Ator l’invincible") réalise "Horrible", une œuvre certes moins connue, mais pourtant plus réussie. Malgré des points communs évidents, "Horrible" n'est pas une suite de "Anthropophagous", contrairement à ce que pourrait laisser supposer le retitrage dans certains pays où il sortit sous les titres "Anthropophagus 2" et "The Grim Reaper 2" ("Anthropophagous" étant également sorti aussi sous le titre "The Grim Reaper"!). On retrouve en effet ici, George Eastman ("Chaco", "Baba Yaga", "Atomic Cyborg", "Les Barbarians") dans le rôle d'un tueur fou également d'origine grecque, mais à part ça, il n'y a pas réellement de ressemblance entre les deux films.

"Horrible" est un pur film d'horreur constitué de scènes bien gores faites avant tout pour choquer le spectateur. Évidemment l'effet ne sera pas le même qu'au moment de la sortie du film en 1981, mais il faut reconnaître que les scènes en question sont tout de même assez marquantes et graphiquement très explicites! Impossible de passer à côté de la première, où George Eastman s'éventre sur les pics de la grille d’une propriété qu'il tentait d'escalader, se retrouvant ainsi les tripes à l'air, rappelant bien entendu le final de "Anthropophagous"! Mais ce ne sera bien entendu pas la seule...

Suite au transfert du tueur dans un hôpital, une infirmière se fera percer le crâne de part en part avec une perceuse chirurgicale, un pauvre type n'ayant rien demandé se fera quant à lui tronçonner le crâne avec une scie sauteuse etc... Un régal donc pour les amateurs de gore! Bon, certes les effets sont un peu passés maintenant, mais pour ma part, je trouve que ça a son charme et quel plaisir de revenir ainsi dans les eighties!

Par certains côtés, le scénario fait un peu penser à celui de "La nuit des masques" réalisé 3 ans auparavant par John Carpenter, ce qui n'a rien d'étonnant lorsqu'on sait que Joe d'Amato a souvent exploité les filons qui marchaient. Ici, on a affaire à un tueur démoniaque dont le sang se régénère beaucoup plus vite que la normale, le rendant quasi immortel.

Échappé d'un laboratoire secret où il servit de cobaye, Mikos Stenopolis est poursuivi par un prêtre qui tente de l’arrêter dans sa folie meurtrière... Le scénario écrit par George Eastman est certes léger, mais le réalisateur arrive toutefois à nous tenir en haleine jusqu’à une dernière partie particulièrement stressante et au suspens assez bien géré.

Parmi le casting, c'est évidemment George Eastman qui attirera toute l'attention avec sa stature réellement impressionnante, mais on remarquera tout de même la présence de Edmund Purdom ("Émilie, l'enfant des ténèbres", "Le sadique à la tronçonneuse", "2019 après la chute de New York", "Don't Open Till Christmas") dans le rôle du prêtre (Assez inexpressif d'ailleurs dans le film!) et de la française Annie Belle ("Lèvres de sang", "Laure", "La maison au fond du parc") dans celui d'Emily.

La musique signée Carlo Maria Cordio ("Caligula: la véritable histoire", "Le sadique à la tronçonneuse", "Aenigma") contribue à la réussite du film, jouant un rôle important dans l’ambiance de celui-ci. Anecdote amusante, on notera que le réalisateur Michele Soavi ("Bloody Bird", "Dellamorte Dellamore", "Arrivederci amore, ciao") fait ici de la figuration dans le rôle d'un biker, un petit rôle non crédité au générique.

Malgré quelques longueurs, des effets de maquillages un peu datés et un scénario assez mince "Horrible" vaut quand même le coup d’œil pour son imposant tueur, ses meurtres assez mémorables et son final plutôt réussi. Les nostalgiques des films d’horreur des années 80 devraient en tous cas être ravis ! Moi, je le suis !

"Horrible" est sorti en DVD le 9 juillet chez Bach films dans une très belle édition digipack slim avec 3 lobbycards collector glissées à l'intérieur. Le film est présenté au format 1.66 4/3 avec pistes française, anglaise et italienne monos et sous-titres français. Les bonus se composent d'une présentation du film par Christophe Lemaire, des bandes annonces du film et de celle de "Anthropophagous", d'une galerie photos et d'une présentation des DVDs de l'éditeur Crocofilms.

Permalink 867 mots par flo001fg Email , 1566 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Pieces of Talent : La critiqueArticle suivant: After.Life : La critique

Décembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 33

powered by
b2evolution