20.05.14

05:00:00, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo200

Synopsis :

Maria et Frida, de belles jumelles orphelines, viennent s'installer dans le village de Karnstein chez leur oncle Gustav, un puritain fanatique qui dirige une secte religieuse redoutée pour ses chasses aux sorcières et ses supplices sur le bûcher. Un soir de messe noire, le Comte Karnstein organise le sacrifice d'une vierge dans son château...

Mon avis :

Dans les années 60/70, les distributeurs français avaient l'habitude d'inclure dans les titres des films des noms de personnages n'ayant rien à voir avec ceux-ci dans le but bien évidemment de faire un maximum d'entrées en salle... Ce sera le cas de pas mal de westerns spaghetti utilisant les noms par exemple de Sartana ou de Django, cela sera également le cas pour des films fantastique où le nom de Dracula sera utilisé alors qu'à aucun moment celui-ci ne sera au cœur de l'histoire. Parmi eux, "Les sévices de Dracula" qui toutefois parlera bien de vampires, ce qui ne sera pas le cas pour "Comtesse Dracula" en revanche, bien que dans le cas de ce dernier, cela ne vienne pas des distributeurs français et qu'il y aura malgré tout une certaine logique dans le choix de ce titre...

Malgré son retitrage français et la présence de Peter Cushing ("Frankenstein s'est échappé", "Le Cauchemar de Dracula", "Le Chien des Baskerville"), il ne sera donc aucunement question du comte Dracula, ni même du professeur Van Helsing, le célèbre chasseur de vampires dans "Twins of Evil", le troisième film de la Hammer consacré à la Comtesse Mircalla Karnstein, personnage inspiré de "Carmilla", une nouvelle fantastique de Joseph Sheridan Le Fanu.

Le film est signé John Hough ("La maison des damnés", "Incubus", "American Gothic"), un réalisateur connu également pour avoir officié par le suite pour Disney avec des films comme "La montagne ensorcelée", "Les visiteurs d'un autre monde" ou encore "Les yeux de la forêt". "Les sévices de Dracula" débute comme un film sur l'inquisition avec une chasse aux sorcières (de pauvres jeunes femmes innocentes!) menée par Gustav Weil, le personnage joué par Peter Cushing, qui se trouve à la tête d'une confrérie.

Ils n'hésitent pas à s'en prendre aux pauvres gens, par contre, lorsqu'il s'agit du comte Karnstein, interprété par le charismatique Damien Thomas ("Le message", "Sinbad et l’œil du tigre"), qui soit dit en passant est vraiment crédible en vampire, là, curieusement, ils n'osent rien faire de peur que l'Empereur les châtie, malgré la vie de dépravé qu'il mène et sa pratique de la magie noire...

Seulement voilà, suite aux décès de leurs parents, les nièces de Gustav Weil, jouées par les sœurs jumelles Mary et Madeleine Collinson ("She'll Follow You Anywhere", "Love Machine"), vont venir vivre chez lui et attirer la convoitise du comte (surtout Frieda, jouée par Madeleine, qui s'avère être beaucoup plus dévergondée que sa sœur Maria!) et pour ne rien arranger celui-ci va devenir vampire après avoir ressusciter la comtesse Mircalla, personnage qui ne tiendra d'ailleurs qu'un rôle secondaire ici, mais apparaissant tout de même lors d'une scène très sensuelle à l'érotisme hautement suggestif...

Ce qui est assez étonnant par contre dans le film, c'est que des meurtres perpétrés par un vampire ont lieu avant la transformation du comte et sans qu'on ne sache qui en est l'auteur. D'ailleurs on n'aura à aucun moment la réponse!

Malgré tout on a ici affaire à un très bon film de la Hammer avec un scénario qui tient bien la route écrit par Tudor Gates ("Danger: Diabolik!", "Barbarella", "The Vampire Lovers"), une mise en scène impeccable avec un rythme parfaitement maîtrisé, une très belle photographie signée Dick Bush ("La nuit des maléfices", "Dracula '73", "Phase IV", "Le convoi de la peur"), de très beaux décors et une fabuleuse musique composée par Harry Robertson ("The Vampire Lovers", "Lust for a Vampire", "Comtesse Dracula") avec des consonances rappelant bizarrement par moments le cinéma italien.

Le film est de plus étonnamment gore pour un film de 1971 avec en plus des effets spéciaux assez convaincants pour l'époque. Il contiendra également une pointe d'érotisme soft, qui curieusement ne sera que très peu amené par les sœurs Collinson, pourtant connues pour avoir été les premières jumelles à poser pour un magazine de charme, en l’occurrence Playboy. Les deux actrices « amatrices » vont s'avérer plutôt bonnes comédiennes, malgré le fait que ce ne soit pas leur métier et qu'elles seront ici doublées en raison de leur accent (Elles sont originaires de Malte!). D'ailleurs celle-ci arrêteront leur carrière cinématographique après ce film...

Sans figurer parmi les chefs d’œuvre de la Hammer, "Les sévices de Dracula" demeure tout de même un excellent divertissement horrifique qui ravira les amateurs...

"Les sévices de Dracula" est ressorti en DVD et combo Blu-ray + DVD le 6 mai chez Elephant Films dans sa collection Hammer. Le DVD propose le film au format 1.77 16/9ème avec pistes anglaise et française Dolby digital mono et bien entendu sous-titres français. Le Blu-ray quant à lui propose le film format 1.77 avec un encodage Full HD 1920x1080i et pistes anglaise et française DTS-HD Dual mono et sous-titres français. Les bonus se composent d'une intéressante présentation du film par Alain Schlockoff, d'une galerie d'images et de 2 bandes annonces de la collection Hammer, celle de "Comtesse Dracula" et celle de "Le Club des Monstres".

Le film était précédemment sorti en DVD en octobre 2003 chez Une Vidéo / CIDC dans une édition minimaliste proposant le film au format respecté 1.66 mais 4/3 (Elephant films a préféré faire le choix du 16/9ème ce qui fait perdre par contre un peu d’image...) et pistes anglaise et française Dolby Digital 2.0.

Petit comparatif entre les éditions DVD Elephant Films et Une Vidéo / CIDC:

Elephant Films
Une Vidéo / CIDC
Elephant Films
Une Vidéo / CIDC
Elephant Films
Une Vidéo / CIDC
Elephant Films
Une Vidéo / CIDC




Amazon à 12.27€
Fnac à 17.99€
Voir la fiche



Fnac à 17.19€
Voir la fiche

Permalink 1041 mots par flo001fg Email , 1659 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Art/Crime : La critiqueArticle suivant: L'emprise du Mal : La critique

Novembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 25

powered by
b2evolution