19.05.14

05:30:00, Catégories: Test / Critique  

Par Flo200

Synopsis :

"Art/Crime" présente Rémy Couture, artiste maquilleur d’effets spéciaux, arrêté en octobre 2009 à la suite d’une plainte portant sur un site Web où son travail hyper réaliste était exposé. Par les témoignages de différents intervenants, dont Robert Morin, Mario Dumont, Patrick Senécal et Nacho Cerdà, les questions du spectacle de la violence, du métier d’artiste et de la censure sur le Web sont abordées.

Mon avis :

L'affaire Rémy Couture a fait grand bruit au Canada et dans le monde de l'horreur, de son arrestation en octobre 2009 jusqu'à son acquittement en décembre 2012... C'est de cette affaire que le documentaire "Art/crime" traite, tout en voulant aborder également par ce biais les thèmes de la liberté d'expression artistique et de la censure.


Suite à une plainte venant d'Interpol concernant son site web, InnerDepravity.com, le maquilleur d'effets spéciaux Rémy Couture ("Humains", "Discopathe") fût arrêté le 29 octobre 2009, accusé de corruption des mœurs selon l’article 163. C'est en effet suite à des plaintes en provenance d’Allemagne que tout s'est déclenché et que Rémy Couture va vivre un enfer qui va durer trois longues années. Trois ans d’inquiétude où il va se demander ce qu'il allait lui advenir (Il risquait tout de même jusqu'à deux ans d'emprisonnement!) et tout ça pour avoir montrer de l'horreur, certes très réaliste mais évidemment fictive, impliquant d'une part des scènes de viol (sans caractère pornographique contrairement à ce qui a pu être dit) et d'autre part un jeune garçon qui se fait tuer (Je vous rassure il se porte très bien et s'est beaucoup amusé durant le tournage!) ou encore filmé en train de manger une fausse main...

Le problème n'est pas de juger si une telle démarche artistique est bien ou pas, mais plutôt de se demander si cette forme d'art peut être condamnable ou pas. Car si tel était le cas, beaucoup de réalisateurs de films d'horreur, notamment ceux œuvrant dans le torture porn ou dans le cinéma extrême, auraient sacrément du soucis à se faire. Pour agrémenter son documentaire, le réalisateur Frédérick Maheux ("Théorie de la religion") a notamment fait appel à des modèles ayant travaillé avec Rémy Couture (Tous sont ravis de leur expérience et lui restent fidèle!), des réalisateurs ou scénaristes œuvrant dans le même genre comme Nacho Cerdà ("Aftermath", "Abandonnée"), Éric Falardeau ("Thanatomorphose") ou encore Patrick Senécal ("5150 Rue des Ormes"), mais aussi un policier porte-parole et un professeur et chercheur universitaire et bien entendu Rémy Couture en personne.

Nacho Cerdà

Le maquilleur a ici largement la parole (Normal!) et on voit bien qu'il n'est pas le type dépravé ou détraqué que les autorités judiciaires ont voulu à un moment nous décrire, allant jusqu'à dire que celui-ci se masturbait devant ses vidéos! Non, c'est juste un amateur de films d'horreur comme il y en a des millions, qui a poussé sa passion jusqu'à en faire son métier. La plus part des intervenants vont dans ce documentaire soutenir Rémy et la liberté d'expression, ce qui semble tout à fait normal car la démarche d'un tel procès paraît complètement stupide, mais il aurait pu être aussi intéressant d'entendre l'un de ses détracteurs, car si le policier porte-parole interrogé ne le soutiendra pas, il restera tout de même très neutre. Il faut préciser qu'au moment où a été fait le documentaire, le procès n'avait pas encore eu lieu et donc que les personnes en charge de l'affaire ne pouvaient pas s'exprimer.

Éric Falardeau

C'est d'ailleurs le seul autre véritable regret, car le documentaire est certes assez complet, mais on pourra tout de même déplorer que le réalisateur ne soit pas allé jusqu'au dénouement du procès... Toujours est-il que fort heureusement Rémy Couture sera finalement relaxé au bout de trois années d'angoisse! Quelle perte de temps, d’argent et d'énergie pour des faits qui n'auraient même pas dû nécessiter d'autres enquêtes qu'une simple enquête de routine de la part des policiers...

Catherine Allard, l'un des modèles de Rémy Couture

A travers le cas de Rémy Couture, "Art/crime" nous offre donc une réflexion intéressante sur la liberté d’expression notamment à travers la diffusion artistique sur le Web, mais aussi une réflexion sur la bêtise humaine...

Si vous souhaitez vous procurer le DVD, vous pouvez le faire via le site officiel du film. Le film est en français avec quelques interventions en anglais sous-titrés. En bonus, celui-ci contient les courts métrages "Inner Depravity" 1 et 2, des bandes annonces et une galerie photos.

Il est à noter également que le film sera diffusé le 30 mai prochain à 20 heures 30, lors du Sadique-master virtual festival, suivi des courts métrages "Inner Depravity" 1 et 2 pour ceux qui voudraient le découvrir à moindre coût.

Permalink 859 mots par flo001fg Email , 1669 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Cheap Thrills : La critiqueArticle suivant: Les sévices de Dracula : La critique

Août 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 26

powered by
b2evolution