02.05.14

05:30:00, Catégories: Test / Critique  

Par Flo001fg

Synopsis :

Personne, homme ou femme, ne résiste à Vénus, la séductrice à la peau d’ébène. Mais lorsqu’elle devient la muse et la maîtresse d’un jeune sculpteur sans le sou, les choses prennent un tour nouveau. Violence, lesbianisme, humiliation, descente aux enfers. Karin Schubert et Mandy Rice-Ravies participent à cette véritable odyssée de la perversion au cœur de la société victorienne...

Mon avis :

Quand j'ai vu Florence Guérin pour la première fois dans "Le déclic" (Je n'étais encore qu'un ado!), je suis immédiatement tombé sous son charme et depuis je guette le moindre de ses films qui daigne enfin sortir chez nous... Malheureusement, l'actrice ayant beaucoup tourné en Italie, pas mal de ses films restent à ce jour inédits en France et même parmi ses films français, bon nombre n'ont toujours pas été édités. C'est donc avec beaucoup de joie que j'ai appris que "La vénus noire" allait enfin sortir chez nous grâce à Severin films. En ce début d'année 2014, l'éditeur américain, nous déterre deux productions Playboy, "Lady Libertine" et donc "La vénus noire"...

"La vénus noire" débute par une très jolie scène, assez originale, se déroulant dans un bordel où un client fortuné admire différentes scénettes qui lui sont présentées à travers des cadres donnant vue sur des salons à thèmes où les clients peuvent laisser libre cours à leurs fantasmes. Ainsi, l'un de se prendra pour un pirate, alors qu'un autre se prendra pour un monarque...

Seulement lors du dernier décor, Jacques, le client fortuné, interprété par Emiliano Redondo ("Peppermint Frappé", "Attache-moi!"), va reconnaître Vénus, une splendide métisse qu'il a bien connu auparavant, jouée par la charmante Joséphine Jacqueline Jones ("Christina y la reconversión sexual", "La ronde de l'amour", "Warrior Queen"), Miss Bahamas 1979.

Le film va alors se passer comme un long flash-back où il va se remémorer le passé à partir du moment de leur première rencontre. Cela se déroule lors d'un bal où elle va tomber amoureuse d'Armand, l'un de ses amis sculpteurs, joué par José Antonio Ceinos ("Patricia, un voyage pour l'amour", "Memorias del general Escobar") ; une rencontre qui va s'avérer être destructrice pour l'artiste...

Ce film de Claude Mulot ("La rose écorchée", "Le sexe qui parle", "La Femme objet", "L'immorale", "Les petites écolières") est son avant-dernier film, avant son giallo "Le couteau sous la gorge". C'est un film érotique assez classe et relativement soft, comme on en fait plus depuis des années. Il bénéficie de beaux décors convaincants et de très beaux costumes, lui donnant immédiatement un certain cachet. Le film est esthétiquement très réussi avec quelques scènes vraiment belles.

Le scénario est assez prenant également avec une dramaturgie assez intéressante pour un film érotique (Il faut dire qu'il s'inspire d'une œuvre de Balzac, donc ça aide!), mais par contre l'interprétation laisse quelque peu à désirer... Rien de catastrophique, cela reste pro, mais on ne peut pas dire qu'on ait affaire à de très grands acteurs!

Une bonne partie du casting est originaire d'Espagne, normal puisqu'il s'agit d'une co-production espagnole... D'ailleurs, on notera entre autres la présence de l'actrice Helga Liné ("Le manoir de la terreur", "Les amants d'outre-tombe", "Si douces, si perverses"), actrice bien connue des amateurs de cinéma Bis.

On remarquera également les participations de Mandy Rice-Davies ("Nana: Le désir", "Absolute Beginners"), célèbre pour son implication dans l'affaire Profumo et surtout de Karin Schubert ("La folie des grandeurs", "Barbe-bleue", "Black Emanuelle", "The Devil in Mr. Holmes"), dont la vie aura été une véritable tragédie, puisqu'elle tourna dans des films pornographiques à l'âge de 40 ans pour sortir son fils de la drogue, ce qui la poussa à tenter à trois reprises de se suicider et l'amena à être internée à vie dans un hôpital psychiatrique... Pas gai tout ça!

Et puis, il y a donc la délicieuse Florence Guérin, dont le destin n'est pas plus joyeux puisqu'elle fût victime d'un terrible accident de voiture qui lui valut des années de rééducation et dans lequel surtout elle perdit son fils. L'actrice se fait d'ailleurs appeler depuis 2002 Florence Nicolas en hommage à son fils.

Elle nous offre en tous cas ici de très jolies scènes en compagnie Joséphine Jacqueline Jones, notamment celles sur la plage où les deux demoiselles sont magnifiquement filmées. Les scènes érotiques sont assez nombreuses, mais cela reste tout de même très soft...

De l'érotisme donc à l'ancienne, un peu désuet, mais pas dénué d'un certain charme!

"La vénus noire" est sorti en DVD le 4 mars 2014 chez Severin Films. Le film est présenté au format 1.33 4/3 avec au choix les versions française et anglaise.




Amazon à 14.99€
Fnac à 18.79€
Voir la fiche
Permalink 831 mots par flo001fg Email , 3823 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Attaque à mains nues : La critiqueArticle suivant: Un été magique : La critique

Novembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 26

powered by
b2evolution