17.04.14

05:24:23, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo200

Synopsis :

Depuis des années, Karl Schiller recherche l’anneau des Nibelungen, bijou mystique qui confère la puissance à celui qui le possède. Alors qu’il mène une quête archéologique, son frère jumeau, Franz, convoite l’anneau à des fins personnelles. Il devance Karl et se retrouve en Transylvanie, au château du comte Dracula. Là, il rencontre la comtesse, la veuve de Dracula, qui le séduit et le vampirise. Peu après, Karl arrive lui aussi au château, pour découvrir une étrange cérémonie de noces suivie par un sacrifice rituel de jeunes vierges...

Mon avis :

Luigi Batzella ("Pour Django les salauds ont un prix", "Les âmes damnées de Rio Chico", "Holocauste Nazi"), qui signa ses films sous divers pseudos, n'a jamais été un grand réalisateur et il n'y a d'ailleurs pas grand-chose à sauver dans sa filmographie en dehors peut-être de l'étrange "Nuda per Satana" (Quelque peu gâché par des inserts Hard assez inutiles!) et du sympathique "Les vierges de la pleine lune", qui n'est certes pas un chef d’œuvre, mais qui a le mérite de nous offrir quelques scènes assez mémorables...

C'est sous le pseudo de Paolo Solvay, que le réalisateur italien signa "Les vierges de la pleine lune", qui sera assurément le meilleur film de sa carrière, peut-être d'ailleurs en raison du fait que son chef opérateur sur ce film n'était autre que Aristide Massaccesi alias Joe D'Amato ("Anthropophagous", "Porno Holocaust", "Horrible"), qui apparemment aurait pas mal pris les choses en main durant le tournage et aurait même réalisé certaines scènes du film...

Toujours est-il que le film n'est pas inintéressant, notamment grâce à quelques scènes joliment filmées comme la très belle scène où La Comtesse Dolingen de Vries, jouée par la splendide Rosalba Neri ("Johnny Yuma", "La Clinique Sanglante", "Lady Frankenstein, cette obsédée sexuelle"), prend un bain de sang faisant bien évidemment référence à la comtesse Bathory dont le personnage semble fortement avoir influencé celui du film.

Le scénario est ici surtout prétexte à mettre régulièrement en scène de jolies filles nues, pourtant il est toutefois relativement original pour un film de vampires et aurait pu probablement être mieux exploité et surtout mieux maîtrisé...

L'histoire est relativement complexe et paraît même quelque peu confuse par moments. Après une courte scène avant le générique, l'histoire débute avec le personnage de Karl Schiller qui recherche à des fins archéologiques l’anneau des Nibelungen, un anneau magique procurant d'immenses pouvoirs à son possesseur.

Alors qu'il découvre enfin que celui-ci serait en Transylvanie dans le château de Dracula, son jumeau Franz le devance afin de le dérober à des fins toutes personnelles, malheureusement ce dernier oublie l'amulette, sensée le protéger, dans une auberge où il « culbutera » (du moins on suppose!) au passage la fille du tenancier...

Quand Karl arrivera enfin, il sera malheureusement trop tard pour sauver son frère devenu entre temps vampire, mais il découvrira aussi que de biens étranges rituels se passent en ces lieux...

Mark Damon ("La chute de la maison Usher", "Les trois visages de la peur", "Un train pour Durango"), qui joue ici le double rôle de Franz et Karl a un charisme assez incroyable et son physique colle parfaitement au rôle de vampire. En fait, même quand il n'a pas ses longues canines, on a quand même l'impression de voir un vampire!

Parmi les acteurs marquants du film, essentiellement pour leur physique d'ailleurs, on notera la présence de Xiro Papas ("Frankenstein '80", "Le château de l'horreur") dans le rôle du vampire et de Esmeralda Barros ("Pour Django les salauds ont un prix", "Les âmes damnées de Rio Chico", "Les mille et une nuits érotiques").

On remarquera également évidemment le château de Balsorano, vu dans pas mal d'autres films comme "Vierges pour le bourreau", "Le château des morts-vivants", "La crypte du vampire", ecetera, ecetera...

Le film a une ambiance gothique et baroque assez agréable, où la musique signée Vasili Kojucharov ("Le fossoyeur", "Horreurs nazies") joue un rôle important, autant qu'elle surprend également lors des scènes à cheval où l'ambiance devient alors beaucoup plus légère et enjouée, proche des films d'aventure. Au final, le film ne convainc pas complètement et laisse un peu sur sa faim, mais cela reste un film agréable à regarder...

En résumé, "Les vierges de la pleine lune" est un film plaisant, joliment filmé, offrant donc quelques belles scènes qui valent le coup d’œil, mais cela reste une œuvre mineure loin d'être indispensable, sauf peut-être pour les collectionneurs de films d'horreur gothique...

"Les vierges de la pleine lune" est sorti en DVD le 1er avril chez Artus Films dans sa collection Les chefs d’œuvres du Gothique. Le film est proposé au format 1.85, 16/9 compatible 4/3 en version française et italienne et sous-titres français. Côté bonus, on a le droit à une présentation du film par Alain Petit, intitulée "La Comtesse rouge", à un reportage intitulé "La Comtesse Rosalba" comprenant un entretien avec Rosalba Neri, au générique italien, à un diaporama d'affiches et de photos et à des bandes-annonces des films de la collection.

Les vierges de la pleine lune

Les vierges de la pleine lune
Fnac à 17.19€
Voir la fiche
Permalink 909 mots par flo001fg Email , 1975 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Babysitting : La critiqueArticle suivant: La Vengeance de Lady Morgan : La critique

Mars 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31        

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 22

powered by
b2evolution