14.05.13

05:00:00, Catégories: Test / Critique  

Titre du film : Massacre à la tronçonneuse 3D

Réalisateur
: John Luessenhop

Date de sortie au cinéma : prochainement
Origine : Etats-Unis

Durée : 1h32

Avec : Alexandra Daddario, Bill Moseley, Gunnar Hansen, Shaun Sipos, etc.

Par Nicofeel

Décidément on n'arrête pas de relancer la franchise Massacre à la tronçonneuse. Après le remake de Marcus Nispel en 2003 (avec la belle Jessica Biel !) et le film de Jonathan Liebesman en 2006 revenant aux origines, tout simplement intitulé Massacre à la tronçonneuse : le commencement, un cinéaste, John Luessenhop, inconnu au demeurant, a mis en scène un nouvel épisode de Massacre à la tronçonneuse.
Bien décidé à exploiter le filon jusqu'à la moelle, le réalisateur commence son film par des images du film classique de Tobe Hooper, sorti en 1974. Son film, dénommé Massacre à la tronçonneuse 3D, se veut donc une sorte de suite directe du film original.
Sauf que bien évidemment en qualité on est loin du compte. D'abord, le film manque cruellement d'originalité. La première véritable scène d'action rappelle étrangement The devil's reject de Rob Zombie. Ici, on assiste au massacre de la famille des dégénérés, les Sawyer. Seul un bébé, Heather, survit. Plus de vingt ans plus tard, Heather apprend que sa grans-mère est décédée et elle hérite d'une bâtisse. Avec des amis, elle décide de se rendre sur place.
Massacre à la tronçonneuse aurait pu être pas trop mal s'il avait été un peu mieux scénarisé. Mais là on est dans le grand n'importe quoi, à tel point que l'on est proche du nanar. Car il faut bien reconnaître qu'un certain nombre de séquences sont carrément ridicules. Sans vouloir être exhaustif, on s'étonnera que Leatherface puisse avoir survécu dans un endroit où il est resté seul, dans le sous-sol de la bâtisse. Et quand il s'agit de mettre le couvert et de tuer des gens, il est en pleine forme. Bref, cet épisode n'est pas très crédible mais cela n'est pas le pire. Il y a beaucoup mieux. D'abord, l'héroïne fait preuve d'une maladresse qui est tout de même assez énorme : elle tombe dans les escaliers, elle se fracasse le pied sur une barrière qui est pourtant extrêmement petite. Et puis elle ne trouve pas de meilleure idée que de se cacher dans un cercueil au lieu de se sauver. Les actions du personnage d'Heather sont symptomatiques de ce film. Et pour ne rien arranger, les acteurs ne sont pas non plus au top. Dès lors, entre des personnages risibles et des acteurs qui ont été recrutés on ne sait trop comment, on comprend que le jeu d'acteurs n'est pas la force du film.
Mais il y a bien pire. Le réalisateur a l'idée saugrenue de procéder à une sorte de twist avec cette révélation qu'Heather fait partie de la famille de Leatherface. Dès lors, l'un et l'autre deviennent des amis et se donnent des coups de main respectifs. On nage en plein délire. Alors que Leatherface a tué tous les amis d'Heather, cette dernière prend rapidement en affection celui qui était encore il y a peu de temps son pire ennemi. Difficile d'adhérer à un tel délire.
Peut-être que la seule vraie bonne idée réside dans le fait qu'Heather est poursuivie par des habitants qui ont compris qu'elle fait partie de la famille des Sawyer. Mais pour que le film soit crédible, il eut été appréciable qu'Heather ait deux types d'ennemis : Leatherface (un peu comme dans Halloween avec l'héroïne qui apprend qu'elle est de la famille du tueur) et ces fameux habitants qui cherchent coûte que coûte à exterminer toute lignée de la famille des Sawyer.
Au lieu de cela, on a un scénario qui part complètement en vrille avec comme apothéose un shérif qui laisse partir Heather et Leatherface, alors que ce dernier laisse de nombreux morts derrière lui.
Sauf à être fan de nanars, le film est à éviter à tout prix. Rien n'est à sauver. Le réalisateur ne parvient d'ailleurs jamais à instaurer la moindre tension, ce qui est un comble dans un film d'horreur qui est censé faire peur.
Cela étant, vu le scénario stupide, on est plutôt enclin à rire qu'à avoir peur.
N'ayant pas vu le film dans les conditions de la 3D, je ne peux pas donne rmon avis sur ce point. Mais bon, je doute franchement que cela change grand chose à ce film qui ne fait pas honneur à une franchise qui est sans cesse relancée et qui ferait bien de s'arrêter. Car on atteint tout de même plus les tréfonds que les cimes avec un tel film.
A tel personnel, je préfère presque regarder un film de la franchise Saw. C'est pour dire...

Permalink 834 mots par nicofeel Email , 1516 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique cinéma : The odd life of Timothy GreenArticle suivant: Film inédit en DVD zone 2 : Rock' n' roll overdose

Décembre 2021
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 15

powered by
b2evolution