04.04.13

11:42:36, Catégories: Nouveautés, Test / Critique  

Par Flo001fg

Synopsis :

Dans le Bagdad des années 40, le roi Ahmad est victime d’un complot organisé par son vizir Jaffar. Jeté en prison, le roi y rencontre le jeune valeureux Abu, et les deux hommes réussissent à s’enfuir à Basra. Ahmad tombe amoureux de la fille du sultan. Opposé à cette relation, Jaffar leur tend des pièges machiavéliques. Les deux héros commencent alors une épopée fantastique au royaume de la magie...

Mon avis :

Troisième film de Sabu ("Elephant Boy", "Le Livre de la jungle", "Le Narcisse noir") pour les frères Korda et probablement le plus connu, "Le Voleur de Bagdad" reste malgré le poids des années un véritable enchantement par la féerie qu'il nous offre.

Ce remake du film de 1924 de Raoul Walsh avec Douglas Fairbanks brille par le faste de ses décors, son très beau technicolor et par ses effets spéciaux réellement impressionnants pour l'époque. Le film est avant tout le projet de producteur, ce qui explique que trois noms soient crédités en tant que réalisateurs, Ludwig Berger ("La Guerre des valses", "Trois valses"), Michael Powell ("Colonel Blimp", "Le Narcisse noir", "Les Chaussons rouges") et Tim Whelan ("Le Divorce de Lady X", "Cinquième bureau").

Toutefois, sans être crédités, Alexander Korda ("Rembrandt", "Lady Hamilton"), Zoltan Korda ("Alerte aux Indes", "Les Quatre Plumes blanches") et William Cameron Menzies ("Les Mondes futurs", "Les Envahisseurs de la planète rouge") participèrent également à la réalisation.

En effet, Ludwig Berger, dont Alexander Korda n'était pas satisfait, quitta la production et certaines de ses scènes furent retournées, alors que Powell lui fût chargé de tourner certaines scènes comme celles avec le génie.

Pourtant malgré ce capharnaüm, le film conserve une réelle unité alors qu'il a été tourné à de multiples endroits dont les Denham Film Studios près de Londres, ainsi qu'aux studios United Artists aux États-Unis pour ce qui est des parties tournées en studio et à Gunwalloe et Pembrokeshire Coast au Royaume-Uni, ainsi qu'au parc national du Grand Canyon aux États-Unis pour les parties filmées en extérieur. Il faut dire que celui-ci a été réalisé au début de la seconde guerre mondiale, ce qui contraignit la production à finir le film aux States. C'est dire le bordel qu'a dû être ce tournage!

Dans le rôle principal, celui du Prince Ahmad, John Justin ("Le Mur du son", "Tant que soufflera la tempête") fait ici sa première apparition à l'écran, mais on ne peut pas dire que le jeune homme brille ici particulièrement... Il se fait même carrément voler la vedette par Sabu, le jeune acteur indien qui joue le rôle d'Abu et par Conrad Veidt ("Le Cabinet du Docteur Caligari", "Lady Hamilton", "Casablanca") qui joue celui de Jaffar et dont la présence à l'écran est assez impressionnante.

Normalement le rôle de la princesse aurait dû être tenu par Vivien Leigh, mais celle-ci abandonna la production afin de jouer dans "Autant en emporte le vent", ce qui n’empêchera pas la jeune femme de jouer par la suite pour Alexander Korda dans "Lady Hamilton". Elle fût alors remplacée par la très belle June Duprez ("Les Quatre Plumes blanches", "Le lion a des ailes"), qui irradie le film de sa beauté.

Miles Malleson ("Les 39 Marches", "Le Cauchemar de Dracula", "Le Chien des Baskerville") dans le rôle du Sultan est également excellent en passionné de jouets, prêt à tout sacrifier pour compléter sa collection.

D'ailleurs les scènes où Jaffar lui présentera de nouveaux jouets, seront absolument fabuleuses comme celle par exemple avec le cheval mécanique volant. De la féerie à l'état pure avec un côté enfantin et naïf qui colle parfaitement à l'ambiance générale du film rythmée par la très belle musique signée Miklos Rosza ("Ben-Hur", "Le Cid").

Les décors créés par le troisième frère Korda, Vincent, sont un réel éblouissement pour les yeux, de même que les très belles couleurs du film, dont la photographie est l’œuvre du chef opérateur français Georges Périnal ("Les Quatre Plumes blanches", "Le Voyage fantastique") et qui font de cette aventure féerique inspirée des contes des "Mille et une nuits" un vrai régal très justement récompensé par trois Oscars (Meilleure direction artistique, Meilleure Photographie et Meilleurs effets spéciaux).

Malgré des effets spéciaux évidemment maintenant complètement dépassés, "Le Voleur de Bagdad" a gardé tout son charme et sa splendeur et il n'est en rien étonnant que celui-ci influença par la suite bon nombre de films fantastiques...

"Le voleur de Bagdad" était déjà sorti en 1998 chez Canal + Vidéo, qui le réédita ensuite en 2002, il ressort cette fois en ce début de mois d'avril chez Elephant Films en version remasterisée Haute Définition, dans une édition DVD simple et surtout en édition combo DVD + Blu-ray.

Le DVD de cette dernière édition est au format 1.33 4/3 avec pistes française et anglaise Dolby Digital mono 2.0, alors que le Blu-ray comporte un encodage Full HD et est au format 1.37:1 avec une résolution 1920x1080p et pistes française et anglaise DTS-HD Master Audio Mono. Enfin, niveau bonus, on a cette fois le droit à un excellent documentaire de plus de 50 minutes sur Sabu.

Le voleur de Bagdad

Le voleur de Bagdad
Voir la fiche
Le voleur de Bagdad

Le voleur de Bagdad
Amazon à 15.7€
Fnac à 18.89€
Voir la fiche
Le voleur de Bagdad (Blu-ray + DVD)

Le voleur de Bagdad (Blu-ray + DVD)
Amazon à 18.09€
Fnac à 26.22€
Voir la fiche

Permalink 922 mots par flo001fg Email , 3030 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Moulin Rouge (1952) : La critiqueArticle suivant: Colin : La critique

Décembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 20

powered by
b2evolution