27.10.12

05:00:00, Catégories: Test / Critique  

Titre de la série : Dead set

Série créée par
: Charlie Brooker

Année
: 2008 (sortie en France en DVD à partir du 24 octobre 2012)

Durée de la série: 141 minutes

Avec
 : Davina McCall (elle-même), Jaime Winstone (Kelly), Shelley Conn (Claire), Liz May Brice (Alex), Warren Brown (Marky), Berth Cordingly (Veronica), Adam Deacon (Space), etc.


Par Nicofeel

Créée en 2008 par Charlie Brooker, Dead set est une série qui a été diffusée en France pour la première fois fin 2009.
Il s'agit d'une série très courte puisque le premier épisode fait moins d'une heure et les 4 suivants durent en moyenne 24 minutes. Du coup, il est facile de regarder cette série en une traite.
Comme nombre de films d'horreur qui sortent actuellement, Dead set est une série où l'on voit déambuler des zombies assoiffés de sang. Le pitch de base ne paraît pas à première vue original. Pourtant, il l'est car la série se déroule en huis-clos, dans les locaux de Big brother, l'équivalent britannique de Loft story.
L'invasion de nos tueurs a lieu lorsque l'un des lofteurs est éliminé.
Après visionnage, cette série surprend d'abord par sa violence. Pour une série, on aurait pu s'attendre à une violence aseptisée. Il n'en est rien. Les attaques des zombies sont extrêmement violentes et on a droit à certaines scènes bien corsées. On est loin de certains films où tout se passe hors champ. Ici, les zombies – qui bénéficient d'excellents maquillages – sont très énervés et super rapides. On ne peut dès lors s'empêcher de faire un parallèle avec les zombies de L'armée des morts de Zack Snyder. Quant aux moments d'action pure, caméra à l'épaule, ils se calquent clairement sur 28 semaines plus tard, où le réalisateur privilégiait une sorte de chaos ambiant.

Ensuite, cette série se fait également remarquer par un humour certain. En faisant se dérouler son action en huis-clos, dans les locaux de Big Brother, avec d'ailleurs la présentatrice attitrée de cette émission, Davina McCall, qui interprète son propre rôle, la mini-série n'hésite pas à égratigner ces émissions d'une richesse culturelle très aléatoire. Les producteurs de l'émission sont montrés du doigt, avec cette volonté de faire à tout prix de l'audimat, en choisissant évidemment les scènes les plus « chaudes » ou celles où les protagonistes s'insultent le plus.
A fortiori, lorsque les gens doivent faire face aux zombies, on s'amusera de la relation entre un producteur dégoûtant qui est retenu avec l'une des lofteuses, celui-ci étant sans gêne (il urine et fait un gros c..., comme s'il n'avait reçu aucune éducation).
La série est plutôt prenante. Il faut dire que les épisodes sont particulièrement courts. C'est d'ailleurs le principal reproche que l'on peut faire à Dead set : on a une saison unique de 5 épisodes.
Mais est-ce qu'il aurait été possible de faire plus long ? Car le concept du mélange entre horreur au quotidien et des lofteurs qui mettent un temps certain à réaliser ce qui leur arrive (la scène où ils croient que la jeune femme ensanglantée qui les rejoint est une nouvelle personne envoyée par l'émission, est un modèle du genre et complètement incroyable !) est sympathique à voir, mais il finit au bout d'un moment à tourner un peu en rond.
Car une fois que le réalisateur a bien évoqué les traits de caractère des personnages débilos ou à tout le moins superficiels de Big Brother, il n'a plus grand chose à raconter sur le fond.
La série se limite donc à des attaques de zombies et à des humains qui tentent de survivre, un peu à la manière des personnages du film Zombie ou carrément du film Le jour des morts-vivants.
On appréciera en tout cas le côté particulièrement rentre-dedans de la série et son refus systématique de faire dans le consensuel, comme le prouve sa fin qui va jusqu'au bout de ses idées.
Les acteurs de cette série sont quant à eux tout à fait crédibles. La mention très bien revient à l’héroïne principale, qui se révèle énergique de bout en bout (toujours motivée, elle tire sans cesse sur les zombies ; elle fait son possibles pour aider ses compagnons d'infortune, etc.).
Voilà donc une mini-série qui devrait ravir les fans du genre. Évidemment, cette série est à déconseiller à ceux qui n'apprécient pas le déversement de gore.

Permalink 775 mots par nicofeel Email , 1210 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Pig : La critiqueArticle suivant: La crypte du vampire : La critique

Octobre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 61

powered by
b2evolution