16.02.12

06:00:00, Catégories: Test / Critique  

Titre du film : Medium raw, the night of the wolf

Réalisateur : Andrew Cymek

Année
: 2010

Origine : Etats-Unis

Date de sortie au cinéma
: non prévue à l'heure actuelle

Durée : 100 minutes

Avec : Andrew Cymek (Johnny), Brigitte Kingsley (Jamie), William B. Davis (docteur Robert Parker), John Rhys-Davies (Elliot Carbon), etc.

Réalisé par Andrew Cymek qui tient d'ailleurs le rôle principal du film, Medium raw, the night of the wolf est un petit thriller qui se suit sans déplaisir.
On retrouve dans ce film au moins un acteur bien connu : John Rhys-Davies, vu notamment dans Le seigneur des anneaux. ici, son rôle se limite malgré tout à peu de choses. Mais bon, pour une petite production, cela n'est déjà pas si mal d'avoir réussi à avoir un tel acteur.
Au niveau de l'histoire, on est entre le thriller et le film de serial-killer. Au début du film, on apprend que de nombreuses jeunes filles ont disparu et se sont fait tuer par un fou, qui se fait passer pour le loup, d'où le titre du film. Le film propose d'ailleurs d'une certaine façon une variation de l'histoire du petit chaperon rouge, même si tout cela n'est qu'effleuré.
L'un des éléments principaux du film tient au fait que le serial-killer a tué la soeur de Johnny (Andrew Cymek) lorsqu'il était jeune. Cela a été un trauma pour Johnny qui, étant adulte, est devenu policier et a juré de trouver ce tueur.
La première partie du film, ou plutôt on pourrait dire le premier tiers du film, est axé sur le côté thriller qui va jusqu'à l'arrestation du serial-killer. Fondamentalement, cela n'est pas la partie la plus intéressante, d'autant que l'acteur-réalisateur a la bien mauvaise idée de dispenser à plusieurs reprises des scènes clippesques. Heureusement, par la suite, ce montage va être laissé de côté.
Les deux derniers tiers du film sont par ailleurs plutôt intéressants. Si l'on passe outre l'irréalisme de certaines scènes, le film se suit plutôt bien. Le film vaut par son aspect huis-clos et par le "bestiaire" qu'il contient. En effet, le film se déroule dans un asile de fous, où l'on a affaire à des gens plus que dangereux. On peut penser que le réalisateur Andrew Cymek a été fortement influencé par les films mettant en scène des serial-killer, notamment Le silence des agneaux. Cela n'est pas grave car de toute façon, ce film nous met aux prises avec un nombre important de personnages déviants, qui résident tous dans des cellules de haute protection. On a Mabel, une femme cannibale ; on a un espèce de Hulk qui n'est pas franchement sympathique et qui se met en colère lorsqu'il voit rouge, on a notre serial-killer et d'autres fous. Alors forcément, quand les portes des cellules s'ouvrent, on imagine que pour le personnel de l'asile, cela risque de devenir difficile. On suit notamment la trace de Johnny, venu rendre visite au serial-killer qui a tué sa soeur, et celle de Jamie, l'ex-femme de Johnny, qui est incarnée par la très mignonne Brigitte Kingsley.

Dans un environnement particulièrement hostile, ces deux personnages vont devoir faire face à des êtres pour le moins bien cinglés.
Si le film n'est pas fondamentalement très gore, il n'empêche que l'on a droit tout de même à une succession importante de meurtres.
Au niveau de la distribution, si l'acteur-réalisateur Andrew Cymek paraît un peu palot, on appréciera en revanche les performances de Brigitte Kingsley et de William B. Davis qui incarne le directeur de l'asile, à savoir le docteur Robert Parker.
Le film n'est certes pas d'une grande finesse mais il bénéficie de suffisamment de rebondissements pour tenir le spectateur jusqu'au bout. On regrettera tout de même les grosses ficelles et raccourcis qui sont parfois utilisés. Le film aurait sans nul doute gagné à être un peu plus fin au niveau de son scénario. Le pompon de l'illogisme a tout de même lieu quand le personnage principal réussit à sauver son ex-femme alors que celle-ci est dans une cage qui semble impossible à ouvrir.
A noter que le look du tueur est plutôt pas mal, avec cette combinaison en métal qui fait évidemment penser à un loup ("Etes-vous le bûcheron?" comme indique le tueur du film à plusieurs reprises).
Au final, Medium raw, the night of the wolf est un petit thriller, qui n'est certes pas très fin, mais qui dispose d'assez d'action pour captiver le spectateur jusqu'au bout. Gageons que le prochain film d'Andrew Cymek bénéficiera d'un travail d'écriture un peu plus soutenu et on pourrait tenir là un bon petit film d'horreur. A voir.

Permalien 804 mots par nicofeel Email , 1286 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique cinéma : The poughkeepsie tapesArticle suivant: Beyond the sea : La critique

Décembre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 24

powered by
b2evolution