18.10.10

07:50:00, Catégories: Point de vue  

Hollywood entre dans les années 50 avec une confiance qui confine à la suffisance. L’opulence financière, le star-système que les majors rationalisent, standardisent, façonnent est au plus haut.

C’est un des piliers économiques et esthétiques qui soutient l’édifice central. La hiérarchie, au sein de ce microcosme, se fait par la valeur commerciale de l’artiste. Il y a un monde d’agents, d’attachés de presses, d’avocats qui virevoltent comme des papillons autour de ce petit monde préservé des réalités de la vie. James cagney, Cary Grant, James Stewart en sont les rois en ces années!

Ce « vedettariat » est créé par les histoires qui s’articulent autour de ces personnages, centre du propos du film, ce qui entretient l’authentification du public avec les interprètes. Tout est fait au niveau technique pour que la vedette soit mise en valeur, lumière, effets, etc. tous ces efforts sont produits pour maintenir l’aura mythique, qui définit l’aura financière que rapportera leurs films.

Tous les genres profitent de cette formidable machine à faire du rêve et de l’argent. Western, film noir, guerre, action, et même science fiction pourtant encore le mal aimé des genres.
Plusieurs évènements vont affaiblir ce système, la perte des salles des majors par la loi anti trust de 1948, et surtout une fracture apparait avec la commission d’enquête sur les activités anti américaines du sénateur McCarthy, qui commence à auditionner tout ce petit monde. Un film Good Night and Good Luck de George Clooney en retrace bien la trame.

Les haines sont mises à jour, Elia Kazan dénonce, certains vont se retrouver en prison, d’autres prennent la direction de l’exil européen. Hollywood subit une saignée destructrice, Charles chaplin, Jules Dassin, Edward Dmytryk, Donald Trumbo, Ophuls, Renoir, Fritz Lang, Losey, tous ont fuis cette hystérie qui s’abat sur tout ce qui sort du conformisme ambiant, suspect au yeux de cette commission. Une période qui voit la guerre de Corée débuter, une délégation cinématographique ira à la maison blanche pour afficher la solidarité du 7eme art Américain. Le ministère de la guerre définira le cinéma comme "activités essentielles". Malgré cela des films anti militariste sortiront de terre, Tant qu'il y aura des hommes (de Fred Zinnemann- 1953) en est un bon exemple.

Tous ces évènements enlèvent de la puissance aux majors et l’arrivée de la télévision sera presque le coup fatal!
La fréquentation des salles de cinéma subit une descente aux enfers, cette nouvelle technologie fascine le public, Hollywood doit s’adapter pour survivre, la recette arrive..
En attendant, ce sont les productions indépendantes soutenues par les vedettes de l’époque (Kirk Douglas, Burt Lancaster, Henry fonda, Gary Cooper, John Wayne) qui maintiennent la tête des producteurs hors de l’eau.

Les majors arrivent à se réorganiser, s’entendent avec les présidents de chaîne et lancent des nouveaux réalisateurs, Billy Wilder, Mankiewicz, aidée par la vieille ossature des Ford, Vidor, Hathaway, Hawks, Walsh.
Les superproductions opulentes réapparaissent, les comédies musicales, les westerns sont dans leur âge d’or, Ivanhoé, chantons sous la pluie, Spartacus, les hommes préfèrent les blondes, etc.

En 1954 disparait la commission maudite et une génération rebelle montre son nez. C’est la fureur de vivre avec les James Dean, Natalie Wood, Dennis Hopper, la jeunesse américaine est fascinée par ce cinéma qui modernisme un peu le conformisme ambiant, par les dialogues, les propos provocants tout en restant dans les limites de la censure très active.

Une décennie pleine de rebondissements, de péripéties, de drames, avec des acteurs qui seront pour une fois les personnages de leurs propres histoires.

Good night and good luck

Good night and good luck
Amazon à 6.27€
Fnac à 12.39€
Voir la fiche
Tant qu'il y aura des hommes - Columbia classics

Tant qu'il y aura des hommes - Columbia classics
Voir la fiche

Chantons sous la pluie - Edition collector / 2 DVD

Chantons sous la pluie - Edition collector / 2 DVD
Amazon à 12.99€
Amazon à 12.99€
Fnac à 16.29€
Voir la fiche



Amazon à 8.89€
Amazon à 8.89€
Voir la fiche
La fureur de vivre - Edition collector / 2 DVD

La fureur de vivre - Edition collector / 2 DVD
Amazon à 16.9€
Amazon à 16.9€
Voir la fiche

Permalink 657 mots par jean-michel Email , 23987 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique cinéma : Dead end runArticle suivant: Chasseur de têtes en DVD le 19 octobre

Octobre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 15

powered by
b2evolution