12.11.09

07:45:00, Catégories: Test / Critique  

Titre du film : Whiteout
Réalisateur : Dominic Sena
Durée du film : 1h40
Date de sortie du film : 21 octobre 2009

Avec : Kate Beckinsale (Carrie Stetko), Gabriel Macht (Robert Pryce), Tom Skerritt (le docteur John Fury), etc.


Par Nicofeel

Auteur entre autres de 60 secondes chrono et d'Opération espadon, Dominic Sena est le prototype même de cinéaste qui n'a pas vraiment de personnalité. Sorte de yes man, il confirme ce statut avec son dernier film en date, Whiteout.
Thriller polaire qui se déroule en Antarctique, Whiteout essaie de manger à tous les râteliers. Il fait par moments penser à Alien de Ridley Scott (notamment par son affiche française où il est indiqué : « En Antarctique personne ne vous entendra crier) mais aussi à The thing de John Carpenter par son environnement.
Le seul véritable intérêt du film tient dans son intrigue qui, à défaut d'être géniale, permet au moins au spectateur d'éviter de tomber dans une somnolence. Si le scénario est rempli d'incohérences ou en tout cas de succession de scènes pour le moins étonnantes, cela permet de distraire le spectateur. Les trahisons et les multiples pistes que l'on retrouve dans Whiteout font de ce long métrage une série B acceptable, à défaut d'être géniale.

Il faut dire que ce film cumule tout de même un certain nombre de défauts. Il y a d'abord des scènes qui sont parfaitement inutiles et qui ont une capacité certaine à rendre le film risible. Ainsi, par exemple, dès le début du film, on voit le docteur John Fury qui présente l'Antarctique en s'amusant à jouer au golf ! On a aussi dans le style inutile des jeunes gens qui s'amusent à faire la fête en buvant du whisky avec de la glace qui aurait plusieurs centaines d'années !

Il y a aussi les scènes qui arrivent comme un cheveu sur la soupe. Là encore, pas besoin d'aller très loin : dans les premières minutes du film, on voit le marshall fédéral Carrie Stetko (Kate Beckinsale) qui mène son enquête et qui tombe nez à nez avec un corps alors qu'elle se trouve en Antarctique et que, d'après ce que l'on a appris précédemment dans le film, on ne peut pas voir à plus de 15 cm devant soi dans l'enfer blanc ! On s'amusera également de la prodigieuse capacité de Carrie Stetko à résoudre l'intrigue en trouvant très rapidement les solutions aux différents problèmes auxquels elle est confrontée.

Autre maladresse du film : la psychologie de ce personnage de Carrie Stetko. On comprend assez vite qu'elle a vécu un véritable trauma en tuant en légitime défense un collègue. Mais Dominic Sena ne se contente pas d'une allusion. Non, ce cinéaste se plaît à truffer son film de flashbacks avec la même scène traumatique que l'on voit à de nombreuses reprises. Cette utilisation du flashback a une fâcheuse tendance à saccader ce long métrage et à ralentir l'action.
D'ailleurs, les scènes d'action à proprement parler du film sont loin d'être au top. Elles manquent sérieusement de lisibilité. Il aurait été préférable de rendre l'ensemble plus facile à regarder, d'autant que le film manque du coup de scènes un peu sanglantes. On ne s'ennuie certes pas mais à l'instar du reste de ce long métrage, tout cela est assez maladroit et quelque peu molasson.

Ayant gardé le meilleur pour la fin, il reste à évoquer le cas des acteurs du film. Si Kate Beckinsale qui est la tête d'affiche de Whiteout s'en sort globalement avec les honneurs (et ce malgré les flashbacks déjà cités dont elle est partie prenante), il n'en va pas de même pour les autres du film. Soit on les trouve peu investis dans le film soit on les trouve carrément peu crédibles. Il faut dire aussi que ces acteurs ont tout de même à leur corps défendant le fait que Dominic Sena n'a pas vraiment pris la peine de développer la psychologie des personnages qu'ils interprètent. Ces personnages se limitent bien souvent à des caricatures que l'on a vu 100 fois dans d'autres films.

Finalement, peu de choses reste à sauver dans ce film sinon son scénario avec ces multiples rebondissements. Sur ce point, Whiteout réserve à la toute fin un twist qui vaut le coup, même si il demeure décelable pour ceux qui auraient suivi l'intrigue de façon active. Whiteout est un film qui est l'oeuvre d'un cinéaste plutôt médiocre. Ce film sera aussi vite oublié qu'il aura été vu.

Permalink 786 mots par nicofeel Email , 1160 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique cinéma : Mademoiselle ChambonArticle suivant: Critique cinéma : Away we go

Septembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 25

powered by
b2evolution