09.11.09

07:00:00, Catégories: Test / Critique  

Titre du film : Saw 6
Réalisateur : Kevin Greutert
Durée du film : 1h30
Date de sortie du film : 4 novembre 2009

Avec : Costas Mandylor, Tobin Bell, Betsy Russell, Mark Rolston, Peter Outerbridge, etc.

Par Nicofeel

Après la surprise du premier Saw (2004), on nous sert chaque année au moment d'Halloween un nouvel épisode des aventures du Jigsaw. Si le premier épisode était assez original, il faut bien reconnaître que cela fait un moment que la franchise Saw s'est essoufflée. Mais bon, il faut croîre que tant que ces films rapportent de l'argent, on continuera à réaliser des suites pour le moins peu originales.
Saw 6 est réalisé par un parfait inconnu, Kevin Greutert, dont c'est le premier film. En fait, Kevin Greutert a été le monteur de Saw 2 à Saw 5. Cela promet déjà ! Et effectivement on ne tarde pas à comprendre que le film va être un nouveau ratage.
D'abord, le défaut le plus flagrant du film tient dans l'idée qu'il fait une nouvelle fois dans la redite. Pour celui qui n'a jamais vu les Saw, le film peut faire illusion (et encore), pour les autres la déception est de taille. Le film se veut une suite directe de Saw 5, qui peut cependant se suivre sans avoir vu les autres Saw. Le film Saw 6 (oui le jeu de mots est facile en français eu égard au titre du film !) est en fait un recopiage des autres films ou en tout cas du concept même de Saw. On navigue une nouvelle fois entre des tortures qui sont l'oeuvre du sadique Jigsaw et entre de nombreux flashbacks. John Kramer, à l'origine des tortures, est très présent alors qu'il est mort depuis belle lurette. Oui mais voilà on le voit au travers de nombreux flashbacks. Ces longs flashbacks, qui n'apportent tout de même pas grand chose à l'action du film, finissent par donner la désagréable impression que le réalisateur a vraiment besoin de meubler. Déjà que le film ne dure qu'une heure trente...
Film complètement impersonnel, Saw 6 nous offre des tortures qui font elles aussi dans le déjà vu. Ainsi, dès le début du film, on voit deux personnes (a priori des banquiers) qui sont emprisonnées et qui vont devoir donner de leur chair pour sauver leur vie.

Le reste de ce long métrage est lui aussi bien calibré et répond à un cahier des charges qui ne surprend pas du tout. Ainsi, on va suivre les traces d'un assureur pour le moins amoral qui va devoir faire des choix extrêmes pour sauver sa vie. Il va être confronté à quatre épreuves d'une durée totale de 60 minutes. Cette histoire, qui correspond à la trame principale du film, est vraiment très classique.
Quant à la méthode du jigsaw, elle commence à être bien connue : il s'attaque à des gens qui ont pêché ou qui en tout cas ont commis des actes qui peuvent être répréhensibles. Ainsi, on nous montre cet assureur sous un jour particulièrement peu flatteur. Cette personne est à l'origine d'une méthode de calcul pour décider quelles personnes peuvent être assurées ou non. Comme dans les précédents Saw, les personnages qui vont être victimes du jigsaw ont croisé la vie de John Kramer. Mais à force de tirer sur cette corde, les événements finissent par perdre en crédibilité et devenir abracadabrantesques. Et puis il faut bien voir qu'à force de ne présenter que des personnages pourris, le spectateur a bien du mal à ressentir la moindre émotion devant le spectacle qui lui est offert.
Ce spectacle est d'ailleurs, comme les autres opus, bien mal filmé. Le film est clippesque ô possible dans les scènes de tortures en multipliant les plans « cut » et en faisant varier rapidement les points de vue. Le cinéaste, qui veut donner de l'action à son film, ne fait que surligner des scènes qui auraient pu être efficaces en étant filmées de manière classique.

Mais ce n'est pas le dernier des défauts du film. On pourra aussi reprocher au scénariste d'avoir fait bien peu d'efforts. Le film est beaucoup trop explicatif. Il n'y a pas assez de zones d'ombre. On comprend trop rapidement ce qui va se passer. En outre, le tueur qui a poursuivi l'oeuvre de John Kramer, n'aurait pas dû être dévoilé dès le début. Or, c'est le cas. On nous signale clairement que le personnage de Mark Hoffman est le nouveau tueur. Non seulement ça n'est pas très intelligent de n'avoir pas fait preuve de plus de subtilité, mais en outre le jeu des acteurs est terrifiant de nullité.
Ainsi, le jeu des acteurs qui est globalement assez mauvais. On ne sent pas les acteurs concernés et on regrettera que les victimes aient l'air à peine étonnées de ce qui leur arrive. Costas Mandylor dans le rôle d'Hoffman mérite probablement sur ce point la palme, tant il ne laisse transparaître aucune émotion visible à l'écran. Pourtant, le personnage d'Hoffman est une nouvelle fois le survivant de Saw. On peut donc s'attendre à un Saw 7 l'année prochaine ! Aie, aie, aie !

Permalink 871 mots par nicofeel Email , 1839 vues • 4 retours

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique DVD Zone 2 allemand : Faccia di spiaArticle suivant: Critique cinéma : Jennifer's body

Novembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 20

powered by
b2evolution