07.09.09

06:30:00, Catégories: Test / Critique  

par Nicore

Night of the lepus

Parmi les excentricités commises pendant les années soixante/ soixante-dix et cette vague de films mettant en avant des animaux disproportionnés s’attaquant aux humains, ce Night of the lepus (connu chez nous sous le titre de Les rongeurs de l’apocalypse) tiendra une place de choix en ayant choisi l’animal le plus doux et le plus gentil en apparence pour en faire un véritable tueur, le lapin qui sera ici un prédateur exposé sur un ton sérieux, ce qui n’empêchera pas le métrage d’être très souvent comique, voir même hilarant.
Le script va laisser un couple de scientifique tester des hormones sur des lapins afin de mettre fin à une surpopulation nuisible pour les fermiers locaux, mais malencontreusement, l’un d’eux va s’échapper et contaminer ses congénères qui vont se mettre à grossir et à attaquer les humains.

Night of the lepusDans sa séquence d’introduction, le métrage va suivre un reportage télévisuel mettant en avant une invasion de lapins en Australie avec des images d’archives à l’appui, tentant ainsi d’apporter une certaine crédibilité aux faits exposés ensuite, pour en plus avancer des scènes assez difficiles de traque de lapins malmenés. Passée cette entame sérieuse et ne prêtant pas vraiment à sourire, le métrage va se lancer dans la présentation de ses principaux protagonistes, avec d’abord Cole Hillman, un cow-boy dans la tradition qui n’hésitera pas un instant avant d’abattre son cheval blessé suite à une chute causée par un terrier de lapin (oui, ils sont déjà mis en cause !), avant d’aller s’entretenir avec son ami Elgin, doyen de l’université, sur les problèmes causés par ces lapins en surabondance sur ses terres. Elgin promettra à Cole d’évoquer cette nuisance avec les Bennett, un couple de scientifiques tendance écologiste qui seront tout heureux de pouvoir tenter quelque chose avant l’emploi de poisons pour exterminer les lapins, mais aussi du coup toute la faune locale.

Night of the lepusCette mise en condition de l’intrigue restera "bon enfant" dans son traitement et dans la présentation des personnages et notamment ce couple de scientifiques toujours flanqués d'Amanda, leur fillette qui se permettra des commentaires puérils bien kitschs, pour insister afin de présenter véritablement le lapin comme une sale bête nuisible et qui ne trouvera grâce qu'auprès justement de cette jeune Amanda qui sera le point de départ du cauchemar à venir. En effet, alors que son père, Roy, testait différents produits à base d'hormones pour ralentir la multiplication des rongeurs, Amanda va échanger un spécimen infecté avec un autre, sain, et s'arrangera pour réussir à amadouer ses parents afin de le garder. Mais lorsque ce lapin se retrouvera par mégarde lâché dans la nature, les ennuis ne vont pas tarder à commencer.

Night of the lepusIl ne faudra pas plus de deux attaques isolées jouant largement sur la suggestion en n'avançant que quelques gros plans en contre-plongée sur des gueules de lapins tâchées de sang pour que Roy, Cole et quelques autres décident de dynamiter la mine où les lapins géants auront trouvé refuge, clôturant ainsi une première partie assez concluante et étrangement sérieuse pour réussir à maintenir ses effets intacts de tout fou rire. Mais par la suite, le film sombrera dans un grand n'importe quoi débridé et plus que comique dans ses effets incroyables, lorsque les lapins, ayant bien entendu survécu au dynamitage, vont s'attaquer à la bourgade de Cole avant de se lancer à l'assaut de la ville la plus proche.

Night of the lepusCette seconde partie du métrage oubliera la suggestion pour oser mettre en avant plus que de raison ces rongeurs géants qui évolueront régulièrement autour de maquettes en modèle réduit afin de nous faire croire à leur taille démesurée pour des courses hilarantes filmées au ralenti avec une bande-son très "spéciale", ce qui donnera un résultat largement souriant et jamais inquiétant malgré la bonne tenue des maquettes. Les gros plans utiliseront des "hommes en costumes" bien ratés qui heureusement pour l'intégrité du métrage seront rapidement aperçus, et enfin, une patte géante servira plusieurs fois lors des gros plans très vaguement sanglants.

Night of the lepusCes lapins vont donc s'attaquer à différents protagonistes annexes pour des séquences classiques cherchant vainement à se montrer tendues, mais comment le réalisateur pouvait-il espérer réussir son coup en osant présenter si souvent et frontalement ces lapins ? L'intrigue se lancera même dans une série de situations bien stupides et improbables (comme lorsque madame Benett quittera la ville avec Amanda pour rapidement quitter la grande route pour prendre un raccourci dans un chemin défoncé qui immobilisera comme il se doit son véhicule, à la merci des rongeurs), et il faudra aussi compter sur un final d'une cruauté terrible dans l'art de se débarrasser des lapins avec un moyen pour les détruire très graphique et qui nous vaudra encore quelques bons moments croustillants.

Night of the lepusEvidemment, le principal problème du métrage tiendra dans le choix plus que risqué de son prédateur, qui ne pourra jamais espérer avoir l'air menaçant malgré les tentatives du réalisateur qui multipliera les gros plans sur des faciès toutes dents dehors ou carrément ensanglantés des lapins, mais là encore, cela prêtera plus à sourire qu'autre chose, mais l'apothéose sera atteinte avec ces fameuses courses au ralenti inoubliables, quelque part surréalistes, et en tout cas valant le détour par leur capacité à dérider le spectateur, ce qui annihilera toute la volonté évidente de l'auteur de nous livrer un film sérieux, puisqu'en effet, aucun humour volontaire viendra perturber le caractère appliqué et solennel désiré, mais alors, question humour involontaire, le métrage se posera là.

Night of the lepusLes personnages principaux resteront quand même stéréotypés, tel ce Cole, cow-boy n'hésitant pas à sacrifier une partie de ses terres pour endiguer l'invasion de lapins, ou encore ce couple de scientifiques nunuches mais presque attachants, l'ensemble étant porté par une interprétation plutôt convaincante, entre Janet Leigh et Stuart Whitman campant les scientifiques et Rory Calhoun pour jouer avec aisance Cole. La mise en scène du réalisateur est plutôt vive pour donner un rythme constant à l'ensemble, mais tous ses effets tentés pour rendre les lapins effrayants seront voués à l'échec pour devenir souriants et comiques. Les effets spéciaux sont largement mitigés, entre ces plans saignants n'avançant que des victimes recouvertes de ketchup et ces lapins géants joués par des cascadeurs mal dissimulés dans leur costume, pour uniquement laisser les vrais lapins paraître à l'aise au milieu de maquettes.

Donc, ce Night of the lepus méritera le détour pour tout amateur de curiosités kitschs au possible et osant l'impensable et saura se faire apprécier par le spectateur qui rentrera dans le jeu de cette intrigue savoureuse !

Night of the lepusLe DVD de zone 1 édité par Warner Home Video avancera une image assez nette malgré sa tendance à devenir légèrement granuleuse par moments, tandis que la bande-son sera appréciable, avec une partition musicale décalée qui rythmera de façon excellente les temps forts du film, le métrage étant proposé dans sa version originale anglaise et dans sa version française. Par contre, au niveau des bonus, il faudra se contenter de la sympathique bande-annonce originale d'époque du film.

Pour ceux qui voudraient découvrir cette farce incroyable, le DVD de zone 1 est disponible ici ou !

Permalink 1307 mots par nicore, 1592 vues • 5 retours

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique DVD Zone 1 : Amazon jailArticle suivant: Critique DVD Zone 2 anglais : Vampyres, daughters of Dracula

Novembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 15

powered by
b2evolution