28.08.09

08:20:00, Catégories: Test / Critique  

par Nicore

Frogs

Comptant parmi les initiateurs du film d'agressions animales, ce Frogs, bien que devenu quelque peu kitsch aujourd'hui, posera par sa thématique écologique limpide et son intrigue une partie des bases maintes fois reproduites par la suite, tout en offrant quelques moments savoureux aussi bien en mettant en scène de nombreuses espèces animales plus ou moins agressives mais toujours rendues menaçantes qu'en dressant le portrait d'une série de personnages truculents.
Le script va inviter un photographe écologiste à la fête organisée par un milliardaire sur son île pour son anniversaire, moment choisi par la faune locale pour se rebeller contre les humains.

FrogsDès son générique, le métrage va exposer son discours écologique de manière claire et frontale en suivant ce photographe prenant des clichés depuis sa barque pour d'abord avancer une nature immaculée peu à peu ternie par des déchets et par une pollution due à l'homme qui viendront honteusement gâcher le paysage et mettre en avant un côté fossoyeur de nature de manière on ne peut plus claire. Mais bientôt notre homme, Pickett Smith, va voir foncer sur lui deux individus, Karen et Clint Crockett, à bord de leur hors-bord lancé à toute allure sur le lac, manquant de peu de tuer Smith pour uniquement le faire chavirer. Pour se faire pardonner, ils vont inviter Smith à venir se sécher et prendre un verre dans la propriété familiale.

FrogsC'est ainsi que le métrage va amorcer la présentation des différents membres de cette famille complètement dominée par le patriarche, Jason Crockett, un vieil homme abusif et dominateur depuis son fauteuil roulant et qui ne verra pas au départ d'un bon oeil l'arrivée de Smith, repéré en train de prendre des photos aux abords de son domaine. Nous allons donc faire la connaissance de chacun des personnages présents, qui tous avanceront plus ou moins des stéréotypes souriants dans leur dévotion forcée à Jason, ce qui se traduira par des séquences de dialogues jamais ennuyeuses ou rébarbatives pour au contraire laisser apparaître un humour au second degré des plus attachants. Mais si cela occupera la majeure partie de la mise en place de l'intrigue, les crapauds et autres reptiles foisonnant sur l'île se montreront déjà, bien entendu sans attaquer mais installant un climat d'attente et de tension sous-jacent efficace, le réalisateur arrivant par miracle à rendre ses batraciens intrigants.

FrogsFinalement Smith fera plus que passer un moment avec ses hôtes, puisqu'il sera invité par Jason à faire un tour de l'île pour plusieurs raisons, aller à la recherche d'un de ses employés disparu pendant qu'il allait essayer un pesticide pour tenter de débarrasser l'île de ces trop nombreuses grenouilles qui empêchent certains convives de dormir tout en dressant justement un état des lieux de la prolifération mystérieuse de ces batraciens envahissants. En toute logique l'employé disparu sera retrouvé mort, mais Jason insistera pour que Smith cache cet événement afin de ne pas gâcher la traditionnelle fête prévue pour le lendemain afin de célébrer plusieurs anniversaires, dont le plus important, celui de Jason qui, même lorsque que la menace sera avérée, refusera de modifier son programme, thème repris largement par la suite par d'autres films en le modifiant, comme par exemple Les dents de la mer et son maire refusant d'annuler des festivités à cause du requin tueur.

FrogsDans sa seconde partie, l'intrigue va laisser les animaux se déchaîner contre les humains qui vont un par un et individuellement subir les foudres de différentes espèces avec d'abord un homme tué par des araignées énormes, tandis que des lézards aidés par des sortes de varans vont asphyxier dans une serre une autre victime en faisant tomber des fioles de poison, laissant des serpents venir à bout d'autres proies humaines, des crocodiles viendront également se mêler à ces attaques, tout comme ces oiseaux lors d'une séquence en hommage évident au film d'Alfred Hitchcock, laissant les crapauds du titre rester spectateurs des méfaits tout en semblant coordonner et ordonner aux autres espèces d'agir contre les personnages pour se contenter d'affluer vers la propriété et de se réserver la mise à mort du principal protagoniste visé.

FrogsOn pourra d'ailleurs saluer le choix scénaristique effectué par le réalisateur car en effet ces grenouilles, bien que présentées sous un jour inquiétant, ne pouvaient pas constituer une menace mortelle à elles seules, et l'aide précieuse de différents prédateurs permettra à l'ensemble de gagner en impact et en "crédibilité" pour peu que l'on se prenne au jeu. Ces phases d'agressions resteront comme les meilleurs moments du film, avec un impact plus ou moins fort selon les animaux mis en présence, les lézards offriront un caractère étrange à chacune de leurs apparitions, les serpents demeurant les plus efficaces tandis qu'hélas l'attaque de l'alligator souffrira d'un manque de vraisemblance trop flagrant.

FrogsSi l'isolement des personnages sera bien retranscrit, l'atmosphère poisseuse et humide du sud américain sera également largement mise en valeur, ce qui donnera par ailleurs l'occasion au réalisateur de fustiger certaines mentalités rétrogrades encore empreintes des traditions esclavagistes sudistes qui viendront se greffer à un discours déjà bien tempéré par cet écologisme qui sans être nommé planera littéralement sur l'ensemble du film, les animaux se vengeant principalement des pollueurs de la nature et les scènes de mises à morts franches leur resteront destinées, tandis que d'autres personnages bien moins coupables connaîtront un sort largement plus évasif et bien moins cruel.

FrogsLes différents personnages occuperont largement le terrain, permettant surtout au réalisateur de se gausser de traits de caractère typiques grâce à un humour discret, pour bien évidemment laisser Smith symboliser la raison face à ce Jason voulant coûte que coûte conserver son programme de festivités quoiqu'il arrive, tandis que Karen apportera une vague sensualité en charmant le personnage principal avec uniquement des sous-entendus. L'ensemble bénéficiera d'une interprétation convaincante, Ray Milland en tête dans le rôle de Jason, tandis que Sam Elliot paraîtra plus effacé pour incarner Smith. La mise en scène du réalisateur est adaptée et originale pour filmer les batraciens et les reptiles, avec ces zooms malicieux efficaces. Les quelques effets spéciaux resteront basiques mais plutôt réussis.

Donc, ce Frogs parviendra à se rendre largement attachant, malgré des aprioris infondés, par sa bonne humeur quelque peu sarcastique et par sa générosité dans l'art de mettre en scène ses animaux tueurs !

FrogsLe DVD de zone 1 édité par MGM avancera une image plutôt nette et ne devenant que rarement granuleuse, notamment lors des séquences se déroulant dans la pénombre, tandis que la bande-son sera efficace, soutenue par une partition musicale discrète mais adaptée, le métrage étant ici proposé dans sa version originale anglaise ou dans sa version espagnole, avec des sous-titres français et espagnols optionnels.
Par contre au niveau des bonus, il faudra se contenter, comme souvent chez MGM, de la sympathique bande-annonce originale du film.

Pour ceux qui voudraient découvrir ces batraciens et autres reptiles agressifs, le DVD de zone 1 est disponible ici ou !

Permalink 1250 mots par nicore, 1248 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Underworld 3, le soulèvement des lycans arrive en DVD et en Blu-rayArticle suivant: Petit récapitulatif des sorties fantastiques/ horrifiques du mois d'août

Octobre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 102

powered by
b2evolution