24.08.09

06:30:00, Catégories: Test / Critique  

par Nicore

Blood & chocolate

Film de loup-garou "romantique" reprenant la thématique de l'histoire d'amour impossible héritée de "Roméo et Juliette", ce Blood and chocolate n'arrivera hélas pas à offrir la moindre originalité dans un traitement de son sujet bien plus axé vers la romance que vers l'action pour offrir au final qu'un spectacle se suivant facilement, sans déplaisir, mais sans enthousiasme.
Le script va laisser une demoiselle appartenant à une confrérie de loups-garous tomber amoureuse d'un jeune artiste entièrement humain, ce qui ne sera pas du goût du chef de la meute.

Blood & chocolateDans sa séquence introductive, le métrage va laisser une petite fille être la seule survivante de l'attaque de sa maison par des hommes en armes qui vont exterminer ses parents et ses frères sans aucune pitié, avant de lancer des chiens à ses trousses, tandis que la voix-off de l'héroïne nous entretiendra sur sa condition passée en adéquation avec le monde qu'elle a quitté lors de l'attaque. Et après un bond dans le temps et dans l'espace jusqu'au présent en Roumanie, nous allons retrouver le personnage principal, Vivian, ayant apparemment survécu aux chiens et devenue désormais une belle jeune femme qui effectuera un jooging musclé et bondissant, presque et volontairement surnaturel dans les enjambées et les sauts réalisés, avant de rentrer chez sa tante qui l'héberge.

Blood & chocolateL'intrigue va alors se laisser aller à une présentation de cette caste de loups-garous vivant cachés parmi les humains, permettant ainsi au passage à la réalisatrice de s'amuser brièvement à chercher à tromper le spectateur sur la nature de plusieurs protagonistes, puisque outre Vivian, nous allons faire connaissance avec son neveu Rafe et ses amis aux allures de jeunes bourgeois vaguement rebelles, tandis que tous attendent le retour de Gabriel, le chef de la meute, qui doit venir sous peu retrouver les siens. Mais Vivian semblera différente des autres, plus humaines et au cours d'une virée nocturne solitaire dans une église, elle va rencontrer Aiden, un jeune dessinateur de bande dessinées, ou de "romans graphiques" comme il le dira lui-même, opportunément porté sur les loups et plus précisément les loups-garous.

Blood & chocolateCette rencontre qui aurait due être sans lendemain va pourtant tarauder les deux jeunes gens, Vivian achetant les œuvres d'Aiden tandis que celui-ci va la poursuivre alors qu'il l'apercevra par hasard un jour dans la rue et il va réussir à rentrer dans sa vie, leur amour devenant par la même occasion réalité. Mais cela ne sera pas du tout du goût de Rafe et de Gabriel, qui prédestinait Vivian pour devenir sa nouvelle épouse (une ancienne loi des loups-garous autorisant le chef de meute à changer de compagne tous les sept ans…), rendant inévitables les intimidations puis les représailles suite à la mort d'un des leurs tué par Aiden lors de ce qui restera comme la meilleure séquence du film.

Blood & chocolateHélas, le métrage accordera bien du temps à cette romance simpliste et sans envergure, jouant même sur un petit côté gothique naïf, et qui demeurera prévisible et même rabâchée dans les difficultés endurés par les deux tourtereaux épiés puis traqués par les loups-garous, tout en sous-exploitant carrément la différence de condition entre Vivian et son amoureux. Mais surtout, si Vivian arrivera sans mal à gagner un minimum de sympathie auprès du spectateur avec ses joies, déceptions et ses tourments hérités du passé, il n'en ira pas du tout de même pour Aiden, un bien fade artiste dont l'unique intérêt étant sa passion pour les lycanthropes peuplant ses "romans graphiques" puisque son passif quand même hautement improbable ne gagnera certainement pas à être dévoilé et au lieu de renforcer sa personnalité, cela ne fera que le discréditer complètement.

Blood & chocolateMais heureusement, le métrage comportera quand même quelques situations s'attardant sur la vie de ces loups-garous que nous verrons le plus souvent dans leur apparence humaine et quasiment anonyme, pour nous permettre de prendre part à une chasse à l'homme rituelle laissant les lycanthropes retrouver leur instinct bestial l'espace d'une nuit, le temps de traquer et de dévorer un humain, scène qui sera renouvelée de manière plus impliquée dans l'intrigue par la suite. Mais le spectateur venu chercher de l'action devra rapidement se faire une raison, le métrage ne sera que rarement trépidant, pour uniquement "s'énerver" quelque peu lors de sa dernière partie ponctuée de rebondissements enfin dignes de ce nom, et pour cette première confrontation entre Aiden et un lycanthrope venu l'intimider et qui se transformera en un duel réussi et mordant.

Blood & chocolatePar contre, la grande déconvenue du film viendra de l'absence de transformation digne de ce nom, passage pourtant prisé du genre et quasiment obligatoire qui sera ici éludé puisque nous n'aurons affaire qu'à des vrais loups qui viendront se substituer à l'apparence humaine des lycanthropes lorsqu'ils se mettront en chasse et bondiront pour dans un hâle blanc ressortir en loups, pour un effet véritablement minimaliste et bien évidemment très décevant, ce qui n'empêchera pas certaines situations d'être quand même probante, la réalisatrice parvenant régulièrement à donner un aspect surnaturel dans la démarche et les gestes des loups sous leur apparence humaine, et les scènes faisant intervenir des loups véritables seront plutôt bien agencées.

Blood & chocolateLes personnages seront travaillés de manière mitigée car si Vivian deviendra un minimum attachante, Aiden restera transparent, tandis que ce Gabriel, chef de meute se voulant ténébreux, sera assez ridicule et guère crédible, l'ensemble étant porté par une interprétation au diapason qui laissera Agnes Bruckner seule s'épanouir pleinement pour jouer Vivian. La mise en scène de la réalisatrice sera posée pour laisser les sentiments des protagonistes s'exprimer tout en parvenant sporadiquement à dynamiser les quelques séquences d'action du film. Les effets spéciaux sont donc largement décevants, non pas dans leur réalisation qui rendra assez belles les mutations rapides des hommes en loups, mais dans la frustration engendrée par ce procédé simpliste.

Donc, ce Blood and chocolate sera quand même plus largement destiné à un public adolescent porté sur un fantastique "soft" et prétexte à des bluettes à rebondissements qu'aux fans de films de loups-garous agressifs et saignants !

Blood & chocolateLe DVD de zone 1 édité par Sony Pictures Home Entertainment avancera une image nette jusque dans ses séquences se déroulant dans la pénombre, tandis que la bande-son sera dynamique et guère originale, le métrage étant ici proposé dans sa version anglaise et dans sa version française, avec des sous-titres français anglais et espagnols optionnels.
Au niveau des bonus, il faudra se contenter d'une kyrielle des scènes coupées pas franchement indispensables en proposant principalement de petites situations superficielles supplémentaires et des scènes de dialogues, suivies par quelques bandes-annonces d'autres titres de l'éditeur.

Pour ceux qui voudraient découvrir cette histoire d'amour impossible sur fond de lycanthropie, le DVD de zone 1 est disponible ici ou !

Permalink 1221 mots par nicore, 1301 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique DVD Zone 1 : ScourgeArticle suivant: Underworld 3, le soulèvement des lycans arrive en DVD et en Blu-ray

Septembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 47

powered by
b2evolution