10.08.09

08:00:00, Catégories: Test / Critique  

par Nicore

Spider baby

Réalisé par le grand Jack Hill, ce Spider baby bénéficia d’un statut de "film-culte" amplement mérité tant le métrage, outre sa sincérité communicative pour manier aussi bien l'effroi que l'humour noir, aura une incidence sur toute une partie de la production horrifique à venir avant d'être remis au goût du jour par Rob zombie dans ses deux premiers méfaits.
Le script va s'intéresser aux derniers descendants d'une famille de dégénérés cannibales souffrant d'une maladie rare qui vont se retrouver aux prises avec des héritiers peu scrupuleux voulant les chasser de leur demeure.

Spider babyAprès un générique magnifique imprimé d'une chanson magnifique et entraînante interprétée par Lon chaney Jr lui-même, le métrage va laisser un homme tranquillement installé dans un fauteuil évoquer le "syndrome de Merrye", une maladie très rare provoquée vraisemblablement par la consanguinité qui provoque une dégénérescence progressive du cerveau et un retour à l'état animal de ceux qui en sont atteints. Heureusement, ce syndrome sera décrété comme disparu avec l'extinction de la famille Merrye qui en souffrit et dont ce narrateur va nous raconter les dernières heures pour remonter une dizaine d'années en arrière, lançant ainsi véritablement le métrage comme un long flash-back.

Spider babyC'est ainsi que nous allons commencer par suivre un postier débonnaire parti à la recherche de la maison des Merrye, guère aidé par les personnes croisées sur son chemin qui vont paraître effrayées en entendant le nom de la destination de l'homme, mais finalement il va réussir à se débrouiller tout seul pour arriver devant cette bâtisse sinistre et guère engageante. L'intrigue présentera cette demeure sous un aspect gothique à cette demeure avec par exemple ce portail grinçant et s'ouvrant tout seul, laissant le postier monter les marches craquantes et héler un éventuel habitant dans une ambiance relativement tendue jusqu'à ce que, se penchant par une fenêtre, il voit débouler de l'intérieur une demoiselle hystérique jouant au jeu de "l'araignée" et lui jetant une sorte de toile sur la tête. Ce qui prêterait à sourire si ensuite cette jeune femme ne s'était pas armée de couteaux pour frapper à de nombreuses reprises le pauvre homme qui perdra même une oreille.

Spider babyCette tigresse, prénommée Virginia, se fera alors houspillée par sa sœur Elizabeth qui la laissera craindre le retour de Bruno, qui arrivera bientôt et sera présenté comme étant le chauffeur de la famille ayant à sa charge ces deux demoiselles mais dont il semblera tolérer de telles incartades en se contentant de sermonner Virginia, lui interdisant à l'avenir de jouer au jeu de "l'araignée" avant de laisser sortir de son véhicule Ralph, le troisième fils du patron de Bruno, un être presque difforme au comportement quasiment animal et plus particulièrement canin qui paraîtra intéressé par le cadavre du postier mais trouvera la lettre qu'il leur amenait, courrier qui annoncera l'arrivée le jour même de lointains cousins et de leur avocat.

Spider babyCette nouvelle mettra tout ce petit monde en branle pour faire disparaître les traces du meurtre du postier, Virginia ramassant l'oreille coupée pour la conserver amoureusement dans une petite boîte tandis que le cadavre sera descendu dans une cave secrète pour être jeté en pâture aux mystérieux oncle Ned et à la tante Clara. Cette présentation des personnages principaux sera largement attractive, arrivant même presque à rendre ces trois dégénérés attachants malgré leurs travers macabres et violents, mais ce sera ce chauffeur, Bruno, qui gagnera la sympathie du spectateur, ayant promis au père de ceux-ci sur son lit de mort de protéger ses enfants et qui donc s'occupera d'eux de son mieux en essayant de limiter la "casse".

Spider babyCette sympathie pour ces personnages sera encore accrue quand débarqueront ces cousins éloignés, Emily et Peter, et cet avocat détestable accompagné par sa charmante assistante Ann, puisque ces intrus dans l'univers des Merrye seront globalement présentés sous un jour peu reluisant, entre cet avocat dédaigneux et sûr de lui dans une attitude inquisitrice et cette Emily dont l'appât du gain constitué par la maison sera tout de suite identifiable en plus de laisser apparaître sa mesquinerie, laissant ainsi seul ce Peter se montrer aimable et charmant. Mais bien entendu la rencontre entre ces deux mondes va être explosive et Bruno aura autant de mal à préserver les secrets de la famille Merrye qu'à refreiner les pulsions des trois rejetons.

Spider babyL'intrigue réussira aisément son savant dosage de terreur et d'humour, en s'appuyant aussi bien sur ses protagonistes que sur l'ambiance et les décors pour surprendre constamment le spectateur. Déjà la maison des Merrye recèlera son lot de surprises, entre les habitants de la cave, les découvertes macabres faites dans les chambres ou encore la présence de ces araignées très envahissantes mais choyées par Virginia qui se prendra elle-même pour un arachnide. Ensuite, chaque personnage apportera sa contribution à cet humour souvent noir qui traversera le métrage sur sa longueur pour nous livrer des séquences largement souriantes, tel cet avocat citant les lois le protégeant lorsqu'il se fera attaqué, et d'une manière générale, les dialogues fourmilleront de clins d'œil (deux protagonistes ne parleront-ils pas des films d'horreur mettant en scène la momie ou le loup-garou en présence de Lon Chaney Jr ?) et de sous-entendus amusants mais également parfois plus glauques lorsqu'il s'agira d'évoquer l'inceste ou le cannibalisme.

Spider babyMais l'intrigue en elle-même nous réservera également quelques situations brillantes, comme ce repas incroyable et appelé à rester dans les mémoires ou encore la fureur et la férocité inouïe avec laquelle les deux sœurs vont s'attaquer aux intrus, tandis que d'autres séquences seront plus langoureuses et troubles, comme lorsque Virginia tentera de séduire un Peter attaché au cours d'un nouveau jeu de "l'araignée" qui lui aussi sera au final bien surprenant. Et cette succession de péripéties fluides, arrivant même à présenter l'arrivée des cousins comme un viol de l'intimité de la famille Merrye, donnera une force évidente au propos du film qui trouvera sa justification lors d'un final rendue terriblement douloureux mais hélas inéluctable.

Spider babyLes personnages joueront un rôle plus qu'important dans la réussite du film, et notamment les membres du clan Merrye, entre la troublante Virginia qui sera la plus violente et certainement la plus dérangée dans son obsession des araignées, au point de les avaler et de vouloir agir comme elles, Elizabeth qui si elle semblera plus effacée sera également plus vicieuse pour essayer de discréditer sa sœur, et enfin ce Ralph animal et au physique détonnant aura de quoi faire frémir mais aussi sourire, laissant de fait la palme de l'émotion revenir au chauffeur, Bruno, qui dans sa droiture à respecter un engagement pris sera témoin et acteur dans le drame à venir. Face à ces personnalités fortes, les autres protagonistes auront du mal à les surclasser, cet avocat puant sera juste comique tandis que la bluette naissante entre Peter et Ann n'apportera pas grand-chose, si ce n'est de pouvoir fournir le clin d'œil final.

Spider babyL'interprétation est largement convaincante, portée par un Lon Chaney Jr excellent, sincère et chargé en émotions qu'il parviendra facilement à nous communiquer, tandis que Sid Haig offrira son physique particulier à Ralph, pour laisser le soupçon d'érotisme revenir à Carol Ohmart qui se promènera une partie du métrage en tenue affriolante tandis que Jill Banner nous offrira une Virginia troublante et démentielle. La mise en scène de Jack Hill est efficace, adaptée pour avancer ses surprises et autres retournements de situations tout en parvenant à garder un rythme constant même lors des nombreuses séquences de dialogues.

Donc, ce Spider baby devrait sans mal s'attirer une immense sympathie de la part de ses spectateurs grâce à son humour accompagnant ses situations horrifiques dans une ambiance excellente !

Spider babyLe DVD de zone 1 édité par Dark Sky films avancera une image incroyablement nette dans un noir et blanc somptueux et débarrassé du moindre défaut d'origine, tandis que la bande-son sera probante, avec une partition musicale adaptée et dynamique, le métrage étant ici proposé dans sa version originale anglaise avec des sous-titres anglais optionnels.
Au niveau des bonus, on pourra suivre un documentaire revenant sur la genèse et la production du film en laissant intervenir aussi bien le réalisateur que certains acteurs et membres de l'équipe technique pour un condensé d'anecdotes passionnantes, un autre petit module reviendra sur la musique du film et son auteur Ronald Stein, pour laisser ensuite Jack Hill revenir sur les lieux du tournage pour une petite visite anecdotique des extérieurs de la maison des "Merrye" tandis qu'une ouverture alternative et une scène rallongée viendront se rattacher au métrage, avec également une conséquente galerie de photos du film et de son tournage.

Spider baby
Spider baby

Pour ceux qui voudraient découvrir ce film inestimable, le DVD de zone 1 est disponible ici ou !

Permalink 1587 mots par nicore, 1253 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique DVD Zone 2 allemand : BylethArticle suivant: Le remake de Vendredi 13 disponible en DVD et en Blu-ray

Septembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 28

powered by
b2evolution