27.07.09

08:34:27, Catégories: Test / Critique  

par Nicore

Next door

Nous arrivant de Norvège, ce Next door va flirter avec le surréalisme pour imposer son intrigue envoûtante, toute en faux-semblants pour mieux troubler et jouer avec le spectateur emporté par une implication constante qui fera aisément fonctionner les surprises et retournements de situation négociées autour d’un personnage central emphatique.
Le script va laisser un jeune homme, se remettant difficilement de sa rupture avec sa petite amie, se laisser prendre au piège tendu par ses deux troublantes voisines pas très nettes qui vont réussir à le charmer au point de la manipuler en apparence.

Next doorD’entrée, le métrage va mettre en scène son personnage principal, John, un jeune homme recevant chez lui Ingrid, son ancienne petite amie venue à l’improviste récupérer des affaires chez lui, pour une séquence d’introduction qui se tiendra dans une ambiance alourdie par cette tension existante entre ces deux personnages, John ayant été plaqué par Ingrid et semblera visiblement avoir du mal à accepter cette situation, surtout qu’Ingrid est venue accompagné par son nouvel ami (resté dehors mais aux aguets) à qui elle aura raconté les dessous de leur rupture, comme elle le dira à John, ce qui ne semblera pas du tout lui plaire. Le réalisateur cherchera implicitement à placer le spectateur dans le camp de ce John assez famélique mais paraissant vraiment encore amouraché de son ex-petite amie, même si quelques petits détails pourront déjà venir désorienter quelque peu.

Next doorEnsuite, l’intrigue va replacer ce John dans l’ascenseur le menant chez lui, entouré par un vieil homme et une inconnue dont il ne manquera pas quand même de scruter les jambes, pour découvrir que cette demoiselle, qui dira se prénommer Anne, est en fait sa voisine ayant justement besoin de lui pour déplacer un meuble bien trop lourd pour elle. John acceptera devant l’insistance pressante de cette nouvelle rencontre et accompagnera Anne chez elle.

Next doorC’est ainsi qu’il va découvrir l’appartement voisin du sien, mais bien plus vaste et sinueux, tout en constatant qu’Anne ne vit pas seule, mais avec son apparente sœur, puisque l’étrange et nonchalante Kim viendra bientôt les rejoindre. Cette première confrontation sera largement fascinante et ensorcelante, les deux jeunes femmes n’arrêtant pas de formuler des sous-entendus salaces à peine déguisés qui auront le don de troubler John, mais celui-ci, toujours sous le choc de sa rupture (comme de courts flash-backs nous le signaleront intelligemment), préférera quitter les lieux.

Next doorMais la situation ne va pas en rester là puisque, à peine rentré chez lui, John va entendre frapper à sa porte, Anne l’implorant de lui ouvrir pour lui demander un autre service. A contrecoeur, John s’exécutera pour laisser sa voisine lui demander d’aller tenir compagnie à Kim le temps qu’elle aille chercher des médicaments à la pharmacie, sa soeur ne pouvant plus sortir ni rester seule depuis une agression sordide dont elle a été victime peu de temps auparavant, ce qui expliquera quelques bizarreries rencontrées dans la séquence précédente (l’armoire contre la porte d’entrée, notamment). John acceptera devant la mine implorante d’Anne, pour laisser ce qui ressemblera à un piège se refermer alors sur lui.

Next doorEn effet, Kim va alors jouer avec son visiteur de manière étrange, provocante et mystérieuse, l’enfermant chez elle et se dérobant à sa vue dans une sorte de partie de cache-cache avant de lui imposer de s’asseoir en face de lui pour discuter avec elle, pour une situation qui dégénérera rapidement vers un dialogue d’ordre sexuel subjuguant et largement excitant dans sa perversité, bien évidemment mené par une Kim sexy et provocante en diable qui va faire craquer John pour un coït furieux qui mêlera violence, sang et sexe de manière troublante. Même si cela découlera sur une séquence graphique en apothéose de l’atmosphère étouffante qui l’a précédé, le métrage n’ira pas bien loin dans cet érotisme déviant, mais aura bien mis en avant l’aspect vicieux de cette Kim ensorcelante.

Next doorL’intrigue laissera alors John complètement abattu et bouleversé rentrer chez lui et tenter de reprendre une vie normale, occasionnant par ailleurs la seule séquence hors de l’immeuble où nous découvrirons son lieu de travail morne et bien à l’image du personnage, mais le métrage va alors lancer une seconde partie surréaliste laissant la réalité se confondre avec les fantasmes et laisser vaciller la santé mentale des protagonistes jusqu’à cette conclusion inavouable qui deviendra de plus en plus inexorable à chaque nouvelle situation démente, laissant des surprises venir cueillir littéralement le spectateur perdu dans les méandres de ces appartements improbables où les événements voir dépasser l’entendement sans pour autant laisser au départ une quelconque orientation s’imposer parmi les multiples pistes possibles et envisageables.

Next doorPour réussir à orchestrer la diabolique descente aux enfers de son personnage principal, le métrage pourra compter sur des décors flirtant parfois même avec l’onirisme avec ces couloirs invraisemblables et ces pièces incroyables qui formeront l’appartement d’Anne et de Kim pour autant d’univers différents, entre un désordre terrible et l’aspect immaculé d’autres endroits selon les situations vécues, mais où chaque détail trouvera une importance significative qui imposera presque une seconde vision du métrage pour bien appréhender toutes les ficelles et autres indices tendus ou disséminés par le machiavélisme du réalisateur, et qui trouveront leur justification lors de l’horrible mise en place finale.

Next doorMais bien entendu, le principal atout du film sera constitué des protagonistes, avec ce John qui demeurera étrange dans un mélange emphatique de tristesse qui ne laissera pas au départ présager la rage violente avec laquelle il s’occupera sexuellement de Kim par exemple, tandis que les deux voisines transpireront d’une perversité toute en sous-entendus extrêmement fascinante et envoûtante, laissant par ailleurs intervenir une Ingrid trop effacée et son nouveau petit ami pas clair. L’ensemble bénéficiera d’une interprétation adaptée et convaincante, Kristoffer Joner campant un John tout à fait crédible, tandis que Cecilia Mosli et Julia Schacht composeront les deux voisines avec brio et un charme troublant largement efficace. La mise en scène du réalisateur participera également à l’instauration de cette atmosphère sensuelle, lourde, trouble et surréaliste qui accompagnera l’ensemble du métrage aussi bien en sillonnant ces couloirs interminables qu’en calant parfaitement l’ambiance.

Donc, ce Next door s’avérera être une œuvre aussi prenante qu’envoûtante, bercée par une sensualité pleine de sous-entendus pervers tout en réservant bien des surprises malsaines à son spectateur !

Next doorLe DVD de zone 2 hollandais édité par le label Living Colour Entertainment avancera une image nette et mettant bien en avant les différents tons de couleurs utilisés selon les séquences, tandis que la bande-son sera efficace avec une partition musicale doucereuse véritablement adaptée au ton du métrage, celui-ci étant ici proposé dans sa version originale norvégienne, avec des sous-titres optionnels en hollandais et en français.

Next doorAu niveau des bonus, contrairement au rachitique DVD français prévu pour bientôt, on pourra suivre un making-of intéressant avançant aussi bien l’importance de la musique diffusée sur le plateau pour imprégner les acteurs que certaines difficultés rencontrées par l’équipe technique, tandis qu’une interview conjointe des deux actrices principales les laissera revenir sur le tournage et leurs personnages, un autre module nous laissant découvrir la création des décors du film entièrement reconstruits en studio, deux petites séquences humoristiques présenteront Kristoffer Joner sous un jour amusant, laissant la bande-annonce originale et celles d’autres titres de l’éditeur venir compléter ces bonus passionnants qu’il ne faudra surtout pas visionner avant de découvrir le film à la vue des nombreux spoilers présents et qui auront tous la bonne idée d’être sous-titrés en français.

Pour ceux qui voudraient découvrir ce film envoûtant, sensuel et troublant, le DVD de zone 2 hollandais est disponible sur le site de l’éditeur !

Permalink 1429 mots par nicore, 1567 vues • 3 retours

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique DVD Zone 1 : Dead in 3 daysArticle suivant: Critique DVD Zone 2 anglais : The Midnight meat train

Octobre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 21

powered by
b2evolution