17.07.09

10:40:22, Catégories: Test / Critique  

par Nicore

The children

Précédemment auteur de l'appréciable WAZ, le réalisateur anglais Tom Shankland va avec ce The children s'attaquer à un sujet sensible en mettant en scène des enfants meurtriers pour un résultat secouant par sa violence franche, parfois même graphique à l'encontre de ces petits tueurs tout en parvenant à installer une ambiance largement pesante avec le déchaînement d'une sauvagerie éreintante.
Le script va laisser deux sœurs réunir leurs familles respectives pour le réveillon de Nouvel An dans un cottage isolé, mais l'un des quatre enfants présents va contracter un mystérieux virus rendant agressif et qu'il va bien entendu propager chez ses trois camarades de jeu.

The childrenLe métrage ne perdra pas de temps pour installer sa situation puisque nous allons tout de suite suivre Casey, une adolescente rebelle, ses parents et son petit frère Paulie débarquer chez la soeur de sa mère, Chloe, pour y être accueillis par toute la famille de celle-ci, son mari et deux autres enfants. Ces retrouvailles se feront dans la bonne humeur, les enfants piaillant et les adultes se faisant de grandes accolades tandis que Casey, visiblement guère ravie d'être là, restera à l'écart. Cette entame du métrage, qui succédera à un générique sinistre avançant une forêt nocturne guère engageante, sera rapide pour déjà présenter un signe avant-coureur puisque le petit Paulie sera pris de vomissements, mais sans que cela n'inquiète outre mesure ses parents.

The childrenL'intrigue s'installera alors dans ce cottage douillet où les enfants vont ouvrir leurs cadeaux de Noël tandis que les adultes vont discuter paisiblement entre eux au milieu du vacarme des cris des jeunes tout excités. Mais le réalisateur va également déjà s'amuser avec les nerfs du spectateur par quelques fausses alertes stressantes et bien trouvées, tandis que le comportement des enfants va insidieusement commencer à changer, alors que la contagion sera clairement mise en avant, ce qui se vérifiera le lendemain lorsque Paulie restera à l'écart pour joueur seul et mécaniquement avec un xylophone pour petits, tandis que les autres vont s'amuser dans la neige avec les adultes. Parallèlement, les différents protagonistes auront le temps d'exister quelque peu à l'écran, et notamment Casey, toujours plus ou moins à l'écart mais qui se trouvera des affinités comportant presque des sous-entendus sexuels avec le mari de Chloe, mais cet aspect du script par ailleurs uniquement esquissée, sera bientôt complètement oubliée.

The childrenEn effet, alors que la tension atteindra son paroxysme après une petite agression inattendue et parfaitement orchestrée, un premier "accident" sanglant et frontal (c'est le cas de le dire…) va survenir, sans que les adultes se rendent encore compte du danger qui les guettent tous, lançant alors la seconde partie du film qui après la retenue de l'entame du film va s'en donner à cœur joie dans la violence et le gore pour suivre les attaques de ces garnements qui vont devenir de plus en plus féroces (l'attaque dans la serre, par exemple), mais en même temps profondément manipulateurs pour mieux s'approcher de leurs proies lors de séquences furieusement tendues rendant le spectateur impuissant puisque ne pouvant pas avertir les personnages du danger qui les guette, et tout en maintenant une tension palpable qui perdurera jusqu'au final.

The childrenEnfin, le dernier acte du film verra quand même la seule survivante, accompagnée de Casey qui elle semblera avoir tout compris bien avant les autres, accepter la situation et oser se rebeller contre les enfants encore en vie, osant ce que le cinéma n'avait que très rarement fait auparavant en n'hésitant pas à mettre en scène la mort graphique et saignante de certains de ces petits assassins pour des plans choquants et surprenants par leur vigueur démonstrative (la porte), pour laisser un final ouvert, quand même plus ou moins prévisible tout en laissant quelques interrogations demeurer , mais qui en même temps sera guère optimiste pour clore déjà les débats, puisque le métrage n'excédera pas les quatre-vingt minutes, générique compris.

The childrenLe réalisateur arrivera à une belle maîtrise de son sujet pour instantanément créer une ambiance tendue, parfois même bien malsaine au cœur de l'intrigue et ainsi impliquer directement le spectateur pour ne plus le lâcher jusqu'au final grâce à des situations de terreur aussi bien physique lors des agressions que psychologique en faisant se retourner les enfants non pas contre des inconnus (comme dans Eden lake, autre film anglais, tiens, tiens…) mais carrément contre leurs parents, imposant de fait une crise de conscience de ceux-ci, qui tergiverseront en refusant d'accepter les faits (ce qui pourrait bien leur être fatal !) et préféreront même accuser Casey de folie, déclenchant de la sorte une situation plus que prenante et finalement généreuse qui elle aussi sera sérieusement immorale dans son agencement avec ce père qui frappera sa propre fille sans retenue.

The childrenD'ailleurs à ce niveau, le réalisateur parviendra également à bien retranscrire le chaos mental de chacun des adultes, entre résignation débouchant presque sur un suicide et excès de violence disproportionné et mal placé devant une situation qu'ils arrivent plus du tout à comprendre ni à maîtriser. Quant à la cause de cette agressivité des enfants, l'intrigue restera très elliptique, évacuant le sujet très rapidement et de façon intelligente pour préférer avec bonheur s'attaquer aux conséquences néfastes de cette contamination dont l'origine demeurera un mystère, sans que cela vienne nuire au bon fonctionnement de l'ensemble, le spectateur n'ayant plus jamais le temps de s'appesantir sur la question.

The childrenLes personnages seront largement cohérents, crédibles et ne tombant jamais dans les stéréotypes ou la caricature pour au contraire paraître toujours réalistes quelles que soient les situations ou leurs réactions, mais seule la jeune Casey arrivera à devenir attachante, sentiment clairement désiré par l'auteur à la vue de la présentation approfondie de la demoiselle. L'interprétation est largement convaincante, aussi bien avec des enfants capables de troubler et d'inspirer naturellement l'effroi, tandis que les autres interprètes seront naturels et inspirés. La mise en scène de Tom Shankland est adaptée, impliquée dans l'action pour générer des effets de surprise réussis tout en gérant avec aisance le climat de tension global, avec comme seul petit reproche de rares facilités scénaristiques bien trop évidentes (le retour à la vie d'une des victimes). Les effets spéciaux sont largement probants, pour verser dans un gore direct, graphique et bien brutal mais tout en n'étant guère appuyé afin de toujours être réaliste, une quelconque outrance dans ce contexte aurait nui au bon développement de l'atmosphère pesante régnant sur l'intégralité du métrage.

Donc, ce The children réussira imparablement son coup pour nous entraîner dans une spirale de violence graphique et choquante par la nature même des assassins, créant ainsi la surprise tout en maintenant une ambiance tendue impliquant définitivement le spectateur ! Chapeau !

The childrenLe DVD de zone 2 anglais édité par E1 Entertainment avancera une image nette et ne connaissant aucun défaut, tandis que la bande-son jouera un rôle important entre la cacophonie du départ qui s'atténuera progressivement, parallèlement à une tension croissante, laissant une partition musicale adaptée jouer son rôle avec brio, le métrage étant ici proposé dans sa version originale anglaise sans aucun sous-titre.
Au niveau des bonus, on pourra suivre un making-of complet laissant surtout la parole au membres de l'équipe du film, suivi par plusieurs petits modules revenant sur les effets spéciaux, les décors, la confection de la neige artificielle ou encore le travail délicat dans ce contexte avec les enfants, tandis que nous suivrons le réalisateur chez lui pour y découvrir ses méthodes de travail et que trois petites scènes coupées viendront clore ces bonus globalement instructifs et guère gênés par un quelconque ton promotionnel ici complètement absent.

Pour ceux qui voudraient découvrir cette nouvelle franche réussite du cinéma horrifique anglais, le DVD de zone 2 anglais est disponible ici ou !

Permalink 1414 mots par nicore, 1308 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique DVD Zone 1 : Blitzkrieg, escape from stalag 69Article suivant: Critique DVD Zone 1 : Bad moon

Août 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 23

powered by
b2evolution