09.07.09

08:25:10, Catégories: Test / Critique  

par Nicore

Timber Falls

Malgré son affiche très "slasher", ce "Timber Falls" versera plus assurément dans le "survival" pur et très classique dans sa première partie avant de bifurquer quelque peu pour essayer d'innover dans un genre très codifié en apportant des arguments aussi malsains que déroutants qui hélas ne donneront pas l'ampleur espérée à l'ensemble à cause de situations n'allant pas au fond de leurs possibilités.
Le script va envoyer un couple en pleine forêt pour une randonnée pédestre, sans se douter qu'ils vont tomber sur une famille de religieux ayant besoin d'eux à des fins licencieuses.

Timber FallsD'entrée le métrage va quelque peu mettre la pression lors de sa séquence pré-générique suivant un homme pendu par les bras et une jeune femme clouée par les mains sur une table de travail dans une cabane, laissant la demoiselle se libérer en se délivrant de ses entraves dans la douleur, mais ce sera pour tomber sur un homme défiguré et armé d'une sorte de faucille sophistiquée qui va la courser jusqu'au bord d'un ravin d'où elle va se jeter pour échapper à son prédateur. En plus d'être déjà assez sanglante, cette introduction aura le mérite d'avancer précocement et en pleine lumière celui qui sera le boogeyman du métrage.

Timber FallsEnsuite, nous allons avoir droit aux traditionnelles présentations des personnages principaux, Mike et Sheryl, un couple quelque peu lassé de la vie urbaine et désireux de se ressourcer à la montagne, ce qu'ils vont faire en se rendant dans un parc national pour une randonnée. Et après un arrêt à la cabane des gardes forestiers pour obtenir quelques renseignements et recevoir l'habituelle mise en garde les invitant à respecter les autochtones, ils vont s'enfoncer dans la forêt où il ne vont pas tarder à rencontrer une étrange femme qui va leur conseiller de se rendre à "Timber Falls", l'endroit selon elle où les paysages sont les plus remarquables. Nos tourtereaux vont bien entendu suivre ces conseils et emprunter un chemin plus sinueux et moins fréquenté.

Timber FallsLe réalisateur se lancera alors dans une série de fausses alertes plus ou moins convaincantes, réussisant à créer une réelle tension lors de l'altercation avec des chasseurs qui manquera de peu de dégénérer, mais tout en foirant celle faisant surgir un garde forestier bien affable. Arrivés à destination, le couple va s'installer pour la nuit, laissant l'auteur jouer de la caméra subjective pour générer un sentiment de menace facile mais toujours efficace qui se prolongera lorsque Mike et Sheryl iront sous leur tente pour une petite scène vaguement sensuelle, l'individu les épiant étant toujours là. Mais l'intrigue sera véritablement lancée lorsqu'un petit matin Sheryl se fera enlevée par l'homme défiguré de l'introduction.

Timber FallsEn se réveillant Mike partira inévitablement à la recherche de sa compagne et après toute une série de rebondissements tour à tour violents, parfois même bien agressifs, ou jouant plus sur la tension, notre homme va se retrouver en compagnie de Sheryl sous la coupe d'un couple de fanatiques religieux n'arrivant pas à avoir une descendance et ayant donc besoin des services de Sheryl et de Mike pour réalisé leur rêve d'aliénés, lançant de la sorte une seconde partie qui se jouera des nerfs des deux protagonistes confrontés à ces malades largement obstinés. En effet, cette seconde moitié du métrage s'axera sur les tortures physiques et mentales subies par Mike et par Sheryl qui refuseront de se plier aux ordres de leurs bourreaux, entraînant quelques sévices surfant sur la vague des "torture-flicks" à la mode tout en étant graphiques et sanglants, nous permettant au passage de s'immiscer dans la vie quotidienne de ce couple de fanatiques prêts à tout pour obtenir gain de cause dans leur volonté délirante, avant de lancer un final largement attendu mais plutôt réussi malgré son aspect prévisible en ne lésinant par sur la violence et sur l'hémoglobine, hélas quelque peu gâché par un dernier plan aussi inutile de stupide.

Timber FallsMais hélas, malgré son désir d'innover se traduisant par ce revirement de la seconde partie et la remise en question induite de la place de principale menace de l'homme défiguré, le métrage peinera à se montrer réellement original à cause de situations à la teneur largement prévisible, notamment lorsque l'intrigue tentera de jouer avec les faux semblants quant à la nature de certains protagonistes pour ne nous réserver que des révélations déjà anticipées par le spectateur, et malgré leur teneur graphique les tortures infligées aux deux victimes ne parviendront pas à avoir l'ampleur désirée, l'intrigue n'étant pas assez méchante pour mettre réellement en péril son couple de héros, sentiment encore renforcé par une certaine apathie de ce couple à l'apparence normale et presque débonnaire qui aura bien du mal à rester crédible dans des moments de fureur amoindries. En plus, le rôle joué par ces chasseurs demeurera presque insipide, n'entraînant que quelques violences heureusement bien brutales après la tension générée par la première rencontre, pour ne servir qu'à meubler quelque peu l'ensemble et assurer un quota d'effets gores volontaires.

Timber FallsEt heureusement, le métrage pourra quand même se parer de qualités non négligeables. Déjà, la photographie du métrage rendra justice à des décors naturels de toute beauté, tandis que l'intérieur du repaire du couple de fanatiques sera également intéressant pour planter une atmosphère sordide et glauque quand même sous-exploitée. Ensuite le réalisateur ne lésinera pas sur les plans sanglants, aussi bien lors des tortures physiques avancés de manière frontale devant la caméra et devenant de la sorte presque douloureuse que pour quelques mises à mort bien graphiques. Et enfin, certaines idées avancées auront un impact certain, tel ce boogeyman que l'on attendait et qui ne sera pas le plus terrible de tous, ou encore quelques situations bien tendues qui atteindront leur but tandis que d'autres flirteront délibérément avec le scabreux.

Timber FallsMalgré toute la bonne volonté du réalisateur, les personnages resteront superficiels et n'arriveront pas à s'attirer la sympathie du spectateur, ce qui sera quand même préjudiciable pour l'implication à venir dans les mésaventures subies par ce couple trop "propre" et sans saveur, rendant aussi leurs tortures moins impactantes que voulues. L'ensemble bénéficiera pourtant d'une interprétation cohérente, notamment celle de la toute belle Brianna Brown qui semblera réellement concernée, tandis que la mise en scène du réalisateur est adaptée, suivant l'action de près et utilisant ses artifices avec justesse, comme cette caméra subjective effective et guère envahissante, tout en pêchant paroif pour garder un rythme soutenu tout au long de l'intrigue. Les effets spéciaux sont probants pour avancer quelques mutilations sanglantes et autres blessures graphiques au couteau, tandis que le maquillage du défiguré sera également convaincant.

Donc, ce "Timber Falls" s'avérera être un "survival" assez plaisant à suivre, original par certains aspects, assez gore mais hélas trop régulièrement prévisible dans ses situations !

Timber FallsLe DVD de zone 1 édité par Vivendi Entertainment avancera une image nette et rendant justice aux décors splendides du métrage, tandis que la bande-son sera cohérente, avec une partition musicale juste mais quelque peu en retrait, le métrage n'étant ici proposé que dans sa version originale anglaise sans aucun sous-titre.
Au niveau des bonus, on pourra regarder la bande-annonce du film et surtout suivre un making-of complet laissant la parole à l'équipe technique et artistique qui reviendra sur le projet et son résultat, avec juste un ton promotionnel parfois perceptible.

Pour ceux qui voudraient découvrir ce "survival" prenant, le DVD de zone 1 est disponible ici ou !

Permalink 1354 mots par nicore, 1694 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique DVD Zone 1 : Bare behind barsArticle suivant: Critique DVD Zone 2 anglais : Black sun, the nanking massacre

Octobre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 22

powered by
b2evolution