20.05.08

01:00:00, Catégories: Test / Critique  

par Nicore

Dead silence

Avec ce Dead silence le réalisateur James Wan, auteur et co-créateur de Saw, change complètement de registre pour nous offrir une histoire de fantôme traditionnelle qui, si elle sera captivante et très visuelle, ne provoquera hélas pas l’effroi.
Le script renvoie un jeune homme dans sa ville natale, suite au meurtre inexpliqué de sa femme, afin qu’il y mène une enquête relative à une mystérieuse poupée de ventriloque reçue juste avant le crime.

Dead silenceAprès un générique très réussi nous montrant des schémas suivant les étapes de la création de la "poupée parfaite", le métrage va directement nous présenter son personnage principal, Jamie, un homme s’apprêtant à passer une soirée tranquille avec son adorable et pétillante épouse lorsqu’ils vont recevoir un étrange paquet déposé devant leur porte, qu’ils vont s’empresser d’ouvrir pour y trouver une poupée de ventriloque très réaliste et quelque peu inquiétante. Sorti acheté de quoi préparer le repas, Jamie va retrouver en rentrant sa femme morte, atrocement mutilée au visage, alors que nous aurons pu suivre lors d’une séquence assez angoissante le climat et la réalité de cette mort affreuse.

Dead silenceBien entendu, Jamie va devoir s’expliquer avec la police et notamment l’inspecteur Lipton qui, s’il ne le croira pas responsable, voudrait bien comprendre les événements mais laissera Jamie rentrer chez lui. Celui-ci va immédiatement inspecter la caisse contenant la poupée pour découvrir qu’elle appartenait à une ventriloque nommée Mary Shaw habitant à Ravens Fair. Jamie va évidemment se rendre sur place pour y découvrir une ville fantôme, au centre-ville remplie de commerces en cessation d’activité, avant de se rendre dans une propriété dont nous apprendrons bientôt qu’il s’agit de celle de son père et que Jamie va questionner sans succès au sujet de cette Mary Shaw, tout en essayant de ne pas remettre sur le tapis les rancoeurs passées de sa relation avec son père.
Ensuite, après avoir organisé les funérailles de son épouse à Ravens Fair en compagnie du vieux croque-mort qui par contre, lui délivrera de précieux renseignements, Jamie va continuer son enquête pour peu à peu découvrir une terrible vérité qui le conduira dans le vieux théâtre désaffecté où vivait Mary Shaw, avant qu’un dernier acte très visuel ne nous délivre un twist original et pas forcément prévisible, prouvant s’il en était besoin l’ingéniosité de James Wan pour tromper son spectateur.

Dead silenceSi globalement le réalisateur s’accommodera d’une trame très classique pour dérouler son intrigue (un fait inexpliqué engendrant un retour au source du héros pour qu’il y découvre une terrible réalité, recette mille fois utilisée dans le genre), il parviendra remarquablement à motiver et à impliquer son public en s’appuyant sur des éléments percutants. Déjà, l’utilisation de cette poupée lugubre (qui sera l’une des principales attractions du métrage) permettra à l’intrigue de jouer quelque peu avec nos nerfs en nous interdisant de savoir quand et pourquoi celle-ci va se mettre à bouger de son propre gré, alors qu’ensuite la thématique crée autour de la légende entourant cette ventriloque étrange et mystérieusement morte ayant voulu être enterrée au milieu de ses innombrables poupées offrira suffisamment de possibilités d’orientations à l’histoire pour maintenir le spectateur en haleine, surtout que les différentes situations contraindront par exemple le personnage principal à se rendre dans ce théâtre abandonné sinistre à souhait et magnifiquement reproduit pour une exploration tendue.
Mais le métrage saura également se jouer du côté macabre engendré par la mort de la femme de Jamie, aussi bien lors de détails naturels mais rarement appréhendés comme le choix du cercueil qu’ensuite lors de funérailles dans un cadre très gothique qui collera d’ailleurs par la suite à l’ensemble du film.

Dead silenceMais hélas, malgré toute la bonne volonté de James Wan et une intrigue appliquée, le métrage n’arrivera pas à inquiéter outre mesure ni à faire frissonner son spectateur. En effet, les apparitions du fantôme de Mary Shaw demeureront souvent prévisibles et son aspect volontaire et graphique ne suffira pas à effrayer plus que cela tandis que les effets de surprise ne joueront pas entièrement en étant pas assez appuyés.
Mais cela n’empêchera pas l’ensemble d’être très visuel, entre le décor formidable du théâtre évoqué plus haut et cette ambiance funeste accompagnant les séquences se déroulant dans le cimetière et chez le croque-mort, et alors que le final sera efficace et représentatif et que ces poupées posséderont une aura maléfique évidente.

Dead silenceLes différents personnages seront également bien travaillés, notamment les seconds rôles apportant une certaine valeur ajoutée à l’ensemble, entre la femme du croque-mort dérangée et ce policier bien curieux, largement aidés par une interprétation juste et sans aucun surjouage néfaste.
La mise en scène de James Wan sera profitable au métrage, en sachant mettre en avant les éléments décisifs tout en étant adaptée aux situations.
Les effets spéciaux sont probants, aussi bien dans la présentation des poupées que pour les maquillages volontaires et sanglants des victimes du fantôme de Mary Shaw, alors que celle-ci offrira un look terriblement graphique. Enfin, les effets visuels resteront complètement invisibles.

Donc, ce Dead silence méritera largement que l’on s’y attarde, même s’elle n’atteindra pas son but ultime, faire peur !

Dead silenceLe DVD de zone 1 édité par Universal avancera une image sans le moindre défaut que ceux volontaires pour créer une ambiance désuète et passéiste, alors que la bande-son sera convaincante avec une partition musicale efficiente, le métrage étant ici proposé en version originale anglaise, mais avec de précieux sous-titres en français.
Au niveau des bonus, on pourra suivre une séquence d’ouverture alternative, ainsi qu’une fin quelque peu différente de celle retenue, trois scènes coupées mettant en scène un personnage absent du montage final, un making-of basique flirtant continuellement avec le ton promotionnel d’usage, un petit documentaire intéressant consacré à la légende de Mary Shaw, ainsi que l’exploration d’un des effets visuels du métrage et un clip musical.

Pour ceux qui voudraient rencontrer ce spectre vindicatif et manipulateur, le DVD de zone 1 est disponible ici ou !

Permalink 1152 mots par nicore, 2505 vues • Réagir

Pingbacks:

Cet article n'a pas de Pingbacks pour le moment...

Article précédent: Critique DVD Zone 2 suédois : Subconscious crueltyArticle suivant: George Clooney, réalisateur d'avenir

Octobre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le Blog des DVDpasChériens

Les dvdpascheriens ayant la fibre journalistique peuvent participer à ce blog. Sur le thème des DVD, de la HD et de la vente en ligne. On y trouve des critiques, des dossiers, des articles sur les nouveautés ...

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 38

powered by
b2evolution